Le Plan Nord, une fabulation ?

Deux semaines après le Salon Plan Nord organisé par le gouvernement du Québec au Palais des congrès de Montréal, des chercheurs réunis au même endroit dans le cadre du congrès de l’Acfas ont discuté à leur tour du Plan Nord, sur un ton beaucoup plus critique, dans un colloque intitulé Plan Nord 2.0 : avantages, inconvénients et alternatives au développement du Nord québécois

Réunis par le professeur de philosophie de l’Université de Montréal Christian Nadeau, les universitaires présents ont regretté le manque de débats autour d’un projet qui selon eux suscite beaucoup de questions, mais fournit bien peu de réponses.

Normand Mousseau, professeur de physique et vulgarisateur réputé dans les questions d’énergie, a recommencé par rdiscuter du potentiel de développement de l’industrie minière dans le Nord.

Combien l’exploitation des minerais du Nord pourrait-elle rapporter aux Québécois?

Selon le chercheur, il est bien trop tôt pour s’avancer sur des chiffres, alors que la nouvelle mouture de la Loi sur les mines est encore en discussion.

Avec le modèle choisi par le Québec de redevances imposées sur les profits des compagnies, croit-il, il y a de fortes chances que les retombées ne soient pas au rendez-vous, puisqu’il reste très facile de jouer sur les chiffres et de faire disparaître les profits.

Hugo Asselin, professeur à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, est allé encore plus loin.

Selon ce chercheur titulaire de la Chaire de recherche du Canada en foresterie autochtone, c’est une véritable malédiction des ressources qui risque de s’abattre sur le Nord.

Contrairement à l’idée reçue, affirme-t-il, une région richement dotée en ressources naturelles en tire rarement de la richesse.

Cette notion de «malédiction des ressources», qui afflige effectivement plusieurs régions dans le monde, ne fait pas consensus. Mais le chercheur croit que le gouvernement devrait être beaucoup plus prudent quand il estime que les communautés nordiques bénéficieront du développement de l’exploitation des ressources naturelles dans le Nord.

Le spécialiste des politiques énergétiques de HEC Pierre-Olivier Pineau, quant à lui, s’est livré à une lecture critique de la «fiche sectorielle» sur l’énergie incluse dans le Plan Nord, intitulée «faire du Québec une puissance mondiale de l’énergie renouvelable».

Avec ou sans Plan Nord, a rappelé d’emblée le chercheur, le Québec est déjà une puissance mondiale de l’énergie renouvelable. Qu’est-ce qui va changer ?

«Dans le cadre du Plan Nord, le gouvernement s’engage à développer 3 500 MW d’énergie propre et renouvelable supplémentaire, soit 3 000 MW d’hydroélectricité, 300 MW d’éolien et 200 MW provenant d’autres sources d’énergie renouvelable» peut-on lire dans le document du gouvernement.

Le coût de cette nouvelle capacité de production est estimé à 7,1$ millions par mégawatt installé – et à 13,4$ millions par MW selon un autre document gouvernemental, explique Pierre-Olivier Pineau.

Dans les deux cas, c’est plus cher qu’un projet comme La Romaine, déjà critiqué pour son coût élevé.

Pourquoi ces chiffres-là sont-ils annoncés? Pour satisfaire quels besoins? Dans quelle logique énergétique ces dépenses se placent-elles?

Pierre-Olivier Pineau cherche encore des réponses à ces questions , qui devraient pourtant constituer la prémisse de tout nouveau projet de développement énergétique et faire l’enjeu d’un débat de société. «Personne n’est capable de nous répondre clairement», dit-il.

Dans ce dossier, Québec n’applique absolument pas sa propre Loi sur le développement durable, regrette-t-il.

«C’est une fabulation de développement énergétique dont même Hydro-Québec se distingue, tant cela n’a aucun sens».

Le Plan Nord, une fabulation ? Vu l’énergie et les moyens qu’y consacre le gouvernement du Québec, cela n’a rien de rassurant…

Laisser un commentaire

Le Plan Nord, c’est un plan pour les promoteurs…

Le citoyen n’y gagnera rien, sinon des illusions.

Tout le monde s’occupe des étudiants, alors qu’on se faire encore avoir par en arrière par le PLQ! Je vous le répète les étudiants, c’est de la diversion.On ne parle plus du Plan Nord et de la corruption du PLQ. Diversion!!!!

Le plan nord pour J Charest, c’est l’art d’avoir des envelopes brunes sans faire profiter le Québec.

Malheureusement, c’est encore les nouvelles générations qui en paieront les factures pour tout les carnages, les détritus, les restes de pollutions des mines, la très grande destruction de ce qui fait de notre Pays « le Québec » le plus beau pays du monde avec ces lacs en abondances, ces forêts d’une richesse incroyable , nos si belles rivières perdues et que nous perdrons encore plus…..toute cette pollutions que notre jeunesse devra encore une fois payer de toute misères avec les impôts les plus hautes que nous payons déjà et paierons encore plus que ce que rapportera ce que le gouvernement de M. Charest nous laissera comme relique de son passage.

le probleme de non confiance en m jean charrest pose un serieux PROBLEME .du cote de mme marois l,espoir n,est pas plus rassurante. Nous voyons donc la un gros PROBLEME pour l,avenir a court et a long terme.Avec tout le potentiel Humainque possede le Quebec comment nous expliquer une telle situation.

NOUS AVONS BESOIN D’UN CADRE RÈGLEMENTAIRE, CERTES !!!
D’aucuns réclament l’instauration d’une taxe et/ou d’un marché du carbone au Canada.

Demandez aux 18 millions de personnes qui s’achètent des autos en Chine si une taxe sur le carbone fait la différence?
Demandez aux dirigeants de l’Inde de taxer leurs subventions sur le pétrole pour les centaines de millions de ménages?

Regardez le résultats des subventions en Allemagne et en Californie et en Ontario pour la production de l’électricité éolienne ou photovoltaïque!!
http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/commentary/gwyn-morgan/the-sorry-lessons-of-green-power-subsidies/article2417284/

LECTURE DE LA POLITIQUE SUR LA RÉDUCTION DES GES AU CANADA

http://www.theglobeandmail.com/news/opinions/jeffrey-simpson/canada-and-climate-change-all-plan-no-action/article2430164/
http://fullcomment.nationalpost.com/2012/05/11/andrew-coyne-national-leaders-unanimous-in-their-inaction-on-climate-change/

MAIS LA CHOSE LA PLUS URGENCE CONSISTE À REDONNER AUX CONSOMMATEURS LE POUVOIR DE TRANSFORMER LES MODES DE CONSOMMATION ET PRODUCTION D’ÉNERGIE.
Et de les faire collaborer ensemble, à pied, en auto, en avion en train, en vélo, en autobus, en faisant le plein d’essence et en faisant les emplettes, dans le Nord comme au Sud.
Pierre Laval Mathieu, sociologue

Quand les débats de société sur les avantages et les inconvénients d’un projet quel qu’il soit prennent l’allure d’un plan marketing où on nous répète à satiété toujours les mêmes lignes de communication, on est parti pour un fiasco et c’est la population du Québec toute entière qui en assumera les conséquences.

Quand toute opposition au Plan Nord ne reçoit comme contre-arguments que ceux qui s’y opposent sont contre le progrès, veulent tout gratuit et sont pour le statu quo, comment voulez-vous être entendu?

Le gouvernement doit fournir des réponses claires sur ces enjeux, pas seulement des lignes de communication préparées par les cabinets de relations publiques.

Alain Michaud
Pointe-aux-Trembles

je ne comprend pas qu’avec tous les richesses que nous avons sur le territoire Québécois,que nous aillons un taux d’imposition aussi élevé….Il y a des provinces qui n’ont pas d’impôt provincial,seulement l’impôt fédéral….c’est rire de nous…

@ Jacques Paquet

C’est mal comprendre l’imposition. Dans les autres provinces, ils ne font qu’un rapport d’impôt comprenant les impositions fédérale et provinciale. Le montant provincial est ensuite transféré aux provinces par le fédéral. Au Québec, on fait deux rapport distinct, mais en soit, c’est la même chose.

Aussi, puisqu’on paie autant en impôt, il est tout simplement ridicule que le gouvernement Charest ou Harper nous demande de payer pour les services! Si on paie de l’impôt, c’est pour recevoir des services gratuit, sinon, coupez l’impôt et on paiera les services.

Là, on nous demande de payer l’impôt et les services, c’est ridicule!

Les plus populaires