Le réseau en mode séduction

Campagnes de pub, recours aux médias sociaux, primes à l’embauche : tous les moyens sont bons pour recruter — ou retenir — le précieux personnel du réseau de la santé.

Le réseau en mode séduction
Photo : iStock

OFFRIR DES CONGÉS

En Outaouais, le CSSS des Collines offre un horaire de 12 heures de travail par jour à ses infirmières et à ses préposés aux bénéficiaires. Les employés profitent ainsi de huit journées de congé par période de 14 jours ! Le centre local d’emploi et les municipalités du territoire ont aussi aidé à pourvoir cinq postes d’infirmières en donnant des bourses de 10 000 dollars aux candi­dates sélectionnées.

PARIER SUR LE BONHEUR

Le CSSS de l’Ouest-de-l’Île, à Montréal, tente de séduire les moins de 35 ans en misant sur la conciliation travail-famille. La campagne de pub « Heureux ça travaille mieux ! » a circulé entre autres sur Facebook et YouTube. Dans le site heureuxcatravaillemieux.ca, des vidéos vantent la proximité du train de banlieue et des pistes cyclables ainsi que la qualité du milieu de vie. En quatre mois, plus de 85 postes ont ainsi pu être pourvus.  

CHARMER PAR LA PROXIMITÉ

En Montérégie, le CSSS Pierre-Boucher a recruté deux omnipraticiens grâce aux annonces qu’il a fait paraître dans les médias locaux. « De nombreux médecins habitent la Rive-Sud, mais travaillent à Mont­réal parce qu’ils ignorent les besoins dans leur propre région », dit France Descôteaux, directrice des relations publiques.