Les actualités santé

Des résidences publiques plus performantes qu’au privé, une dangereuse drogue qui circule au Canada et un traitement révolutionnaire du cancer de la moelle osseuse.

(Photo: iStockphoto)
(Photo: iStockphoto)

De meilleurs soins au public

Les résidences publiques pour personnes âgées offrent de meilleurs soins que les résidences privées, affirment des chercheurs de la Colombie-Britannique et de l’Ontario qui ont compilé les données de 82 études comparatives menées au Canada et aux États-Unis. Les bénéficiaires des établissements publics recevaient en moyenne plus d’heures de soins par année. « Il y a un conflit d’intérêts évident entre la volonté de faire des profits et celle d’offrir les meilleurs soins possible », souligne la Dre Margaret McGregor, professeure à l’Université de la Colombie-Britannique, qui espère que son étude influencera les décideurs.

(Photo: BS IP/Alamy Stock Photo)
(Photo: BS IP/Alamy Stock Photo)

Deux greffes, c’est mieux

Des chercheurs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, ont fait une avancée dans le traitement d’un cancer de la moelle osseuse, le myélome multiple, jugé incurable. L’équipe du Dr Jean Roy a traité 92 patients grâce à une greffe de cellules souches provenant du malade, suivie d’une seconde greffe, où le donneur était cette fois un membre de la famille. Ces deux interventions, qui permettent au système immunitaire d’orchestrer deux attaques complémentaires contre la tumeur, ont permis d’obtenir un taux de guérison de 41 %, inégalé pour ce type de cancer.

Gare aux médicaments contre l’acné

Seulement le tiers des femmes suivent les recommandations de leur médecin et cessent de prendre de l’isotrétinoïne lorsqu’elles tentent de devenir enceintes, révèle une étude commandée par le ministère de la Santé du Canada et publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne. Ce médicament, prescrit contre l’acné et connu sous différents noms commerciaux, dont Accutane, peut causer des malformations congénitales.

(Photo: iStockphoto)
(Photo: iStockphoto)

10 000

Le W18, un opioïde synthétique en comprimés qui a commencé à circuler dans les rues du Canada, est 10 000 fois plus puissant que la morphine. La molécule, mise au point dans les années 1980 pour servir d’antidouleur, s’est avérée tellement forte — les souris perdaient connaissance pendant des jours — que les recherches ont été abandonnées. Cette substance illicite est 100 fois plus dangereuse que le fentanyl, une drogue de la même famille qui, selon le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, tue un Canadien tous les trois jours.

(Photo: iStockphoto)
(Photo: iStockphoto)

Dormir d’un œil

Une nuit à l’hôtel ou chez un ami serait moins reposante que dormir dans son propre lit. Des chercheurs de l’Université Brown, au Rhode Island, ont découvert que lors d’une première nuit passée dans un lieu étranger, un seul hémisphère du cerveau s’assoupit réellement. L’autre reste en état d’alerte. Ils ont constaté ce phénomène en invitant 35 étudiants à dormir dans leur laboratoire et en mesurant les ondes lentes émises par leur cerveau durant la nuit. Le profil des ondes captées par les électrodes placées des deux côtés du crâne était asymétrique, ce qui signifie que l’état de sommeil différait. Cette singularité s’estompait dès la deuxième nuit passée dans le laboratoire.