Les actualités science

Les débuts difficiles de la route solaire, le mystère de Stephen Hawking et la maladie de Lou Gehrig, et le virage numérique de la radio.

(Photo: COLAS/Dustin Chambers)
(Photo: COLAS/Dustin Chambers)

La route solaire, une impasse?

Fin décembre, la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, a inauguré le premier tronçon de route solaire au monde, bâti sur une longueur d’un kilomètre en Normandie. Wattway, une entreprise expérimentale de la société française de travaux publics Colas, vise à tirer profit de la surface des routes, occupée seulement une fraction du temps par des voitures, pour produire de l’énergie solaire au moyen de panneaux photovoltaïques installés directement sur les chaussées. Mais la route solaire qui semble chère à la ministre française mène-t-elle quelque part? C’est la question posée par plusieurs experts en énergie solaire, qui n’y voient qu’un gadget impossible à rentabiliser et uniquement destiné à faire mousser l’expertise française. À 5 millions d’euros le kilomètre, l’installation de panneaux sur une route serait beaucoup trop coûteuse à étendre à grande échelle. Et l’énergie produite reviendrait 13 fois plus cher que celle obtenue avec des panneaux photovoltaïques installés sur des toits. L’expérience avait déjà commencé par un couac, la ministre ayant annoncé une production d’énergie quotidienne de près de 18 000 kWh, avant de la réviser à 790 kWh… soit 22 fois moins!

***

Le mystère Hawking

Le célèbre physicien Stephen Hawking, atteint de sclérose latérale amyotrophique, la maladie de Lou Gehrig, vient de fêter ses 75 ans. Il en a reçu le diagnostic à l’âge de 21 ans, et les médecins lui donnaient alors seulement quatre ans à vivre. Sa longévité exceptionnelle est un mystère pour les spécialistes. En moyenne, les personnes atteintes de cette maladie ne survivent que de deux à trois ans au diagnostic. Hawking n’est pas un cas isolé: environ 1 % des malades défient ce pronostic et vivent plusieurs décennies après l’apparition de la maladie, sans qu’on sache encore pourquoi. Quand la SLA se manifeste à un jeune âge, elle est souvent moins agressive que lorsqu’elle survient passé 35 ou 40 ans. La stimulation intellectuelle a-t-elle en outre joué un rôle dans la survie du physicien? Les spécialistes ne le savent pas. Mais Hawking a toujours estimé avoir eu beaucoup de chance d’exercer un des rares métiers dans lequel son handicap n’est pas «grave», selon ses mots.

***

La recherche nordique bouillonne

Le gouvernement fédéral, par l’intermédiaire de la Fondation canadienne pour l’innovation, vient d’accorder une nouvelle subvention de 18 millions de dollars pour faciliter la recherche réalisée dans l’Arctique par l’université Laval grâce au brise-glace Amundsen. En décembre, Québec a aussi débloqué 11 millions du Plan Nord pour financer les plans et devis de l’Institut nordique du Québec, un nouveau centre de recherche que veulent construire à Québec les universités Laval et McGill ainsi que l’Institut national de la recherche scientifique, dont les travaux scientifiques ont déjà commencé sous la direction de l’océanographe Louis Fortier. Deux nouveaux records très inquiétants ont été battus dans l’Arctique cet automne: l’étendue de la banquise a atteint la plus petite superficie jamais mesurée, et en novembre, les températures ont été de 20° supérieures à la moyenne des 60 dernières années!

***

Un implant contre le sida

La fondation Bill et Melinda Gates a annoncé fin décembre un investissement de pas moins de 140 millions de dollars pour la conception d’un implant sous-cutané destiné à prévenir le sida, particulièrement en Afrique. Ce dispositif, un bâtonnet de métal qu’on insère sous la peau, libérerait des antiviraux en continu, ce qui serait plus fiable que la prise de médicaments oraux. Il a été mis au point pour le traitement du diabète par la société Intarcia, de Boston, et vient d’être approuvé par la Food and Drug Administration. Ce petit tube doit être réempli une fois par mois, procédure qui ne prend que 15 minutes. La fondation Gates croit qu’il pourrait faciliter la prévention du sida en Afrique plus efficacement que la distribution de médicaments antirétroviraux, qui doivent être pris chaque jour.

***

Le début de la fin pour la radio FM?

Le 11 janvier à 11 h 11, la Norvège est devenue le premier pays au monde à commencer à débrancher son réseau radiophonique FM, avec comme objectif de passer à la radio 100 % numérique d’ici la fin de 2017. La radio diffusée par la voie des ondes hertziennes, en modulation de fréquence, est l’une des rares technologies de communication qui n’est pas encore passée de l’analogique au numérique. Selon le gouvernement norvégien, cette technologie est dépassée. Un réseau numérique terrestre, dans lequel le signal est diffusé par des antennes, permettrait de réduire les coûts, d’augmenter le nombre de stations, d’améliorer la qualité du signal et d’enrichir le contenu avec des informations multimédias. Les Norvégiens sont encore partagés, puisqu’ils vont devoir se débarrasser de leurs vieux postes analogiques, y compris de leurs autoradios, pour pouvoir écouter la radio numérique. L’expérience norvégienne est suivie attentivement par d’autres pays qui pourraient se lancer dans la même transition.