Les radiations, bénéfiques à faibles doses?

On s’énerve bien trop avec cet accident nucléaire, puisque de toute façon à faibles doses les radiations sont bénéfiques pour la santé. Voilà l’idée que défend depuis une semaine la polémiste républicaine américaine Ann Coulter, interviewée sur Fox News.

Vrai ou faux?

«Ce qui ne nous tue pas nous est bénéfique» résume l’idée de l’hormèse, ce phénomène connu des toxicologues qui fait en sorte qu’à de très faibles doses, des poisons commme l’alcool peuvent provoquer une réponse bénéfique de l’organisme.

On connait très peu les mécanismes biologiques qui pourraient expliquer l’hormèse, et ce phénomène est bien difficile à étudier.

Tout dépend en effet de ce que l’on considère comme une très faible dose, des outils dont on dispose pour mesurer la réponse de l’organisme et du temps au bout duquel on mesure cette réponse, puisque les effets de l’hormèse s’atténuent rapidement.

Les études sur l’hormèse donnent en outre des résultats bien difficiles à extrapoler. Ainsi, ce n’est pas parce que des doses infimes d’alcool semblent avoir retardé  la mort de souris de laboratoire qu’on peut en déduire que boire un petit verre de temps en temps n’est pas nocif pour une femme enceinte.

L’idée que les radiations ionisantes puissent être bonnes pour la santé à très faibles doses est dans l’air depuis longtemps.

Plusieurs études réalisées en France sur des animaux de laboratoire semblent pencher en ce sens, mais leurs résultats ne font pas consensus au niveau international.

On a même un temps pensé qu’on parviendrait à faire croître des plantes plus vite en les irradiant, avant de s’apercevoir que l’effet positif de l’hormèse ne durait qu’un temps, et qu’an final les plantes exposées n’étaient pas plus en forme que les autres.

Certains des liquidateurs de Tchernobyl ont vécu plus vieux que la moyenne des gens du fait des radiations qu’ils ont reçues. Cela n’a probablement rien à voir avec l’hormèse, mais plus avec le fait que leur santé a été étroitement surveillée pendant des années, ce qui a certainement permis de dépister plus tôt des cancers ou des taux de cholestérol élevés.

Tout ce que l’on peut affirmer à ce jour, c’est qu’en deça d’une certaine dose de radioactivité, l’effet des radiations sur la santé des êtres humains n’est plus mesurable.

Ann Coulter n’a rien compris, et elle tombe dans un piège classique : partir d’études de laboratoire qui ne font pas consensus , les confirmer avec un fait qui n’a que peu de lien (l’histoire des liquidateurs de Tchernobyl) pour aboutir à une idée provocatrice qui va à l’encontre de ce que l’on dit habituellement (les autorités nous mentent tout le temps, c’est bien connu!).

Ce faisant, elle contribue à mettre des gens en danger, même si l’Amérique du Nord dans son ensemble n’a rien à craindre de la catastrophe japonaise.

Aux États-Unis, des commentateurs considèrent maintenant qu’Ann Coulter est toxique.

Elle n’y connait peut-être rien en biologie, mais en démagogie et opportunisme, quelle championne!

Laisser un commentaire

Moi, personnellement, je pense qu’il faudrait donner un prix Nobel à Ann Coulter. 8)

Même à très faible dose, Ann Coulter, Rush Limbaugh, Glen Beck et cie sont toxiques.

Ann Coulter est prête à dire n’importe quoi pour qu’on parle d’elle, qu’elle soit diffusée, et que sa paye rentre. On vient déjà de lui porter trop d’attention.

@christian trempe
ce n’est pas un prix Nobel qu’il faut lui donner
mais plutôt un prix igNobel.LOL

En date du 20 mars, j’ai contacté Santé Canada pour leur demander pourquoi un communiqué n’était pas apparu sur leur site informant la population candienne que le nuage radioactif de Fukushima s’était déplacé en direction des côtes de Vancouver (où soit-dit en passant des quantitiés de radioactivité aussi minimes soient-elles, ont été découvertes…) et que les doses n’étaient pas considérées comme nocives. En Europe, tout le monde était déjà au courant et se préparait en conséquence (site d’information sur la radioactivité ambiante, centre météo, etc.). J’ai ensuite appelé le 21 mars, la Commission de sûreté nucléaire à Ottawa, qui a confirmé les dires des médias à savoir que oui, un nuage radioactif était passé sur le pays et qu’à chaque heure, on relevait le taux de radioactivité dans l’air et que pour l’instant, il était en dessous des normes où il faut généralement interagir, lancer un communiqué et entreprendre des mesurs de santé et d’hygiène… On m’a aussi indiqué que chaque jour notre corps est soumis à une radioactivité environnante en dessous de la normale sans conséquence, c’est rassurant. J’ai alors demandé pourquoi Santé Canada n’émettait pas d’avis alors qu’en Europe, tout le monde est au courant avant nous! Quelques heures plus tard ayant recontacté Santé Canada à cet effet, un avis datant du 17 mars, apparaissait sur le site, et on y utilise le conditionnel « ne devraient pas » « devrait », etc. Bizarre, non? De plus, surprise de constater que depuis plus de 2 sem. toutes les pilules d’iode ont disparues des tablettes de toutes les pharmacies à Québec, et que les distributeurs sont à court!! On me dit que beaucoup de gens en ont acheté pour en envoyer au Japon… pardon??? Et que certaines pharmacies pourraient encore en dénicher, mais seulement sur prescription alors que c’est un médicament en vente libre. Mais bon, petit commentaire,l’iodure de soduim ne fonctionne que pendant le passage du nuage, donc on oublie ça! Il est déjà passé au dessus de nos têtes. Et ben, quelle transparence de nos gouvernements, alors Madame Coulter, on va vous envoyer au Japon pour nettoyer la cochonnerie sur place, manger des fruits et légumes, car même à faible dose, je suis certaine que vous rirez de bon coeur car « le ridicule ne tue pas »!!!

Les plus populaires