Le petit Borde : un antidote aux couleuvres politiques

Valérie Borde présente ici Le petit Borde, un guide qui regroupe une cinquantaine des meilleurs billets (sur plus de 600 !) qu’elle a publiés depuis 2009. Un ouvrage d’autant plus intéressant à lire en pleine campagne électorale, explique la blogueuse…

Sante_et_sciencePour l’amour des vraies affaires et pour un Québec plus fort, on se donneLe petit Borde !

Après Le petit Fortin, consacré à l’économie, ce deuxième «Guide pour tous» de L’actualité regroupe une cinquantaine des meilleurs billets (sur plus de 600 !) que j’ai publiés dans ce blogue depuis 2009. Disponible en version numérique et en librairie dès aujourd’hui.

e9780888967015_LAC_Borde_marketingCover.225x225-75Un livre de science en pleine campagne électorale ? Non, L’actualité n’est pas tombée sur la tête ! Car quel meilleur moment que celui où l’on s’apprête à choisir ceux à qui on confiera les rênes de la démocratie pour réfléchir au monde dans lequel on veut vivre ?

Dans Le petit Borde, il y a beaucoup de science (sans formule mathématique ni jargon, je vous rassure), mais aussi beaucoup de politique. On y parle santé, éducation, énergie, climat, justice sociale et innovation, entre autres.

Vous y croiserez des représentants de tous les partis, pris en flagrant délit de prises de positions démagogiques ou idéologiques contraires à ce que la méthode scientifique a permis de comprendre du monde dans lequel on vit.

Dans un monde idéal, la science propose, et les gouvernements disposent en établissant les priorités après examen de ce qu’on appelle de plus en plus souvent les «données probantes».

Dans la vraie vie, le jeu politique et l’idéologie pousse tout un chacun à essayer régulièrement de nous faire avaler des couleuvres, dont certaines sont infiniment plus dangereuses que ces serpents inoffensifs.

Le petit Borde est un antidote. Bonne lecture !

P.-S. Juste pour rire… En chimie, le PKP est un composant de la poudre utilisée dans certains extincteurs. Il n’est pas toxique sauf s’il ingéré à haute dose. Sous l’effet d’une chaleur intense, il se décompose pour donner du gaz carbonique et de l’oxyde de potassium, un produit hautement corrosif.

* * *

À propos de Valérie Borde

Journaliste scientifique lauréate de nombreux prix, Valérie Borde a publié près de 900 articles dans des magazines depuis 1990, au Canada et en France. Enseignante en journalisme scientifique et conférencière, cette grande vulgarisatrice est à l’affût des découvertes récentes en science et blogue pour L’actualité depuis 2009. Valérie Borde est aussi membre de la Commission de l’éthique en science et en technologie du gouvernement du Québec, en plus d’être régulièrement invitée dans les médias électroniques pour commenter l’actualité scientifique. On peut la suivre sur Twitter : @Lactu_Borde.

Dans la même catégorie
2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Donc, si je vous comprends bien: Vaudrait mieux lui laisser le temps d’agir, à petite dose, que de le mettre au bûché, trop rapidement… OK, d’abord….