Les enfants sont-ils à risque ou pas ?

Non… et oui. Ce qui est sûr : il est primordial de respecter la distanciation physique à tout âge. 

Crédit : L'actualité

L’auteure, stagiaire postdoctorale à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, répond chaque semaine à vos questions de santé. Les connaissances scientifiques concernant la COVID-19 évoluant à vitesse grand V, ses propos reflètent sa compréhension (pas parfaite !) des enjeux à une date précise. 

 

Que nous dit exactement la science sur les risques épidémiologiques de la COVID-19 chez les enfants ? La Suisse permet les contacts entre enfants et grands-parents. Est-elle tombée sur la tête ?

Avant de répondre, je tiens à souligner que je comprends tout à fait le stress que cette situation inédite engendre chez les parents. Je suis en parfait accord avec les propos de notre directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, lorsqu’il mentionne que les enfants dont les parents souffrent de maladies chroniques ne devraient pas retourner à l’école.

La santé publique cherche l’équilibre entre les avantages et les inconvénients liés à une mesure précise, une intervention. Depuis quelques jours, certains articles relatent des cas d’enfants tombés gravement malades ou même décédés des suites d’une maladie inflammatoire potentiellement associée à la COVID-19 : la maladie de Kawasaki, qui est caractérisée par une fièvre, des éruptions cutanées et, dans des cas sérieux, une inflammation des artères cardiaques. Cette maladie est habituellement traitable et, dans la majorité des cas, ne laisse pas de séquelles. Des médecins en Italie, en Espagne et en Angleterre ont remarqué une augmentation du nombre de jeunes patients présentant des symptômes semblables à ceux de la maladie de Kawasaki. Cependant, certains de ces enfants ont obtenu un test négatif à la COVID-19. Le lien de causalité entre ces deux maladies n’est donc pas prouvé scientifiquement.

Pour répondre à la question d’aujourd’hui, je me suis tournée vers l’outil préféré des épidémiologistes : les données ! Il y a quelques semaines, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont publié la première grande étude sur la COVID-19 et les enfants. Voici un résumé des résultats.

Les CDC ont analysé les diagnostics de COVID-19 du 12 février au 2 avril 2020 aux États-Unis. Cette base de données, qui regroupe 149 082 cas confirmés de COVID-19, donne l’âge des patients. De ce nombre, 1,7 % étaient des jeunes âgés de moins de 18 ans. Les scientifiques ont ensuite analysé pour ce groupe de patients le type de symptômes présentés. Chez les patients de moins de 18 ans atteints de la COVID-19 et dont on a documenté les symptômes ressentis, 73 % souffraient de toux, de fièvre ou de souffle court, comparativement à 93 % des patients adultes ; 5,7 % des patients de moins de 18 ans ont été hospitalisés. Ce taux d’hospitalisation est considérablement plus bas que chez les adultes de 18 à 64 ans, où il tourne autour de 10 %. Parmi les 2 572 patients de moins de 18 ans de cette étude, on déplore trois décès.

Les auteurs en concluent que, même si la COVID-19 n’a pas de conséquences graves pour la plupart des enfants, elle peut à l’occasion entraîner leur hospitalisation. Il est alors primordial de respecter la distanciation physique (même avec les grands-parents !) et les comportements préventifs quotidiens, et ce, même dans ce groupe d’âge statistiquement moins à risque. Cela reste le meilleur moyen de ralentir la progression du virus et d’assurer une accessibilité à des soins de qualité pour ceux et celles qui en auraient besoin.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

Vous avez des questions sur la COVID-19 ? Consultez ce site Web du gouvernement du Québec consacré au coronavirus.

Vous avez des symptômes associés à la maladie ? Appelez au 1 877 644-4545 ou consultez un professionnel de la santé.

Les commentaires sont fermés.

Il y a de grand problème dans cette argumentation qui est fortement biaisée:
A) (…) De ce nombre, 1,7 % sont des enfants âgés de 18 ans et moins (…)
B) (…) Les auteurs en concluent que, même si la COVID-19 n’a pas de conséquences sévères pour la plupart des enfants, elle peut à l’occasion entraîner leur hospitalisation (…)

Donc, on s’arrange pour « tasser » les choses que l’on ne veut pas. L’on utilise de faux fuyants. Et des étudiants(es) en étude postdoctorale reprennent le tout sans émettre un seul doute… Tellement obnubilé par les « titres » et « noms » qu’il y a des des qualificatifs de biais grossiers qui se glissent dans les discours pompeux – comme en A ci-dessus… ou en B ci-dessus.

Je vais passé sur les titres dessins et des autres. Cela n’est que des arguments ridicules d’autorité…

Moi jaimerais savoir pk vous avez crue. Mrs le ministre lacombe pour laide au garderie non reconnue il nous a promis sa car il etais ds la merde il voulais que long prene des parents qui deja inscrit ds cpe ne pourons pas avoir de place. Il nois a jamais aimer mes pourtant on dois se conformer o meme regles que ses garderie subventionner il a deja commencer a vouloir nous faire fermer a mous interdisant pas de remplacente mes et oui les parents recoive le retour anticipee si ns sommes pas reconnue pk nos parents on droit a sa jainune famille a faire vivre un loyer a payer et dois manger mes pas encore daide de lui maudit menteur

Les plus populaires