Le mystère de la perte de l’odorat

Pourquoi certaines personnes atteintes de la COVID-19 ne sentent-elles plus rien ? Les explications de Johannes Frasnelli, professeur d’anatomie à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Photo : Softulka / Getty Images

Le trouble de l’odorat est l’un des symptômes les plus fréquents de la COVID-19. Pour mieux le comprendre, le Global Consortium for Chemosensory Research, qui rassemble 547 chercheurs issus de 56 pays, a été créé en mars 2020. Johannes Frasnelli, professeur d’anatomie à l’Université du Québec à Trois-Rivières, est l’un des experts qui participent à ce travail de recherche.

Que sait-on du lien entre odorat et coronavirus ?

Il semblerait que le trouble de l’odorat soit souvent le seul symptôme chez les patients qui sont autrement asymptomatiques, ce qui en ferait l’indice le plus sûr pour prédire une infection à la COVID-19. Ce trouble est différent d’une perte de l’odorat passagère, due à un nez bouché ou à des allergies ; on parle ici d’une perte subite de l’odorat, partielle ou totale, qui influence fortement le goût. Pour certaines personnes, les aliments peuvent soudainement goûter la moisissure ou le fumier. C’est pour cela qu’il est très important de porter attention à son odorat et à son goût. Si on a un doute, il serait bon de s’isoler et de se faire tester. 

Est-ce commun qu’un virus s’attaque à l’odorat ?

Les troubles de l’odorat sont fréquents. On estime que 1 personne sur 5 a un problème d’odorat et que 1 sur 20 n’a pas d’odorat du tout. On peut perdre ce sens de diverses façons : commotion, inflammation chronique des muqueuses nasales, parkinson, etc. Dans le passé, on a observé que des infections virales pouvaient entraîner des troubles de l’odorat, mais le virus en cause n’a pas encore été clairement déterminé. 

Des patients affirment que leur odorat n’est toujours pas revenu plusieurs semaines après leur rétablissement. Pourront-ils goûter et sentir de nouveau ?

Les données actuelles ne nous permettent pas d’en être sûrs, mais on peut extrapoler à partir d’autres infections virales qui ont déjà causé des troubles de l’odorat. Elles nous ont appris que le système olfactif peut se régénérer. Il faut en général de six semaines à six mois pour un rétablissement complet. J’ai aussi vu des gens qui avaient perdu l’odorat pour des raisons virales et qui l’ont retrouvé après quelques années. Le rétablissement le plus probable serait une régénération partielle : le sens revient, mais pas à la normale, il est moins aigu. Ce que l’on constate présentement, c’est que certaines personnes retrouvent leur odorat, mais qu’elles perçoivent les odeurs différemment. Nous aurons besoin de plus de temps pour être certains de la durée réelle de la perte du goût et de l’odorat.

Laisser un commentaire
Les plus populaires