Les études secrètes de l’industrie du tabac

En 1992, Imperial Tobacco Canada aurait détruit 35 études réalisées par ses scientifiques portant sur les effets biologiques et le potentiel cancérogène de la fumée de cigarette, selon un article publié cette semaine dans le Journal de l’Association médicale canadienne.

Des chercheurs de l’Université de Waterloo et de Toronto ont retrouvé la trace de ces documents parmi les quelques 40 millions de pages de documents rendus publics en 1998 par l’industrie du tabac, à la suite d’un jugement rendu au Minnesota. Les détails sont ici.

Ces millions de pages de textes, qu’on peut consulter en ligne ici, n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

L’an dernier, d’autres chercheurs y ont trouvé que les cigarettiers savaient depuis belle lurette que leurs produits contenaient des traces de polonium. On a fait grand cas de ces «cigarettes radioactives», même si le polonium est loin d’être le composant des cigarettes le plus toxique pour les fumeurs! (voir ces explications à ce sujet).

Plus important, à mon avis, plusieurs de ces documents ont aussi servi à étayer les soupçons de liens troubles entre les compagnies et certains chercheurs universitaires, comme Ragnar Rylander, qui fut jusqu’en 2001 professeur à la Faculté de médecine de l’université de Genève et agent de la société Philippe Morris.

En 2004, des chercheurs des universités Laval et de Toronto ont interrogé (document pdf) les facultés de médecine du Canada sur leurs liens avec l’industrie du tabac. Sur les 16 qui ont répondu, quatre recevaient des subventions de cette industrie. Aucune n’interdisait à ses professeurs de toucher des subventions ou des dons des cigarettiers. À votre avis, devraient-elles le faire?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Dans ce cas-ci, la destruction de 35 études scientifiques apparaît comme criminelle.
D’autre part souligner que des scientifiques, des professeurs ont contribué d’une façon ou de l’autre à minimiser ou biaiser des études sur le tabac apparaît disons-le comme une conspiration….mais faut surtout pas utiliser ce mot la conspiration surtout avec ces preuves directes parce que c’est l’ABC du système la désinformation.
Pour s’en laver les mains les gouvernements font des recours, laissent le produit sur le marché pour les taxes pour payer le stade olympique etc….ce n’est pas la pointe de l’iceberg….c’est là devant nous, ça rend malade, ça tue et c’est en vente libre…et ça coûte cher de soigner.

Tant que les gouvernements percevront des taxes sur les cigarettes et tant que les universités toucheront des subventions de ces compagnies, je n’aurai rien à dire !
Que ces deux instances commencent par prendre leurs distances et après on verra !

Il y a une collusion dans le secret des résultats de plusieurs études impliquant universitaires, gouvernements, divers paliers politiques et les compagnies. L’argent achète bien des gens pour financer recherche, campagne électorale, projets divers et la conscience de certains est plutôt élastique.

Ce n’est pas la cigarette uniquement qui est dommageable pour la santé, tous ces produits transformésriches en gras, sel et sucres raffinés figurant sur les tablettes des supermarchés, toute cette malbouffe qui est permise dans les écoles et les hôpitaux et les endroits publics, qu’en fait-on? Quand il est moins cher de manger des aliments transformés que de la vraie nourriture, un citoyen bien averti devrait se poser des questions. Mais il est difficile de réfléchir lorsque la publicité est permise partout et pour tout.

Il faut des élu(e)s avec des couilles pour combattre le système de lobbying et faire fi de l’argent offert par ces compagnies qui s’enrichissent sur le dos de tout le monde et font payer leurs dégâts de pollution environnementale et de notre santé pour leur production, vente et marketing auprès de gens peu entraînés à réfléchir pour eux-mêmes.

Vivement le jour où un gouvernement digne de ce nom interdira toute publicité de cigarette, malbouffe etc Les taxes perçues sur la vente de ces produits pour compenser les dépenses publiques pour les effets en découlant devraient en rendre le prix tellement prohibitif qu’il ne serait plus économiquement viable de les produire!

Je suis en accord avec les trois commentaires précédents. J’aimerais ajouter qu’il serait extrêmement intéressant aussi de connaître toutes les études secrètes de l’industrie pharmaceutique…