Les minis ont le vent dans les pales

Une nouvelle génération d’éoliennes, deux fois plus petites et silencieuses, pourrait essaimer dans des régions isolées où l’électricité coûte cher.

Les minis ont le vent dans les pales
Photo : Eocycle Technologies

Une PME de Gaspé propose une nouvelle façon de produire de l’énergie à partir du vent, sans soulever l’ire de la population, qui craint que les grands parcs d’éoliennes n’enlaidissent le paysage. Il lui a suffi de réduire la taille de ces virevents d’acier et de les faire moins bruyants. Reste à les disperser sur le territoire.

Depuis quelques mois, Eocycle Technologies assemble des éoliennes dites « petites » : elles sont montées sur une tour de 10 étages, soit la moitié de la hauteur des grandes. Une des pièces clés de leur nacelle est un alternateur à aimants permanents inventé par Maxime Dubois, professeur de génie électrique à l’Université Laval. Cet alternateur permet de générer tous les besoins en électricité d’une maison à une vitesse de rotation moindre que celle des autres éoliennes, ce qui en diminue le bruit.

La PME, qui vient d’installer sa première éolienne derrière une résidence de l’Ohio, compte trouver sa clientèle parmi les propriétaires de fermes, de vignobles, de clubs de golf, les municipalités et les établissements publics, là où le prix de l’électricité est élevé. Ce qui exclut, pour l’instant, le Québec.

À noter que cette « petite » éolienne coûte la bagatelle de 200 000 dollars. Une somme abordable pour les Américains, qui, grâce au plan vert du président Obama, peuvent bénéficier de subventions allant jusqu’à 70 % du prix d’achat de l’éolienne.

 

Lire le dossier «Vivre sans pétrole» >>

Et aussi : «Les champions québécois des nouvelles énergies» >>

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie