Les arbres passent à l’ouest

Les forêts ne sont pas si enracinées qu’on pourrait le croire… Aux États-Unis, elles se déplacent vers le Pacifique, et leur migration surprend les scientifiques.

Photo : Matt Champlin / Getty Images

Depuis près de 40 ans, les forêts de l’est des États-Unis se déplacent vers l’ouest, ce qui confond la communauté scientifique. Les experts s’attendaient plutôt à ce que le réchauffement climatique pousse les populations d’arbres vers le nord. Ce mouvement existe, mais la forêt se déplace plus rapidement encore vers le Pacifique, à raison de plusieurs dizaines de kilomètres par décennie.

Loïc D’Orangeville, chercheur au Centre d’étude de la forêt (qui regroupe des experts de 11 universités québécoises), étudie le phénomène.

Comment expliquez-vous ce déplacement des forêts vers l’ouest ?

Les arbres produisent des semences qui se dispersent dans l’environnement à la recherche d’espaces et de climats propices pour croître. Aux États-Unis, la hausse des précipitations dans le Midwest depuis les années 1960 a ouvert la porte à l’établissement et la croissance d’espèces plus typiques de l’Est.

Est-ce que toutes les espèces sont touchées ?

La migration concerne particulièrement les feuillus, comme l’érable à sucre et le tremble, deux espèces sensibles aux variations des niveaux de précipitations. Les conifères, eux, ont tendance à se déplacer vers le nord, à la recherche de températures plus fraîches.

Le phénomène se vérifie-t-il au Québec ?

La migration s’y fait essentiellement vers le nord. Si le climat se réchauffe de 1 °C ou 2 °C, les populations de conifères les plus au sud vont décliner et être remplacées par d’autres espèces mieux adaptées, comme celles des forêts tempérées. À la limite nord de la forêt boréale, le réchauffement pourrait permettre la croissance d’arbres là où le froid l’empêchait auparavant.

Les commentaires sont fermés.

Il s’agit ici plus d’une capsule ou bulle de simple info plutôt qu’un article qui pourrait répondre à l’intérêt soulevé par le titre de l’article. C’est donc une invitation à nous transmettre un véritable artiche de fond sur le sujet.