Les ratés d’un hôpital modèle

Deux ans après s’être distingué dans le premier Bilan de santé des hôpitaux du magazine L’actualité, l’hôpital de Thetford Mines vient de vivre des moments éprouvants.

Dans une lettre adressée à la fin de l’hiver aux dirigeants de cet établissement et distribuée aux infirmières et aux médecins, le chef du Service des urgences, François Vallières, qualifiait la situation de « critique » et de « dangereuse pour la population ». Désolé de voir les patients « s’empiler dans le corridor », ce médecin sonnait l’alarme. « Le personnel soignant est épuisé. Les conditions idéales pour les risques d’erreur ont atteint leur apogée. Les ratios soignants/malades n’ont jamais été autant bafoués », écrivait-il. « Comment avons-nous pu en arriver là, nous qui étions si fiers de notre urgence il n’y a pas si longtemps ? »

Dans le Bilan de santé des hôpitaux publié en 2007, l’hôpital du Centre de santé et des services sociaux de la région de Thetford (CSSSRT) s’était classé bon troisième au Québec en matière d’ac cessibilité aux soins et avait même obtenu une note de 100 % en chirurgie. La direction de l’hôpital avait alors publié un communiqué pour souligner sa bonne performance.

Le directeur des services professionnels de l’établissement, le Dr Martin Arata, confirme n’avoir jamais vu la salle d’urgences si débordée depuis une quinzaine d’années. Cette crise, attribuable à une éclosion de cas de grippe ainsi qu’aux effets combinés d’une population vieillissante et d’un manque d’effectifs, est toutefois terminée, assure-t-il. « Je tiens à le dire : notre hôpital reste l’un des meilleurs au Québec. »

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie