Les idées fausses sur les sacs de plastique, la suite

Faut-il mieux utiliser des sacs de plastique ou des sacs de coton pour faire son épicerie?

Suite à vos commentaires sur mon billet précédent, j’ai posé la question à Daniel Normandin, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) à l’École Polytechnique de Montréal. «Peu importe la matière dont le sac est fait, l’important est qu’il soit utilisé le plus de fois possible», explique-t-il. Le hic des sacs, c’est l’usage unique, qu’ils soient faits de plastique, de coton ou de papier.

Pour en arriver à cette conclusion, Daniel Normandin s’appuie sur l’analyse de cycle de vie, une méthode efficace et de plus en plus standardisée pour évaluer les impacts environnementaux d’un produit. Dans ce type d’analyse, les chercheurs regardent les impacts sur l’environnement de toutes les étapes de vie d’un produit, de sa fabrication jusqu’à l’élimination, en passant par l’utilisation.

« Dans notre jargon, les sacs sont des produits passifs, puisque leur utilisation ne consomme pas d’énergie, contrairement aux produits actifs tels que les réfrigérateurs ou les voitures», explique Daniel Normandin. «En règle générale, on aurait toujours intérêt à garder le plus longtemps possibles les produits passifs, et à remplacer les produits actifs seulement quand un saut technologique permet de diminuer nettement leur consommation d’énergie». Changer son vieux frigo hyper énergivore pour un neuf qui consomme beaucoup moins est donc bon pour l’environnement, mais pas remplacer sa voiture âgée de deux ou trois ans par une autre qui consomme à peine moins. 

Selon Daniel Normandin, l’étude la plus complète réalisée aux sujets des sacs d’épicerie a été réalisée en France, pour le compte des magasins Carrefour. Elle est disponible en ligne ici (fichier pdf).

Certains d’entre vous m’ont prêté de bien mauvaises intentions en réaction à mon dernier billet sur ce sujet, me soupçonnant même d’être une lobbyiste clandestine de l’industrie des hydrocarbures ! Je vous rassure, ce n’est pas le cas. D’ailleurs, loin de moi l’idée de me prononcer «pour» ou «contre» les sacs de plastique. Je vous donne juste des faits, pas plus, espérant qu’ils vous seront utiles pour vous forger une idée plus précise des enjeux.

Vous m’avez aussi demandé quel est l’intérêt de se priver des sacs d’épicerie en plastique pour acheter à la place des sacs poubelle. Tout est dans le nombre de sacs que l’on va utiliser, dit Daniel Normandin. Quelqu’un qui recycle consciencieusement et qui composte ses déchets de table consommera beaucoup moins de sacs à déchets que de sacs pour faire ses courses ! 

De toute façon (et cette fois c’est bien un point de vue personnel), on ramasse bien assez de sacs de plastique à chaque fois qu’on oublie nos sacs réutilisables pour une course au dépanneur…

Laisser un commentaire

L’utilisation du sac de plastique ne consomme pas d’énergie, mais sa fabrication, si.

Il faut tenir compte de ce facteur. Plus on utilise / demande de sacs en plastique, plus l’épicerie aura à en commander, et à long terme, plus de sacs en plastique seront fabriqués.

Considérer le sac comme un « produit passif » est une approximation.

Je m’interroge en rapport avec le frigo. Loin de moi l’idée de contredire quelqu’un qui s’y connait beaucoup plus que moi dans les cycles de vie, mais j’ai toujours cru que ce qui est mauvais pour l’environnement c’est la consommation. Changer un vieux frigo encore en état de fonctionnement simplement pour diminuer la quantité d’électricité me semble un non-sens.
Ce frigo se retrouve à être un déchet 10 ans trop tôt. Si on avait attendu 10 ans pour le remplacer, on aurait éliminé un frigo usé. Le frigo neuf que l’on achète sera considéré inefficace par rapport aux normes futures, donc il devra être changé, donc encore consommation.
Si sur une vie normale on consomme 2 frigos (on change au 30 ou 40 ans) même si ils ne sont pas efficaces, et que pour suivre l’efficacité énergitique on consomme 4 frigos (au 15 ans), on y perd.
Ne venez pas me dire qu’un frigo ne dure pas 40 ans : c,est lâcge de celui que j’ai donné à ma fille pour son appartement.

Brack : ça dépend aussi de ta source d’électricité. Si c’est de l’hydroélectricité, ton vieux frigo ne sera pas si tant polluant. Du moins c’est ce qui me semble.

C’est sûr que les sacs de coton feront long feu comparés a ceux de plastique, encore faut-il penser à les apporter partout.

Un sac de plastique percé se jette alors qu’un sac de coton troué se recoud.

Évidement, les objets dont les matières premières ne se renouvellent pas sont condamnés à disparaitre un jour et on n’aura pas le choix de s’adapter à des remplaçants plus durables.

@Annie Richer : D’accord, mais il vous faudrait revoir le sens de l’expression « faire long feu »

Vous avez absoluement raison M. Tessier 🙂
« Faire long feu » veux dire rater quelquechose, non mais quelle inculte je fais 😉
Je vais me coucher moins « niaiseuse » ce soir.
=^.^=

M. Marc-André Tessier ce que vous dites est malheureusement un peu faux. Chaque kilowatt que nous dépensons ne pollue pas le Québec mais pollue les USA donc la planète. Ces derniers produisant l’électricité avec du pétrole.

Pour le vieux frigo, je m’interroge aussi. Le mien à 31 ans et est comme neuf. J’ai même rénové la cuisine à grands frais et je l’ai gardé. Vu qu’il est dans un espace restreint, je lui ai installé un ventilateur pour forcer l’air à circuler dans le condensateur (radiateur). À ma grande surprise, il tourne 50% moins de temps.

Tous pensent qu’il est neuf. Est-il bon pour la casse? Consomme-il beaucoup qu’un neuf?
J’en doute. Surtout s’il faut tenir compte de l’énergie pour en fabriquer un neuf et en disposer au recyclage.

Et les foutus sacs.

Nos ancêtres recyclaient et nous avons de la misère à le faire. Est-ce pour nous un signe de pauvreté?

Je crois que le seul moyen d’y parvenir est la consigne. À dix cents du sac, je suis sûr que je n’en ramasserais pas beaucoup dans ma haie. La même chose pourrait s’appliquer à tous les contenants.

Ces mêmes sacs pourraient être fait d’une très bonne qualité de plastique pour ensuite en faire de très bons produits.

Mais la volonté politique n’y est pas dû au manque de sensibilisation des citoyens.

Quand je regarde les sites industriels et ce qu’ils produisent, j’ai le réflexe de penser que l’on travaille comme des défoncés toute notre vie pour emplir des trous de déchets.

Mais je suis peut-être paresseux.

Évidemment l’hydroélectricité n’est pas 100% propre, mais il faut tenir compte de la source de l’électricité quand on se demande si un vieux frigo pollue plus qu’un neuf.

Est-ce pour alimenter nos vieux appareils energivores que l’on commence à construire le mega-barrage sur la Romaine?

Est-ce que la destruction de milliers d’hectares de forêt (moins d’arbres = moins de carbone capté donc plus de G.E.S), la contamination de cette magnifique rivière par le mercure (qui se retrouvera dans les poissons, principale source d’alimentation des autochtones de la région) peut être considéré comme propre? Plus propre que l’energie au charbon par exemple?

Est-ce que l’on doit faire la même chose avec la Rupert et les autres rivières qui ne sont pas déjà arnachées?

Personne ne dirait que de garder sa vieille Chevrolet Impala 1974 plutôt que la changer pour une petite Yaris est bon pour l’environnement. Pourquoi est-ce que ce qui est vrai pour les voitures ne le serait pas pour les frigos?

Si vous pensez que changer votre frigo est une bonne chose, voici une bonne façon de le faire de façon resposable:
http://www.recyc-frigo.com/fr/

Je dérive du sujet principal, mais au bout du compte, réduire toute notre consommation demeure la seul arme vraiment efficace pour préserver la nature. Que ce soit l’électricité ou les sacs de plastique.

@ Marc-André Tessier et Michel Cécyre

Un simple cours de physique très élémentaire bien compris à l’école secondaire aiderait des millions de gens à savoir si leur frigo devrait être changé ou pas.

Une ampoule incandescente énergivore allumée 24 heures par jour à l’intérieur l’hiver ne coûte rien, ne pollue pas et ne dépense pas d’électricité.
Quand vous aurez compris cela vous aurez une petite idée pour savoir si votre frigo doit être changé ou pas.

Ne venez pas me dire à moi qu’économiser DIX dollars d’électricité par année vaut la peine de dépenser 1000$ d’énergie pour un frigo neuf, ce serait un bilan négatif.

Parlant réfrigération, j’ai envoyé un climatiseur au recyclage il y a trois ans. Calcul fait, j’aurais dû le faire 2 ou 3 ans plus tôt. La différence en consommation est de 45%, 6 ampères 120 volts de différence. C’est le prix du climatiseur en 5 ans d’énergie.

Pour le frigo, je n’en connais pas qui puissent avoir une telle différence. Ce qui compte c’est son isolation, (valable juste pour l’été et pas pour l’hiver) et le rapport puissance versus refroidissement.
///////////

Pour la Romaine M. Cécyre, une chose est sûre, une fois ce projet terminé il fera moins boucaner les USA.

Évidemment à condition que les Américains et les Québécois ne gaspillent pas cet énergie.

On me traite souvent d’anti-américain. Ils brûlent de l’énergie à arroser Las Vegas. Nous Québécois on en brûle en chauffant pour être confortable tout écartillé en bobette dans son fauteuil l’hiver à moins 25.

Et on se scandalise pour l’énergie des sacs qui est 100 fois moindre.

@Michel Cécyre
Êtes-vous sûr que c’est pour alimenter mon vieux frigo que l’on construit la Romaine ou bien plutôt pour alimenter des usines à frigo?
C’est mon point, pour récupérer toute l’énergie qui a été dépensée pour fabriquer le frigo et le transporter jusqu’à vous ça va prendre beaucoup, beaucoup d’économie d’énergie.
Juste récupérer l’énergie dépensée par le camion de livraison qui est venu livrer le frigo de l’entrepôt chez vous ça va être très très long

J’ai oublié de spécifier que si ton frigo a été fabriqué en Chine, ça va prendre combien de temps pour récupérer ???

Où est-il rentable d’investir pour réellement économiser de l’énergie?

Voilà la question.

Peu d’entre nous peuvent y répondre.

« loin de moi l’idée de me prononcer «pour» ou «contre» les sacs de plastique »
Vous avez appelé votre blogue « … scientifique en COLÈRE » et j’ai commencé à vous suivre précisément parce que je m’attends à ce que vous preniez position. S’il vous plaît, ne vous laissez pas démonter par les conspirationnistes et autres commentateurs trop imaginatifs. On a besoin d’une blogueuse comme vous pour remettre les pendules à l’heure en donnait les vrais faits, mais aussi en les mettant en perspective.

Pour ce qui est d’acheter des sacs à déchets, Un petit cours de chimie élémentaire vous aidera à comprendre pourquoi certains en font la promotion:
Les polymères à base d’hydrocarbures sont des chaînes d’hydrogène et de carbone
H H H H H H
H C C C C C … C H
H H H H H H
Plus la chaîne est longue, plus le plastique est rigide. Les sacs d’épiceries (qui font crounch quand on les plie) ont des chaînes relativement longues si on les compare aux sacs poubelles (qui s’étirent au lieu de déchirer)

Certains vous diront donc que le plastique de ces derniers se désagrège plus vite… C’est vrai! Mais comme le dit justement le feuillet de Mme Borde, pas dans un dépotoir!
Alors le mieux (c’est personnel comme avis, mais c’est réfléchi!), c’est d’utiliser des sacs de coton. Parce que franchement, si vous avez obtenus six sacs à l’épicerie, deux au dépanneur et un autre au club vidéo, allez-vous utiliser neuf sacs-poubelles cette semaine?

Il n’existe bien sûr pas de solution miracle. Le tout est d’agir avec intelligence avec les produits dont on dispose.

Le sac de tissus est évidemment préférable parce qu’il est réutilisable presque indéfiniment et génère donc beaucoup moins de déchets tout en exigeant moins d’énergie que le sac de plastique. Mais c’est à condition, bien sûr, de le réutiliser pour vrai et de ne pas s’en procurer un nouveau à chaque fois! Les sacs en nylon, très compacts, sont particulièrement utiles puisqu’ils se glissent facilement dans le sac à main ou dans une poche de manteau pour être transporté partout. On l’a donc toujours sous la main. Aussi, ça vaut la peine, quand on se rend compte dans l’allée de l’épicerie que les sacs sont restés dans l’auto, de ressortir les chercher!

Le sac de plastique pause aussi, depuis quelques temps, un nouveau problème: l’arrivée massive des sacs oxo-biodégradables. Ces sacs peuvent être utiles comme sacs à ordure (encore faudrait-il vérifier qu’ils ne contiennent pas de substances plus nocives que les plastiques traditionnels et qui contamineraient davantage les sites d’enfouissement). Par contre, les sacs d’épicerie et autres sacs de plastique potentiellement réutilisables et/ou recyclables (épicerie, publi-sac, etc…) perdent à être dégradables puisqu’ils sont moins résistants (moins réutilisables) et qu’ils ne devraient pas être mis au recyclage (plus de déchets) puisqu’ils contaminent les autres plastiques, détériorent leur qualité en les rendant moins résistants. Et c’est un problème dont on ne parle à peu près pas. On est très peu informés à leur sujet et même parfois désinformés (Publi-sac nous incite à les recycler!)

Il est vrai qu’un vieux frigo consomme plus d’énergie que les modèles plus récent mais aussi que la fabrication d’un appareil neuf et le recyclage d’un vieux en consomment beaucoup également. Difficile de choisir entre surconsommer l’électricité en gardant un vieux modèle encore fonctionnel et surconsommer la matière en s’en procurant un neuf. Mais même avec un vieux frigo énergivore, il est possible d’énonomiser l’énergie avec des gestes simples: le ventilateur suggéré par Yvon Fleurent est une bonne idée, on peut aussi combler les espaces vacants dans le frigo avec des contenants d’eau qui retiendront le froid, éviter de laisser la porte ouverte trop longtemps, éviter les sources de chaleur à proximité de l’appareil, etc…

Je n’ai pas fait une étude approfondie sur le bilan « écologique » de l’utilisation des sacs de plastique, je mesure plus le bilan au niveau de ma famille: à 5 cents du sac chez MAXI, je devrais en acheter en rouleaux, car j’en ai besoin pour mes poubelles… À ce moment on peut se questionner sur qui s’enrichit? Peut-être qu’on devrait retrouver sur le marché qu’une seule sorte de sac, qui serait « dégradable ». Pourquoi avons-nous laisser aller le sac de papier?

Un petit cours de matériaux pour M. Baril:

COntrairement à ce que vous affirmez, plus les chaînes sont longues plus le sac s’étire et ceci puisque le sac de plastique est un peu comme un feutre de chaines de plastique, les fibres de C-H sont toutes entremêlées et si on tire elles s’alignent. Imaginez deux tas de ficelles d’égale longueur qui occuperaient le même volume. le premier tas est composé de 8 ficelles de 20 centimètre et le second est composé de 20 ficelles de 8 centimètres. Si on prend les extremités des tas et qu’on les étire, le tas de ficelles de 20 centimètre pourra espérer atteindre une longueur d’au maximum 20 centimètres sans rupture alors que le tas de ficelles de 8 centimètre ne pourra atteindre une longueur de plus de 8 centimètres sans ruptures.

Donc on observe que plus les chaînes sont longues plus elles ont un potentiel de déformation plastique avant la rupture.

Et c’est pourquoi un sac fait à partir de courtes chaines de C-H se brise plus facilement avec une cassure plus nette, les chaines s’alignent plus rapidement.

Les sacs dits « biodégradables » sont d’ailleurs faits de fibres plus courtes qui sont sensées se dégrader plus rapidement, remarquez également le peu de déformation que l’on peut apporter à ces plastiques…

Mais bon, mon avis sur le sujet est que il est logique de payer pour nos sacs de plastique c’est totalement en accord avec la loi du marché, et pourquoi est-ce que les commerces distribueraient à tout vent du plastique, c’est illogique…

Il faut se rendre à l’évidence que si vous voulez avoir des sacs pour vos poubelles il faut les payer et dès lors nous les utiliseront plus intelligemment… Et l’argument économique n’est pas vraiment valide: 1 sac / poubelle / semaine = 52 sacs/ an / poubelle => 52 sac / an / poubelle x 0,05 $ / sac = 2,60 $ / an / poubelle…

À ce prix là, on devrait s’indigner pour autre chose…non ?

Les plus populaires