L’énergie cachée sous terre

Il fait chaud, sous nos pieds. Assez chaud pour chauffer sa maison. Voici comment s’y prendre.

Le tuyau dans lequel circulera le glycol, sous terre, avant de revenir vers la p
Le tuyau dans lequel circulera le glycol, sous terre, avant de revenir vers la pompe géothermique.

D’abord, il faut savoir qu’à une profondeur de huit mètres et plus, la température du sol est constante: environ 8 degrés celcius. La géothermie, c’est la récupération de cette chaleur du sol pour maintenir, été comme hiver, une température confortable à l’intérieur de la maison.

Comment aller chercher cette énergie renouvelable et non polluante? En allant la capter directement sous terre à l’aide d’un liquide – du glycol – que l’on fait circuler à l’intérieur d’un réseau de tuyaux. Ce réseau est relié à une pompe géothermique, proche parente de la thermopompe, un appareil qui fonctionne à l’électricité et qui transforme le froid en chaleur, et vice versa.

La différence entre la pompe géothermique et la thermopompe est subtile. Mais elle existe. Par exemple, en février, la thermopompe traditionnelle prendra l’air extérieur à -30 degrés et le chauffera jusqu’à 20 degrés. Un réchauffement de l’ordre de 50 degrés. La pompe géothermique, de son côté, travaillera à partir de l’air préchauffé à 8 degrés par les tubes de glycol qui sortent des puits géothermiques. Elle n’aura donc qu’à faire passer la température de 8 à 20 degrés. Un écart de seulement 12 degrés.

Principal avantage de la géothermie? Je vous le donne en mille: économie d’électricité.

Laisser un commentaire