Lettre amicale à un conspirationniste

Le Dr Alain Vadeboncoeur prend la plume et s’adresse à la part d’humanité que nous avons tous en commun. 

Crédit : L'actualité

D’une certaine manière, je ne vous connais pas tellement. Je ne connais pas votre âge, ce que vous faites dans la vie, ce qui vous intéresse, comment vous relaxez le soir après une journée de travail. Je vous devine (assez mal) par vos publications, vos prises de position, vos envolées parfois lyriques. 

C’est encore plus difficile parce que vous n’avez pas de nom ni de face, ce qui contribue peut-être à vous désinhiber, à vous rendre plus agressif, au point que certains jours, tout ce que je perçois de vous, ce sont vos écarts de langage, vos insultes, vos attaques parfois dures — pas vraiment ce qui est le plus agréable chez l’humain. 

Quelques messages publics que vous avez eu la gentillesse de m’écrire ces dernières semaines.

Mais d’une autre manière, je vous connais plutôt bien. Assez pour savoir que vous êtes meilleur que vos publications les plus hargneuses. Assez pour comprendre que si je vous avais en face de moi plutôt que sur mon fil Twitter, vous ne tiendriez pas ce langage. Parce que taper des mots random sur un clavier est plus facile que de les prononcer les yeux dans les yeux. 

Ah, si vous étiez devant moi, assis à une table à café ou sur une civière d’urgence, vous seriez sans doute aimable ! Alors, est-ce que je peux essayer de m’adresser, pour un instant, à cette partie de vous-même que j’apprécierais ?

À une grande sœur qui s’occupe peut-être des devoirs du petit frère ? À un père qui va peut-être faire les courses après une journée difficile ? À une mère qui joue peut-être au softball la fin de semaine pour se changer les idées ? À un oncle qui offre peut-être son temps pour garder les enfants ? À qui que vous soyez ?

Je ne doute pas une seconde que vous êtes comme tout le monde, humain souvent de bonne humeur, des fois inquiet, prêt à aider quand il le faut, vivant le stress du quotidien, parfois en colère quand des choses vous tannent. Je suis convaincu que ce que je peux lire de vous — ce que vous laissez paraître — ne correspond pas à ce que vous êtes vraiment.

Ce que je devine à votre propos, je le tiens en partie de mes années à l’urgence. C’est qu’en 30 ans, on en voit de toutes les couleurs. Pour ainsi dire, j’ai rencontré l’humanité entière dans ces locaux où des drames parfois intenses se jouent. J’ai rencontré tout le monde, des plus sympathiques aux plus violents.

Des milliers comme vous, avec leurs histoires, leur genre, leurs traits, leurs problèmes médicaux ou simplement leurs inquiétudes. J’ai dû croiser cent fois votre personnalité précise, votre caractère intime. Je ne suis donc pas en terrain inconnu quand vous m’insultez sur Twitter.

Des personnes plus ou moins méfiantes, comme vous, il y en a beaucoup, de toutes sortes. Elles ne se soumettent pas aisément au point de vue de la majorité, rejettent l’avis des autorités et même mon avis médical, comme c’est votre plein droit. Certaines ont des idées terre à terre, d’autres, plus étranges. 

J’ai même soigné, surtout dans les urgences générales où j’ai longtemps travaillé, bien des gens souffrant de troubles graves, en psychose aiguë par exemple, déconnectés, comme on dit. Bien plus étranges que vous ne me semblez l’être. Je les aidais du mieux que je pouvais. Tout ce monde est humain et a bien plus de choses en commun que de différences. Il suffit de regarder à la bonne place.

George Frederic Watts, « Chaos » (c. 1875)

Je sais, cette méfiance qui vous habite, vous l’exprimez largement ces jours-ci, face au gouvernement, à l’OMS, au Dr Arruda, aux entreprises pharmaceutiques, à la santé publique, aux masques, au confinement — face à tout ce que vous n’aimez pas. Mais vous allez être surpris : je l’accepte tel quel, votre méfiance. Je la reconnais, notamment à mon égard. Vos injures ne me troublent même pas. 

La méfiance, c’est un trait fondamental, que je partage, que toute l’humanité partage. Elle nous habite, vous et moi, tout le monde, depuis toujours. Comme nos colères nous habitent, comme notre souhait d’aider, notre propension à croire, notre intérêt à comprendre ou notre sens communautaire — tout ce qui constitue ces traits de personnalité que nous partageons à divers degrés. 

Nous nous ressemblons plus que vous ne le pensez, en quelque sorte. Je pourrais même dire que nous sommes tous un peu conspirationnistes. Vous, moi, les autres. Peut-être à des degrés différents, vous plus que moi, j’en conviens, mais ce n’est qu’une question de nuances. 

J’essaie assez souvent d’exercer un doute systématique sur les choses et les idées, surtout dans ma vie professionnelle et scientifique, même dans ma vie personnelle. Je remets en cause les décisions, je discute, je m’obstine, parfois je conteste. On me trouve parfois gossant. Je suis même parfois aussi méfiant que vous. C’est normal, c’est humain.

Nos traits de personnalité, nos comportements, nos émotions, tout ce qui nous construit vous et moi et les autres, tout cela est essentiel. D’ailleurs, si ces traits existent, c’est qu’ils nous ont été bénéfiques jadis et le sont encore, il n’y pas d’autre raison possible. Si nous n’avions jamais été méfiants, comme humains, nous ne serions même pas là pour nous en parler. La méfiance comme un des moteurs de grandes avancées de l’aventure humaine, c’est une évidence. 

Au-delà de vous et moi et de nous tous, on pourrait se rendre jusqu’au monde animal, où cette fonction de base du cerveau s’est installée graduellement grâce à l’évolution, comme tout ce qui aide à survivre. Des animaux qui éprouvent la méfiance, mais aussi la peur, la colère, comme vous et moi, traits façonnés au fil des millions d’années qui forment une partie de l’immense bagage commun des outils du vivant pour affronter la réalité. 

Certaines personnes sont plus méfiantes que d’autres, pour diverses raisons : sociales, éducatives, génétiques, environnementales — que sais-je encore. Tout cela s’exprime et se constate tous les jours sur les réseaux sociaux, comme dans vos écrits ou vos interactions parfois intenses. 

Cette méfiance qui vous habite m’est même souvent utile, je dois l’admettre. Quand vous m’avez attaqué sur les réseaux sociaux, questionné, mis en doute, au point que cela m’a parfois irrité, ennuyé, cela m’a servi. Certaines de vos questions difficiles m’ont forcé à revenir à la base ; vos attaques contre le port du masque m’ont poussé à réviser les preuves et à m’assurer de la solidité de cette position. 

Quand vous avez affirmé que la pandémie était en quelque sorte derrière nous, cela m’a forcé à retourner aux données ; à comprendre ce qui se passait en France avec la montée des cas ; à suivre avec attention la situation à Madrid, là où les lits d’hôpitaux se remplissent de nouveau ; à mieux étudier aussi l’augmentation des cas chez nous. 

Comme disait l’autre, ce qui ne tue pas rend plus fort. Cela pousse à trouver des réponses, oblige à mieux présenter de plus solides arguments, convainc de vérifier la solidité des prémisses. Et lorsque par vos questions vous tentez vraiment de comprendre, j’essaie de vous présenter de bons arguments, de meilleurs angles, des positions plus claires, je dois essayer de partager avec vous mes connaissances. Je progresse.

Bon, j’admets que lorsque vous vous complaisez dans les injures ou les insultes, je n’ai pas assez de temps pour m’attarder à vos écrits. Au début, je trouvais cela amusant, mais quand trop d’énergie est dépensée pour essayer de dialoguer avec vous, que mes tentatives sont vouées à l’échec, j’ai bien envie d’abandonner la partie, je dois l’admettre. Et cela me démange de vous bloquer. Comme j’ai dû en bloquer bien d’autres dernièrement.

Ce qui nous ramène au point de départ : c’est toujours avec plaisir d’échanger avec vous quand vous le voulez bien. Nous rejoignons ainsi une part de l’humanité que nous avons en commun, surtout quand nous arrivons à insister sur nos ressemblances plutôt que nos divergences.

C’est justement à cette part d’humanité que nous partageons que je souhaite m’adresser aujourd’hui. 

Comme vous, sûrement, je connais plusieurs personnes qui ont été infectées par la COVID. Dans certains cas, tout s’est bien passé, elles ont dû se retirer du travail quelques semaines et sont revenues sans trop de problèmes. Dans d’autres cas, elles ont dû être hospitalisées. Et j’en connais aussi qui ont passé du temps aux soins intensifs. Et même certaines, qui en ont gardé des séquelles graves et importantes, sans savoir si elles vont un jour récupérer. 

Edvard Munch, « Le lit de mort » (1895)

Durant plusieurs semaines, les soins intensifs de la grande région de Montréal étaient pleins à craquer, remplis de tels patients, plus jeunes que ceux qui sont décédés en CHSLD, qui en ont arraché au bout de leur tube enfoncé dans la trachée, branché à nos pompes, nos respirateurs, gardés artificiellement dans le coma pendant que leurs proches se morfondaient pour eux. Bon nombre en garderont des séquelles à long terme, une réalité clinique de mieux en mieux reconnue. C’est terrible, vous ne trouvez pas ?

Et comme vous, sans doute, je connais aussi pas mal d’infirmières, d’inhalothérapeutes, de préposées, de médecins, de gestionnaires, de technologues, de commis, de secrétaires ou de paramédics qui travaillent encore plus dur que d’habitude depuis des mois. Vous avez sûrement dans votre famille une conjointe, un cousin, un frère, une sœur ou une mère dans le réseau de la santé. Vous, peut-être, je ne connais pas votre métier.  

Je pense aussi à tous les soignants qui sont allés prêter main-forte en CHSLD et qui en resteront marqués longtemps, parce que cela a dépassé la capacité d’adaptation. C’était vraiment difficile au printemps et même durant l’été.

Mais il s’est passé aussi autre chose, partout, pas seulement parmi les personnes les plus exposées à ces drames humains. Quelque chose de plus général, diffus, qui m’inquiète, qui devrait aussi vous inquiéter. Vous le savez, pour toutes sortes de raisons, le réseau de la santé est sous tension, depuis longtemps : manque de personnel, d’infirmières, de préposés ; urgences encombrées ; attente qui perdure ; retards dans les opérations.

L’arrivée de la COVID a aggravé ces problèmes alors que pendant des semaines, les hôpitaux, surtout de la grande région de Montréal, ont dû se concentrer sur les cas de COVID, les urgences cardiaques et les graves cancers, les autres soins ayant été souvent délaissés. 

Dans beaucoup d’hôpitaux, un peu partout — je reçois beaucoup de témoignages à cet effet  —, le courageux personnel déplacé vers les CHSLD pour y offrir des soins a mené à des « découvertures » importantes. Beaucoup de soignants se sont retrouvés à travailler doublement pour arriver à bien couvrir. De plus, comme les vacances ont ensuite été coupées, tout le monde a manqué de repos.

Les équipes de soins sont ébranlées. Beaucoup de soignants sont découragés, désabusés. Certains des plus amochés ont choisi de quitter le réseau. Vous le saviez aussi, n’est-ce pas ? On parle de plus de centaines de démissions. C’est énorme, ça porte un coup dur aux équipes restantes, qui doivent composer avec ces nouvelles réalités. On essaie d’engager, mais dans le contexte actuel, ça n’a rien d’évident.

Écoutez, même sans vague COVID à l’automne, ce serait difficile, alors qu’il faut essayer de rattraper le retard accumulé, ces 92 000 opérations retardées par la crise. Il faut faire fonctionner les hôpitaux même si on a dû retrancher des centaines de lits pour les transformer en chambres simples. Il faut maintenir les urgences (où vous consultez sans doute parfois) à flot alors qu’on a perdu des centaines de civières dans les réaménagements. Alors qu’il manque de personnel un peu partout. Ça ne sera pas évident.

Imaginez tout ça, mais avec plus de cas COVID. Imaginez avec une grosse vague de cas COVID. Dans un contexte ardu où les équipes sont fatiguées, épuisées, fragilisées. Pendant que tous ces soignants sont eux-mêmes aux prises dans leur vie personnelle avec la COVID, la rentrée scolaire, les tensions familiales, tout ce que vous avez à vivre aussi. Comprenez-vous cette détresse ? Et je ne vous parle même pas des écoles et des professeurs.

Quand vous manifestez bruyamment, quand vous niez la virulence du virus, quand vous criez qu’il n’y aura pas de deuxième vague, quand vous jurez que tout cela n’est que de la frime, quand vous demandez de ne pas porter le masque, fort de votre certitude qu’il ne sert à rien, quand vous refusez d’appliquer les mesures de distanciation, je vous l’assure, vous contribuez, peut-être sans le réaliser pleinement, à l’épuisement qui mine actuellement les gens du réseau de la santé. 

Tenez, j’aimerais que vous pensiez à ceux et celles qui vous soigneront si par malheur vous vous retrouvez vous aussi à l’urgence, atteint par la COVID, asphyxié par le manque d’oxygène, terrassé par les douleurs, affecté par un AVC — tout ce qu’il y a de terrible avec cette maladie que je ne vous souhaite pas. Enfin, et surtout, que vous pensiez à tous ceux et celles qui ont été, qui sont et qui tomberont malades durant cette période difficile.

Si je vous le demande avec insistance, c’est que, malgré votre méfiance, je suis persuadé que vous pouvez prendre assez de recul pour mieux réfléchir à tout cela. Et qu’alors, peut-être, vous arriverez aux mêmes conclusions que moi. Parce que je sais que nous avons beaucoup en commun. Toutefois, ce dernier bout de chemin, je ne peux le faire pour vous, il vous appartient entièrement. Mais je serai avec vous.

Laisser un commentaire

Très belle sensibilité, quelle patience vous avez! Malheureusement, je doute que les gens à qui s’adresse votre texte lisent l’actualité… 🙁

Répondre

Même pensée de mon côté: très bon texte, mais qui sera seulement lu par ceux qui sont déjà sensibilisés.

Fort possible. Cependant, comme le texte va circuler sur les réseaux sociaux, où plusieurs me suivent, je ne peux croire qu’ils seront au moins curieux. Quant à la patience, comme je réponds toujours: 30 ans d’urgence! 😁 Bonne soirée. Merci pour les commentaires!

Beau texte, docteur Vadeboncoeur. Si quelques-unes des personnes que vous visez le lisent, vous n’aurez pas perdu votre temps.

Hélas, peu d’entre elles le liront. Le nom de l’auteur et le titre de l’article suffiront à leur ôter l’envie de continuer.

Répondre

Fort possible. À moins qu’il n’y voient une sorte de défi, où bien s’ils s’attendent à une volée de bois vert et souhaitent y répondre. Plusieurs semblaient avoir lu ma petite expérience sur le masque en tout cas. Dont ils ont douté, mais bon. Merci du commentaire! 👍

Vous avez raison. A priori, le titre de la lettre porte une grande violence dans les mots choisis: Lettre amicale à un conspirationniste. Difficile d’y voir là une authentique main tendue. Étiqueter les gens, ici un ami, a tout d’un mur érigé, opaque et sans ouverture à l’autre.

Dr Vadeboncoeur, on ne pourra sûrement pas vous reprocher d’avoir tout tenté pour convaincre ces personnes qui remettent en question l’existence même du réel. Je vous envie votre patience et votre capacité à tenter d’ouvrir ne serait-ce qu’une petite brèche dans ce mode de pensée qui, fort heureusement pour l’avenir de notre société, demeure pour l’instant relativement minoritaire. Merci pour vos efforts. Surtout, continuez vos efforts, nous avons besoin de personnes comme vous.

Répondre

Merci pour le commentaire. J’ai essayé de prendre un peu de recul et de mettre en relation les mots de ces personnes avec ma réalité professionnelle. Ça m’a permis de relativiser les choses. Reste à espérer que ce soit possible de l’autre côté. Bonne soirée! ✌️

Votre phrase au sujet de ceux qui remettent en question l’existence du réel ma touchée.

Je vous invite à lire la définition du Larousse du mot : Distanciation.

En fait, ce plandémie (ooops lapsus à la sauce journalistique d’il y a quelques semaines. Vous savez, selon moult psychologues, les lapsus sont très révélateurs des arrières pensées;))… Nous disions donc cette pandémie fait ressortir des problèmes de société bien plus inquiétant que ce virus. Enfin, selon la réalité dans laquelle l’on vie… Mais avant de souligner ceux-ci, restons dans cette crise et sa gestion.

Non seulement l’OMS et Arruda nous disaient que le masque est bien pire que servir à rien, au contraire, il sert la propagation…

La chloroquine qui coûte très peu et donne selon nombreux experts internationaux de merveilleux résultats lorsque administrée au bon moment, n’est pas utilisé par notre système de santé. Bien qu’il semble raisonnable de croire selon certaines sources, que les forces armées en aient fait des réserves…

L’on paie via nos impôts un centre de crise qui devait avoir prévu le cas d’une éventuelle pandémie. Diriger, c’est anticiper… Je peux comprendre qu’ils ne pouvaient anticiper le traitement, puisque l’on ne pouvait anticiper à l’avance le type de virus. Mais tout ce qui est de l’ordre des quarantaine vs confinement, de réserves de masques en milieu médicaux qui manquaient lamentable, de services essentiels à maintenir vs ceux non essentiels à cesser, etc, etc, etc… Franchement, vous avez remarqué la présence d’un tel centre de crise? Le cas avenant, vous avez remarqué quelconque plan plus ou moins précis monté d’avance et permettant de juguler la pandémie? Nous avons tous eu le loisir de remarquer que le gouvernement peut nous envoyer des messages sur nos cellulaires quand vient une alerte Amber par exemple. Avez-vous reçu de tels messages sur vos cellulaires concernant cette pandémie encore plus dangeureuse qu’un-e kidnappeurs-kidnappeuses d’enfant(s)? Pourtant, pratiquement au quotidien les règles importantes à connaître pour l’ensemble de la population afin de juguler la crise, comme pour obtenir de l’aide au besoin, changeaient… Plutôt qu’obtenir l’info via le poste de TV entrecoupé de moult publicités et autres insignifiances… Ou via le cousin, la belle-sœur, Pierre, Jean, Jacques, etc… Ce qui a très largement contribué à nourrir la confusion, les discordes et puis finalement les idées conspirationnistes… Puisque nous devions faire des recherches en ligne, si nous n’étions pas de type virus de la société avachi devant la TV 24/7 ou presque… à développer tout un autre tas de maladie qui participe largement à l’engorgement de nos hôpitaux.

Ne parlons pas de nos impôts et de la question légitime à savoir ce qu’en a fait ce centre de crise qui devait prévoir…

Personnellement, je ne vais parler qu’en mon nom bien que je sois loin d’être seul à le penser… J’estime que la grande majorité des responsables de notre gouvernement devraient non seulement être mis à la porte, mais également répondre de leurs actes devant la justice. S’il n’y a pas là matière à crier au loup (conspiration), il y a très certainement matière à porter des accusations criminelles, ne serait-ce que de négligence criminelle.

Quant au complot… Il faut vraiment avoir grandi la tête dans le cul pour dire qu’il n’y a jamais eu de complot comme il n’y en aurait pas plus aujourd’hui sur notre belle planète. Regardez la définition de complot, ce n’est pas un terme qui vient de la science fiction. De tout temps, il y en a eu. Et pas qu’un seul, il y en a des masses. Alors, n’est-il pas probable que dans l’ensemble il y en ait un qui soit dominant? Bref… J’en ai rien à cirer… J’observe les faits…

Dans les faits, bien avant la crise du Covid, un peu partout dans le monde les gens montaient de plus en plus souvent et nombreux dans les rues pour se plaindre de nos gestionnaires et les innéquités sociales. Certain-e-s vous diraient qu’il n’y a pas d’hasard…. Disons que c’est une sacré coïncidence un virus si virulent que nos politicien-ne-s à la TV qui nous disent de garder deux mètres sont côtes à côtes à quelques pouces… Ils-elles nous disent de porter le masque, souvent on les voit sans… Enfin… Si virulent que l’on oubli les principaux débats de société existants juste avant et qui vont revenir au galop encore plus grands et virulents incessamment, sinon après la crise…

Un virus bien plus virulent que le Covid nous guette depuis longtemps. L’écart grandissant entre riches et les pauvres. Ce qui signifie non moins un effritement de la classe moyenne. Et là encore, je ne connais pas votre réalité spécifique… Personnellement, j’ai été ~ 10 ans enquêteur en fraudes économiques, c’est ma réalité, mon bagage, mes outils qui me permettent d’avoir un esprit d’analyse et synthèse différent du votre sur de tels sujets… Et une réalité qui va tous nous rejoindre incessamment, c’est que l’impact de la façon de gérer le Covid ne fera qu’accentuer les innéquités et par le fait même une crise bien plus virulente que le Covid.

Étrangement, notre Legault comme notre Trudeau, alors qu’ils se plient plus ou moins entièrement aux recommandations de l’OMS (nuance… Recommandations vs ordres vs lois)… Qui est dois-je le souligner à votre réalité, une agence répondant de l’ONU… Ne nous parlent pas pu des faits mentionnés dans les articles ici-bas… Ils ne s’y attaquent encore moins. Et vous vous étonnez, voir vous vous scandalisez qu’une partie grandissante de la population estime que nos gestionnaires sont des pourris, voir acteurs d’un complot. J’en ai rien à cirer du nom à donner au peuple vs les dirigeants. Chose certaine, les faits ne sont pas en faveur que je prenne la défense de nos dirigeants.

https://www.ledevoir.com/societe/education/573495/des-parents-denoncent-l-ecole-quebecoise-a-trois-vitesses-devant-l-onu

https://www.lapresse.ca/actualites/education/2019-09-30/le-systeme-scolaire-quebecois-serait-le-plus-injuste-au-pays

https://ici.radio-canada.ca/amp/1686980/mouvement-ecole-ensemble-systeme-public-selectif-prive-nations-unis

Des innéquités qui servent bien Legault et Trudeau comme leur gang et leur fiston, jusqu’à présent… Je peux vous sortir d’inquantifiables articles de sujets semblables. S’il vous paraît plus aisé de vivre dans le déni, je ne partage pas votre avis. Quant à moi, il est plus que temps de tous nous retrousser les manches et s’affairer à changer ça!

Je suggère fortement que l’on donne leur 4% à nos dirigeants, sans plus et surtout pas de pension à vie selon les normes du RREGOP… Et que l’on instaure l’Open Intel et la démocratie directe. Je sais, ce sont des termes/idées qui échappent probablement à votre réalité… Mais je vous prie de mieux prendre le pouls de la réalité globale. Parce que quelque soit votre réalité, cette réalité va tous nous rattraper et elle est bien plus virulente que le Covid, qu’il soit bien ou mal géré. Et non seulement je ne crois pas que votre réalité vous permette d’aller vous terrer quelques années dans un abris sous-terrain… Je ne crois pas que ce soit suffisant et encore moins une vie souhaitable aussi confortable soit votre abris. Et croyez-moi ou pas, policier-e-s et autres membres des forces de l’ordre sont de plus en plus conscients qu’ils-elles n’ont pas d’abirs eux et encore moins leurs proches… Vous croyez vraiment qu’ils-elles vont indéfiniment défendre le ~1% et la gang de ploutocrates derrières d’environ 5-6%, au détriment d’eux-elles mêmes et ~93-94% de la population?

Ceci n’est qu’un partage et témoignage d’un ex-enquêteur chevronné qui en a eu marre de voir la corruption, l’égoïsme et l’hypocrisie de mes pairs de l’élite. Pas au point de me suicider comme nombreux et nombreuses de mes confrères. Mais bel et bien au point de changer mon fusil d’épaule (figure d’esprit. Je n’ai aucun fusil et je suis un pacifiste) et ne plus jamais me taire contre cette absurdité qui est en train de coûter la Terre à nos enfants.

La question n’est pas masque ou pas masque… Ni complot ou pas. C’est qu’allons-nous faire de ces si nombreuses innéquités.

Je vous laisse retourner à votre show de tv réalité préféré.

Ne pas avoir le courage d’écrire sous son nom, ça signifie quoi, dans l’oeuvre de votre auteur préféré? To be or not to be quelqu’un, n’est-ce pas?

Je ne pourrai pas répondre à votre roman-fleuve, pas plus qu’on ne peut répondre à Othello, mais je vais relever quelques points de mon mieux. Mes réponses seront très brèves, désolé.

Je vous invite à lire la définition du Larousse du mot : Distanciation.

Voilà: « Action de créer une distance, de prendre du recul, entre soi et une action réalisée ou des mots formulés ; créer une distance entre soi et une réalité. Exemple : La distanciation sociale est recommandée dans le cadre d’une pandémie, afin d’éviter la propagation du virus. » Mais vous n’avez pas de point associé, donc c’est tout.

« En fait, ce plandémie (ooops lapsus à la sauce journalistique d’il y a quelques semaines. Vous savez, selon moult psychologues, les lapsus sont très révélateurs des arrières pensées;))… »

Votre observation est fort savante mais Freud ne m’inspire pas beaucoup.

« Non seulement l’OMS et Arruda nous disaient que le masque est bien pire que servir à rien, au contraire, il sert la propagation… »

Et? Les connaissances ont évolué entre mars et juin, vous savez. Tant mieux, me direz-vous. Antipholus de Syracuse aurait été content.

« La chloroquine qui coûte très peu et donne selon nombreux experts internationaux de merveilleux résultats lorsque administrée au bon moment, n’est pas utilisé par notre système de santé. Bien qu’il semble raisonnable de croire selon certaines sources, que les forces armées en aient fait des réserves… »

Selon le consensus scientifique actuel, elle ne l’est pas, et peut même être nuisible. Pas selon « de nombreux experts » ou « les forces armées ». La science, publiée dans de vrais journaux scientifiques, révisée par les pairs. Je n’en prendrais pas, d’ailleurs. Artémidore serait sûrement d’accord.

« L’on paie via nos impôts un centre de crise qui devait avoir prévu le cas d’une éventuelle pandémie. Diriger, c’est anticiper… Je peux comprendre qu’ils ne pouvaient anticiper le traitement, puisque l’on ne pouvait anticiper à l’avance le type de virus. Mais tout ce qui est de l’ordre des quarantaine vs confinement, de réserves de masques en milieu médicaux qui manquaient lamentable, de services essentiels à maintenir vs ceux non essentiels à cesser, etc, etc, etc… Franchement, vous avez remarqué la présence d’un tel centre de crise? »

La gestion n’a pas été parfaite, mais je doute qu’elle ait été bien pire qu’ailleurs. Par ailleurs, les prémisses (manque de personnel, mobilité, capacité de soins) étaient plus complexes qu’ailleurs, ce dont j’ai déjà parlé dans mes textes. Artésius aurait sans doute dit la même chose.

« Le cas avenant, vous avez remarqué quelconque plan plus ou moins précis monté d’avance et permettant de juguler la pandémie? Nous avons tous eu le loisir de remarquer que le gouvernement peut nous envoyer des messages sur nos cellulaires quand vient une alerte Amber par exemple. Avez-vous reçu de tels messages sur vos cellulaires concernant cette pandémie encore plus dangeureuse qu’un-e kidnappeurs-kidnappeuses d’enfant(s)? Pourtant, pratiquement au quotidien les règles importantes à connaître pour l’ensemble de la population afin de juguler la crise, comme pour obtenir de l’aide au besoin, changeaient… Plutôt qu’obtenir l’info via le poste de TV entrecoupé de moult publicités et autres insignifiances… Ou via le cousin, la belle-sœur, Pierre, Jean, Jacques, etc… Ce qui a très largement contribué à nourrir la confusion, les discordes et puis finalement les idées conspirationnistes… Puisque nous devions faire des recherches en ligne, si nous n’étions pas de type virus de la société avachi devant la TV 24/7 ou presque… à développer tout un autre tas de maladie qui participe largement à l’engorgement de nos hôpitaux. »

J’ai en effet vu beaucoup de diffusion d’information sur les mesures à prendre, depuis le début.

« Ne parlons pas de nos impôts et de la question légitime à savoir ce qu’en a fait ce centre de crise qui devait prévoir… »

D’accord, n’en parlons pas.

« Personnellement, je ne vais parler qu’en mon nom bien que je sois loin d’être seul à le penser… J’estime que la grande majorité des responsables de notre gouvernement devraient non seulement être mis à la porte, mais également répondre de leurs actes devant la justice. S’il n’y a pas là matière à crier au loup (conspiration), il y a très certainement matière à porter des accusations criminelles, ne serait-ce que de négligence criminelle. »

Je doute fort que vous ayez raison, mais cela relève des procureurs, n’est-ce pas. Je ne suis pas juriste, mais médecin. Peut-être l’êtes-vous?

« Quant au complot… Il faut vraiment avoir grandi la tête dans le cul pour dire qu’il n’y a jamais eu de complot comme il n’y en aurait pas plus aujourd’hui sur notre belle planète. Regardez la définition de complot, ce n’est pas un terme qui vient de la science fiction. De tout temps, il y en a eu. Et pas qu’un seul, il y en a des masses. Alors, n’est-il pas probable que dans l’ensemble il y en ait un qui soit dominant? Bref… J’en ai rien à cirer… J’observe les faits… »

Je ne sais pas qui a la tête dans le cul, charmante expression, mais je n’ai jamais dit qu’il n’y avait jamais eu de complot. Dites-le à qui ça s’adresse, aussi vulgairement que vous le voulez, d’ailleurs c’est plus facile quand on cache son nom, vous êtes un excellent exemple de ce que j’explique.

« Dans les faits, bien avant la crise du Covid, un peu partout dans le monde les gens montaient de plus en plus souvent et nombreux dans les rues pour se plaindre de nos gestionnaires et les iniquités sociales. Certain-e-s vous diraient qu’il n’y a pas d’hasard…. Disons que c’est une sacré coïncidence un virus si virulent que nos politicien-ne-s à la TV qui nous disent de garder deux mètres sont côtes à côtes à quelques pouces… Ils-elles nous disent de porter le masque, souvent on les voit sans… Enfin… Si virulent que l’on oubli les principaux débats de société existants juste avant et qui vont revenir au galop encore plus grands et virulents incessamment, sinon après la crise… »

Je comprends que vous croyez que la pandémie est une fabrication pour cacher le laisser-aller des politiques publiques, que j’ai pour ma part souvent dénoncé. J’en doute fort. Une telle affirmation étonnante demande une démonstration du même niveau. Ce que vous ne faites pas. En fait, vous enlignez beaucoup de mots, mais bien peu d’idées et de démonstrations. C’est votre droit.

« Un virus bien plus virulent que le Covid nous guette depuis longtemps. L’écart grandissant entre riches et les pauvres. Ce qui signifie non moins un effritement de la classe moyenne. Et là encore, je ne connais pas votre réalité spécifique… Personnellement, j’ai été ~ 10 ans enquêteur en fraudes économiques, c’est ma réalité, mon bagage, mes outils qui me permettent d’avoir un esprit d’analyse et synthèse différent du votre sur de tels sujets… Et une réalité qui va tous nous rejoindre incessamment, c’est que l’impact de la façon de gérer le Covid ne fera qu’accentuer les iniquités et par le fait même une crise bien plus virulente que le Covid. »

Enfin un propos fondé, je ne peux être en désaccord avec vous.

« Étrangement, notre Legault comme notre Trudeau, alors qu’ils se plient plus ou moins entièrement aux recommandations de l’OMS (nuance… Recommandations vs ordres vs lois)… Qui est dois-je le souligner à votre réalité, une agence répondant de l’ONU… Ne nous parlent pas pu des faits mentionnés dans les articles ici-bas… Ils ne s’y attaquent encore moins. Et vous vous étonnez, voir vous vous scandalisez qu’une partie grandissante de la population estime que nos gestionnaires sont des pourris, voir acteurs d’un complot. J’en ai rien à cirer du nom à donner au peuple vs les dirigeants. Chose certaine, les faits ne sont pas en faveur que je prenne la défense de nos dirigeants. »

Je ne me suis ni étonné ni scandalisé de la chose dans cet écrit. Vous lisez bien ce que vous voulez lire. Cela s’appelle de la projection ou du moins un problème de lecture. Je n’ai pas pris non plus la « défense de nos dirigeants ». Je suis critique quand je dois l’être. J’essaie de me baser sur les faits. Et vous?

« Des iniquités qui servent bien Legault et Trudeau comme leur gang et leur fiston, jusqu’à présent… Je peux vous sortir d’inquantifiables articles de sujets semblables. S’il vous paraît plus aisé de vivre dans le déni, je ne partage pas votre avis. Quant à moi, il est plus que temps de tous nous retrousser les manches et s’affairer à changer ça! »

Je ne vis pas dans le déni, je ne sais pas où vous prenez cela. Déni de quoi? Pour ce qui est du changement, si vous me connaissiez un peu, vous sauriez que je ne suis pas nécessairement le moins sensible à ces réalités de mes collègues. Mais bon, je vous laisse à vos procès d’intention et vos préjugés, vous y semblez à l’aise et tant mieux pour vous.

« Je suggère fortement que l’on donne leur 4% à nos dirigeants, sans plus et surtout pas de pension à vie selon les normes du RREGOP… Et que l’on instaure l’Open Intel et la démocratie directe. Je sais, ce sont des termes/idées qui échappent probablement à votre réalité… »

J’ai quand même une assez bonne connaissance des enjeux sociaux. C’est tout un programme politique que vous avez là. Il existe quelques conditions difficiles à atteindre pour faire des changements de cet ordre. La première est d’assumer sa parole et ses convictions en parlant en son nom. La seconde est de tenir compte de la réalité. Il y en a beaucoup d’autres, vous les connaissez sûrement.

« Mais je vous prie de mieux prendre le pouls de la réalité globale. Parce que quelque soit votre réalité, cette réalité va tous nous rattraper et elle est bien plus virulente que le Covid, qu’il soit bien ou mal géré. Et non seulement je ne crois pas que votre réalité vous permette d’aller vous terrer quelques années dans un abris sous-terrain… Je ne crois pas que ce soit suffisant et encore moins une vie souhaitable aussi confortable soit votre abris. Et croyez-moi ou pas, policier-e-s et autres membres des forces de l’ordre sont de plus en plus conscients qu’ils-elles n’ont pas d’abirs eux et encore moins leurs proches… Vous croyez vraiment qu’ils-elles vont indéfiniment défendre le ~1% et la gang de ploutocrates derrières d’environ 5-6%, au détriment d’eux-elles mêmes et ~93-94% de la population? »

On commence sérieusement à s’éloigner de la pandémie, vous ne trouvez pas? Vous ne dites cependant rien de ce qui doit être fait actuellement. Votre discrétion ne vous honore pas.

« Ceci n’est qu’un partage et témoignage d’un ex-enquêteur chevronné qui en a eu marre de voir la corruption, l’égoïsme et l’hypocrisie de mes pairs de l’élite. Pas au point de me suicider comme nombreux et nombreuses de mes confrères. Mais bel et bien au point de changer mon fusil d’épaule (figure d’esprit. Je n’ai aucun fusil et je suis un pacifiste) et ne plus jamais me taire contre cette absurdité qui est en train de coûter la Terre à nos enfants. »

Je veux bien, à chacun ses combats, mais cela nous éloigne singulièrement du sujet.

« La question n’est pas masque ou pas masque… Ni complot ou pas. C’est qu’allons-nous faire de ces si nombreuses iniquités. »

Il faut travailler à les réduire.

« Je vous laisse retourner à votre show de tv réalité préféré. »

Je vous laisse à la partie de vos écrits qui semble plus ou moins en lien avec la réalité. La prochaine fois, essayez de résumer SVP.

Je vous souhaite une excellente journée.

Je suis de tout cœur avec vous Dre Vadeboncoeur. Vous faites du bon boulot et j’apprécie votre façon de vulgariser sur la covid. Ces gens sont des minables qui n’osent même pas dire leur nom et qui désinforment certaines personnes plus vulnérables en se cachant sous l’anonymat de l’Internet et ils osent du même coup dénigrer un homme de votre trempe. Je suis certaine qu’ils n’ont même pas mis les pieds dans un hôpital pour soigner des gens malades du covid ou autre maladie contagieuse. Ils tiennent constamment des propos non prouvés scientifiquement et se foutent des gens qui vont mourir par leurs fautes. Bravo Dre Vadeboncoeur et continuer votre bon travail! En passant, je suis infirmière au CHUL de Québec et j’ai soigné bien des gens atteints de maladie contagieuse et jamais j’en aurais pris soins sans protection.

Répondre

Je présume en effet qu’ils ne connaissent souvent pas grand chose à cette dure réalité clinique. Un peu d’exposition à la souffrance des gens allumerait sans doute quelques lumières chez ceux et celles qui ont de la bonne volonté. La campagne proposée par le gouvernement pour mettre en scène des victimes me semblent une bonne idée à cet égard. Continuez votre bon boulot et salutations à mes amis Pierre, Rémi et les autres! Merci pour le commentaire. 😎

Merci Docteur Vadeboncoeur pour ce grand texte écit pour nous rassurer écrit avec grande lucidité avec une franchise dësarmente et surtout avec une grande Humanité.
Mes remerciements à tous ces soignants. à votre équipe si dévouée.
Merci! merci! merci!

Répondre

Merci à vous de l’apprécier. Ça m’a coûter une nuit de sommeil mais je suis satisfait d’avoir pu mettre quelques mots sur ces idées qui me travaillaient depuis quelque temps. Bonne fin de semaine! 👍

Merci Dr Vadeboncoeur ( quel beau nom prédestiné) cela fait du bien de lire un texte aussi intelligent et bien écrit. Merci pour votre patience et empathie. Merci de ne pas vous abaisser à leur niveau. Merci de nous garder si bien informé. Merci pour votre grande capacité de vulgarisation. Merci pour votre humour! Nous avons besoin de personnes comme vous pour nous éveiller, nous faire grandir et nous rendre meilleur en tout temps et surtout en ces derniers un peu étrange! Merci!

Répondre

Excellent texte et message. En espérant qu’il atteindra la cible et fera comprendre aux gens dont vous parlez que la limite est déjà dépassée.

Répondre

Dr. Vadeboncoeur

Quelle façon élégante de mettre les covidiots à leur place. Hélas, ils ne liront sans doute pas votre texte, mais on peut néanmoins espérer. On en connait tous : des conspirationistes, des négationistes, des « experts » en la matière. On les reconnait surtout par leur langage, leur façon de s’exprimer, leur grammaire et leur orthographe sans faille. C’est Luc Lavoie au 98,5 FM qui disait récemment que leur niveau d’instruction était fort bien représenté dans la qualité (ou manque de) de leurs textes. Et c’est Denis Lévesque qui disait « avec leur 3ième secondaire, ils se prennent pour des experts ». Vous êtes trop patient. Je n’ai pas votre niveau de tolérance. Ces gens m’exaspèrent, me rendent coléreux. L’ignorance est un choix. Merci pour vos bons mots à ces gens. Je n’aurais pas pu les écrire. Et surtout, un grand merci à vous et à tous et toutes vos collègues qui pratiquez le métier le plus noble de la planète : nous garder en santé et en vie.

Répondre

Il ne faut pas non plus traiter les gens de « covidiots », les gens ont besoin de réponses à leurs questions en ces moments où l’incohérence règne et la population a peur Sachez M..Lafortune que le respect va dans les deux sens 😉

Magnifique texte Dr Vadeboncoeur, empreint de sagesse… un baume en cette période dans laquelle nous sommes tous plongés, certains ne voulant l’accepter et par défense, s’y opposent. Le respect que vous démontrez est d’une grande noblesse… Bravo! Je viens de partager. 😊

Répondre

J’imagine qu’il est très difficile de discuter avec des adeptes de théories conspirationnistes. J’aimerais croire qu’il vaut mieux tenter de les comprendre plutôt que de les pourfendre. Ces gens sont humain après tout. Mais avec quels arguments pourrions nous les convaincre de l’importance de comportements responsables vis-à-vis la société qui contribue plus à leur bien être qu’à leur mal de vivre? Bravo pour cet effort Dr Vadeboncoeur. Pour ma part c’est difficile l’envie de simplement les ridiculiser et ne pas les prendre au sérieux. L’article m’a fait reconsidérer mon attitude face à ces personnes.

Répondre

Merci de souligner les séquelles, au sujet desquelles nous en apprenons plus chaque jour, et qui pourraient être pires que la mort, pour certains d’entre nous.

Répondre

Tout est dit. Merci à vous docteur Vadeboncoeur de prendre ce temps précieux pour essayer de les convaincre. À tous ceux qui lieront ce témoignage, faites-le circuler. Peut-être pourrons nous en convaincre au moins un chacun. Bonne chance!!!

Répondre

Bravo pour votre message. Il est facile de critiquer comme vous le dites si bien. J’espère que votre messager permettra à certains de réfléchir et comprendre que situation est hors de l’ordinaire. Cependant, avec les réactions de certains dirigeants, qui semble avoir la science infuse, les plus sensibles se laissent influencer.

Répondre

Vous avez une très belle plume. J’abonde totalement à vos propos. C’est facile, je crois en la science. Je crois en la réalité.
Mais, comme disent plusieurs de vos lecteurs, ceux et celles qui vous critiquent pour critiquer ne comprennent à peine la grandeur de votre raisonnement. Comment convaincre des gens qui croient encore que la terre est plate??? entre autres choses????Un peu désolant et décourageant ne croyez-vous pas?

Répondre

C’est toujours inspirant de vous écouter et de vous lire. Merci de prendre de votre précieux temps pour si gentiment essayer non pas de convaincre mais tout simplement d’exposer la réalité. Il est vrai que l’on semble être dans un monde un peu surréel ce qui rend peut-être plus difficile d’accepter la réalité.
Courage et merci encore.

Répondre

Bonjour Dr Vadeboncoeur,
Votre texte est fort explicite, clair,précis, humain, loin de toute arrogance, mais visant certains points tus et cachés inconsciemment ou volontairement par ceux qui défient la distanciation, le port du masque.
J’ai vu la détresse sur le visage des patients dans un CHSLD ( mon frère éminent ingénieur devint paralysé, il y a 2ans), lors du début de l’autorisation des visites des proches aidants. Je me souviendrai longtemps de cette tristesse, de ce regard hagard, de ces mains tendues. Je me suis promise, que de mon mieux, je participerai à la lutte de ce fléau qui nous assaille par de l’information la plus précise, mais aussi changeante au fur et à mesure des nouvelles données scientifiques ( je suis mathématicienne de formation), par le respect des contraintes de distanciation sociale pour moi, mon environnement, par une certaine vigilence de tous les instants.
La vie est beaucoup plus complexe, les visites au CHSLD sont stressantes car il faut se plier à tout le protocole de protection (masque, visière, blouse, gants) mais combien humainement enrichissantes; les projets se limitent pratiquement au lendemain, les sorties réduites. mais, il faut garder l’espoir que nous vaincrons cette pandémie, c’est un peu l’essence de notre existence sur terre!
Anne

Répondre

Texte bien senti et livré avec respect par un homme d’une grande sensibilité,, doté d’un bon gros bon sens et d’une grande humanité. Vous avez toute notre reconnaissance pour votre implication sociale qui s’ajoute à votre implication pleine et entière auprès mal malades.

Répondre

Merci pour ce beau texte. Malheureusement les gens concernés s’abreuvent seulement de partage qui leur donne raison. Combien de fois, lorsque je tentais de raisonner quelques abrutis (je suis désolée pour le mot, mais c’est le seul poli que j’ai trouvé pour ses gens), je leur demandais minimum de respect pour les gens au front pour nous soigner… mais il me semble que s’enfoncer d’avantage dans leur lubie est mieux que de changer d’idée! J’ai partagé votre belle lettre sur ma page, car je me dis, si cette lettre peut faire réfléchir quelques personnes, cela en vaut la chandelle.

Répondre

Cher Dr Vadeboncoeur. Vous lire est toujours un plaisir et je suppose ici que votre intention était surtout d’exposer à la grande majorité d’entre nous votre interprétation, très fondée en passant, du comportement déplaisant de cette minorité incrédule. Cela ne nous campera que davantage dans notre conviction et notre compréhension de la réalité. Car le fait est que malgré leurs insultes, leurs récriminations, leurs futiles manifestations, leur irresponsable refus de porter le masque pour le bien commun, il y a et il y aura d’autres malades et, d’autres décès de COVID. Merci à vous et à tout le personnel de la santé pour vos efforts désintéressés. Notre système médical actuel, même s’il n’est pas parfait (rien ne l’est), fera en sorte que les conséquences de la pandémie, dans tous les secteurs, seront significativement moindres que s’il était tel que celui qui oeuvrait en 1918.

Répondre

Bonjour Dr Vadeboncoeur, Désolée, je n’ai pas tout lu votre texte. J’ai 65 ans et je me pose bien des questions alors je suis une conspirationniste … Si les gouttelettes contiennent suffisamment de virus pour infecter une autre personne, pourquoi les tests sont-ils si agressifs au lieu de tout simplement prendre de la salive ? D’autant plus que le test actuel doit être fait par des infirmières et qu’il en manque déjà +++ dans le réseau.
Ne vous en faites pas avec toutes les horreurs qui peuvent être dites sur les réseaux sociaux, ceux qui posent des questions en reçoivent aussi à profusion.
Bonne journée
Johanne Cloutier

Répondre

Quel texte intelligemment écrit. Texte rempli de douceur, de patience et d ‘empathie. Ce sont là des qualités essentielles pour votre profession. En espérant qu’il réveillera certain d’entre eux et les sensibilisera à tous les dommages co-latéraux que leurs actes peuvent engendrer. Est ce possible, rendus où ils en sont, avec toute la colère aveuglante qui les habite?

Répondre

C’est avec beaucoup d’attention que j’ai lu l’article ainsi que les commentaires qui l’accompagnent. Que dire de plus ? Si ce n’est que cela porte à réflexion et surtout souligner les talents de l’auteur et la justesse des commentaires. Toutes mes félicitations. Pierre Audet-Lapointe.

Répondre

Monsieur Vadeboncoeur, on ne pourra pas dire que vous n’aurez pas essayé, de la façon la plus pacifique possible, de faire comprendre la triste réalité que nous vivons actuellement.
Merci pour votre générosité, votre humanité et votre bonté!

Répondre

Dr Vadeboncoeur,

Je vous remercie pour cet éditorial. En espérant qu’il donnera chez plusieurs le résultat escompté. Il est sage mais nécessaire; je m’empresse de le partager sur ma page Facebook. Je suis moi-même infirmière en psychiatrie et je constate, dans ma clientèle, beaucoup de peur et d’incompréhension qui se traduisent en méfiance dans un système déjà échaudé. Merci, Dr Vadeboncoeur.

Répondre

Bel effort Dr. Vadeboncœur, ça valait la peine de le faire. (-: Peut-être serez vous entendu par quelques personnes aux convictions complotistes pas encore trop solidifiées. Quant aux disciples convaincus d’Alexis Cossette-Trudel et de QAnon, ceux qui se disent dans un régime totalitaire mais ne semblent pas s’apercevoir qu’ils peuvent encore dire tout ce qu’ils veulent (à part des menaces de mort aux parlementaires) sans se faire arrêter, je pense qu’ils sont rendus trop loin pour pouvoir vous tendre l’oreille. Une chose que j’aimerais, c’est ne plus entendre ou lire de journaliste qui dit des choses comme «… qui prend de plus en plus d’ampleur. » en parlant de la mouvance antimasque, antivax, antigouvernement. etc. C’est le genre d’affirmation qu’on fait pour créer de l’excitation et hausser les cotes d’écoute je pense, mais il vaudrait mieux s’abstenir.

Répondre

J’ai enseigné longtemps sur la prévention…. des maladies infectieuses. Je commençais toujours cette partie du programme en disant à mes étudiants: nous allons maintenant apprendre à travailler pour quelque chose qui n’existe pas…. encore! D’où la difficulté : Méfiance et Patience, deux mots clés. Je partage votre texte sur FB en espérant que celui-ci rejoigne d’autres lecteurs.

Répondre

Comme plusieurs, je trouve que c’est un excellent texte. Malheureusement, je pense qu’il atteindra surtout les personnes déjà convaincues. Cependant, pour un spécialiste des communications, il est sans doute possible d’en ressortir l’essentiel et de faire des capsules qui pourraient être diffusées.

Répondre

Merci pour ce texte, que j’ai partagé sur FB. Parce que je trouve le propos important, je prends le temps de signaler cette coquille.

Il manque un mot dans cette phrase : « D’ailleurs, si ces traits existent, c’est qu’ils nous ont été jadis et le sont encore, (…) » devrait se lire « D’ailleurs, si ces traits existent, c’est qu’ils nous ont été UTILES jadis et le sont encore, (…) ». (ou « jadis utiles » – whatever)

Répondre

Quel texte magnifique ! Merci pour ces instants de réflexion. Je souhaite que de nombreuses personnes puissent s’en inspirer et participer à le faire connaître au plus grand nombre.
Vous ne soignez pas seulement le corps mais aussi l’esprit; c’est remarquable!

Répondre

Cher Dr. Vadeboncoeur, Vous avez la patience d’un ange! Je vous remercie de prendre le temps de parler à tous ceux qui sont encore « méfiants »… Que Dieu vous bénisse et vous protège! Gardez cette belle nature que vous avez et ne vous laissez pas décourager par les gens qui se cachent derrière un avatar pour répandre leur fiel. Bon courage!

Répondre

C’est vrai que le personnel de la santé se retrouve dans des situations difficiles depuis plusieurs années et encore d’avantage depuis quelques mois. C’est vrai aussi que ceux et celles qui se questionnent sur la gestion du gouvernement et des conflits d’intérêt possibles entre certains intervenants et Big Pharma ne sont pas tous des idiots qui croient que la terre est plate. Ce qui me chagrine, ce sont des humains qui semblent conscients que certains gestes qu’ils posent, font du mal à autrui, mais continuent quand même afin de profiter de certains avantages personnels.

Répondre

« D’ailleurs, si ces traits existent, c’est qu’ils nous ont été […] jadis et le sont encore, il n’y pas d’autre raison possible. »
[utiles, précieux, salutaires, bénéfiques, …]

Répondre

Bravo pour votre témoignage.Ne me répondez pas… À la place passez du temps avec vos proches enfin qu’ils vous donnent leur amour. Vous le méritez tellement!Vous êtes une personne très évoluée spirituellement. La science et la spiritualité sont reliés et indivisibles.Love!

Répondre

Merci! Votre texte fait réfléchir! Je fais partie des personnes qui croit en la Covid mais qui se pose un tas des questions face à autant de propos incohérents venant des médias ce qui ébranle ma confiance. Nous avons besoin de réponses actuellement et contrairement à l’Europe, nous n’avons pas de médecins, de virologue qui nous explique par le biais des médias ce qui arrive maintenant. Nous voyons bien qu’il y a moins de morts, moins d’hospitalisation et pourtant on maintient l’urgence sanitaire et les dommages collatéraux sont très importants. On a toujours qu’une seule version, on a réellement besoin que vous les médecins, spécialistes, virologues du Québec, vous vous exprimiez maintenant.
Quand on a pas de réponse à nos questions, il arrive ce qui arrive, la population est effrayée et n’a plus confiance au goûter cherche des réponses dans les réseaux soy. 😏 Merci de me lire et merci pour votre texte que je vais partager.

Répondre

Je n’en reviens pas des commentaires stupides et haineux des complotistes. Les bras m’en tombent. Quelle bêtise, quel manque de respect élémentaire !

Répondre

Voilà une plume douce,réaliste et intelligente! Un texte constructif À LIRE car je n’ai pas eu l’impression qu’on tentait de me convaincre mais bien de me faire prendre conscience et de me sensibiliser face à une triste réalité qui demande à tous de petits sacrifices quotidiens si ce n’est par compréhension ni confiance alors au moins en guise de respect et de justice pour tous ceux sacrifient gros et beaucoup plus qu’on ne peut l’imaginer…

Répondre

Merci Mr Vadeboncoeur. Un bel article démontrant votre humanité et professionnalisme. Que dire de plus. Mes respects peut-être ? Avec plaisir.

Danielle Goulet
Enseignante à l’Education des adultes
Centre Marchand
Saint-Jerome.

Répondre

Texte rempli d’humilité et de compassion.. Pour avoir dealer avec la colère toute ma vie et avoir été obligé de faire des amandes honorables à répétition, je remarque, Dr Vadeboncoeur, que vous avez réussi à touché sans jugement. Nous vivons actuellement avec une impatience généralisée et un texte comme celui là nous donne un autre angle, une vision sincère de l’intérieur, une prise de conscience nécessaire. J’ai moi même baisse les armes depuis un certain temps… je me rend compte que nous payons tous pour les abus journalistique qui nous martèlent le pire à tous les jours… La sincérité dans votre texte me touche parceque j’y crois

Merci

Répondre

Merci M.Vadeboncoeur,
Ça fait du bien de lire une réplique non violente face à des propos violents.
Vous avez osé dire le fond de votre cœur et sur le lot, il y en a qui réfléchiront.
Ça fait toujours du bien de faire du bien. Il faut continuer de croire que le bien l’emporte sur le mépris

Répondre

Ça m’étonnerait que cette personne et toutes ses semblables lisent votre article jusqu’au bout . Merci pour votre politesse et votre sagesse

Répondre

Merci docteur Vadeboncoeur pour votre présentation très humaine de la situation concernant la Covid 19. La façon dont vous avez abordé les injures dont vous avez été victime fait de vous un bel exemple de la grandeur de l’être humain.

Répondre

Bonjour docteur Vadeboncoeur ! Je vois dans vos propos que vous avez des opinions que beaucoup soutiennent dans le milieu médical et dans la population en général. Cependant, tous ceux qui ne sont de la même opinion concernant cette « supposée pandémie » ne sont pas tous des complotistes ; ceux-là, je déplore moi aussi leur façon de réagir. Je fais partie des autres, ceux qui se sont renseignés autrement que par ce que le gouvernement s’inspire, par les nombreux médecins du Québec et d’ailleurs dans le monde, qui sont empêchés de discuter franchement de ce qui se passe. Je suis de ceux qui croient qu’on devrait réfléchir à trouver la cause des maladies, agir avant qu’elle se développe … Vous, médecins, avez été formés pour agir lorsque la maladie apparaît mais très peu sur les causes de l’apparition des maladies. Je préfère travailler à comprendre les raisons de l’apparition d’une maladie, d’un inconfort, et même d’un accident qui apparaît dans un corps humain. Un être humain n’est pas seulement composé d’un corps mais il y a ce que certains appellent une âme, un esprit et c’est plutôt lui qui influence le corps pour le rendre sain et sans maladie. Cette partie, la médecine l’ignore à peu près totalement. Je sais que vous êtes très occupé à soigner les malades mais, la médecine aurait avantage à rechercher les causes réelles des maladies, cela faciliterait grandement votre manière d’aborder la maladie et la manière de la traiter. Votre vie en serait grandement chamboulée je crois. Mon souhait serait que la médecine se tourne vers cette réalité que le corps est influencé grandement par les pensées, la manière de prendre soin de ce corps, et qu’en changeant ces manières de penser, on peut éviter beaucoup de maladies et vivre une vie heureuse. Puisse cette réflexion toucher un peu un homme que je crois honnête et plein de bonne volonté. Namasté !

Répondre

Vous aimez profondément les gens, c’est sûrement ce qui motive la grande majorité des aidants et soignants. Vous êtes un pilier, merci beaucoup et surtout bonne santé, nous avons tellement besoin d’humain comme vous.

Répondre

M.Vadeboncoeur, J’ai rarement lu un texte qui dissimilait aussi mal la plus profonde condescendance envers le lecteur. Je ne peux vous blâmer. Au Québec, on a tassé les curés qui dictaient la « vérité » au bon peuple pendant un bon siècle. Les bons « docteurs » ont pris le relais. On a des docteurs à la radio, à la tivi, dans les journaux, au gouvernement. Y’a juste aux urgences qu’on en a pas. J’ai fait l’exercice de relire votre texte en changeant votre personnage pour celui d’un curé, et le message pour n’importe quelle des balivernes que la religion pousse… L’effet est parfait. D’après-moi, vous alliez à la messe dans votre jeune temps. « Il vous appartient entièrement, mais je serai avec vous »… Wow! Mais en fait, votre texte prend un très grand détour pour nous dire que le système de santé au Québec est tellement mauvais, que si on avait eu une épidémie, une vraie, ça aurait été grave. Donc, pour éviter de surcharger le système de santé, toutes les mesures sont parfaitement justifiées. Ben il semblerait que vous ne m’avez pas convaincu. Et, sans vouloir parler au nom du peuple, je crois que tous ceux dont la vie a été scappée par les mesures, vous ne les avez pas convaincu non plus. C’est facile, quand on est assis sur des millions, de professer aux pauvres. Vos lecteurs ici-même, sont du même échelon économique que vous, comment voir un problème du haut de votre tour d’ivoire? C’est normal, de votre point de vue, vous avez plus peur de la fin du monde, que de la fin du mois… Chanceux!

Répondre

Voilà un commentaire étonnant.

Ainsi donc, mon texte serait pétri d’une condescendance dissimulée? Apparemment, elle ne semble pas assez bien dissimulée, puisque votre perspicacité la détecte.

Mis à part votre inconfort avec le discours médical et « l’effet parfait » de le relire en y plaçant un curé à ma place (curieuse idée), pourriez-vous me dire en quoi, exactement, ce texte est condescendant? Parce que je ne vois pas.

Au fait, je ne suis pratiquement jamais allé à la messe, si cela vous intéresse vraiment, et je n’ai pas non plus fait ma première communion, en plus de vivre dans le péché avec ma compagne de vie. C’est terrible hein? Si vous souhaitez discuter religion, je vous invite à lire ce petit texte sans prétention où j’aborde le sujet: https://lactualite.com/sante-et-science/datomes-et-datheisme/

Mais vous sautez vite à une seconde idée, à l’effet que le système de santé éprouve des difficultés, qui auraient été révélées SI nous avions eu une vraie épidémie. Alors pour votre information, nous sommes en pandémie (si si, vérifiez la définition) et ces faiblesses ont effectivement été révélées, encore que nous nous en sommes tirés (quant au système hospitalier) un peu mieux que d’autres endroits plus affectés (NY, la Lombardie, L’Alsace, par exemple). Même si les soins intensifs ont été remplis à ras bord pendant plusieurs semaines par cette « fausse épidémie ». Étonnant, hein?

Je doute que par ailleurs le revenu ait beaucoup à voir avec les arguments présentés dans mon texte ni que les lecteurs de l’Actualité aient en général des salaires de médecins (élevés, je le sais, j’ai souvent écrit sur le sujet, faites vos recherches).

Je ne vous ai en effet apparemment pas convaincu. Mais de quoi? Je ne sais pas. Vous restez bien vague. Je vous invite à approfondir le tout.

En attendant, je vous souhaite une excellente semaine.

Merci! Dr. Vadeboncoeur…Si tout les conspirationnistes allaient ¨de bon coeur¨ dans la compassion et l’empathie comme vous, avec même les ennemis, on n’en serait pas à expliquer et à réexpliquer la crise, due à la Covid-19; cette crise crève les abcès d’une société égoïque…et donc, égoïste…J’admire votre compassion pour tous les humains…Merci de votre courage et de votre conscience ¨éveillée¨…

Répondre

J’ai confiance en l’humain, il faut croire qu’il y a quelque chose à faire avec les conspirationnistes, continuez à les informer, continuez à croire que c’est possible de changer les mentalités. La covid a bouleversé nos vies, certaines personnes dans leurs difficultés à croire et a modifier leurs habitudes préfère nier le problème, mais un jour ils seront forcé de croire, soit parce qu’ils en seront atteint ou un de leurs proches, ou parce qu’ils auront écoutés les arguments que vous apportez. Un grand merci et continuez à croire!

Répondre

Bien qu’il soit vrai que les personnes visées ne liront peut être pas votre texte, d’autres (comme moi!) l’auront lu. La majorité du temps, tout se passe bien, mais j’avoue que parfois je me tanne de toutes ces contraintes et inévitablement, la balance penche un peu vers le je-m’en-fout, et si ils avaient raison avec leurs conspirations, ou autre tabulations. Un réflexe de protection, ou simplement de vouloir suivre le chemin plus facile de nier la gravité de la situation. À la lecture de votre lettre, ça nous ramène du côté de la réalité clinique de cette maladie et que nous avons plus que jamais un devoir collectif de faire attention aux autres. Et du même coup, on fait attention à soi-même !
Merci pour votre travail à l’hôpital et dans les médias.

Répondre

Bonsoir, oui je suis d’accord les injures discrédites ceux qui les disent. on peut débattre sans insulte.
oui c’est tragique tout ça. mais si on récapitule, comment avoir confiance dans nos politiques.
car moi oui je le voies comme un théoricien du complot et j’en suis sur. au début, un show de boucane pour la fermeture des frontière, mais M, Trudeau et M, Legault font partie du même clan. ( The Global Goals) , le covid est une invention humaine voir Pr Luc Montagnier prix Nobel 2008. la pandémie nous a été décrite par Bill Gates lors d’une conférence bien avant qu’il arrives. le nouvel ordre mondial s’installe tranquillement, des truc incroyable se sont fait et se font depuis le 11 sept, et bien avant dans le but de préparer l’humanité pour ce nouveau monde. la micro-puce est déjà fonctionnelle depuis quelques années. voir la prophétie dans Apocalypse 13. la pandémie est un portail. le virus ils l’ont en bouteille ils le lance à volonté. la courbe était aplatie et là ça repart… on nous prédisait une deuxième vague au moment ou on était dans la première. Même Pr Raoult disait que cela n’avait jamais existé une deuxième vague alors comment un politique peut la prédire si ce n’est qu’il est au courant de quelques chose de caché pour nous.
ensuite on n’a pas soigné, on a fermé les hôpitaux pour les soins programmé. on a construit des unités covid genre de 10,000,000 pour Hötel Dieu de Québec qui n’a pas soignée personne encore. on a démolit le professeur Raoult, on a interdit l’hydroxyclhoriquine pourtant connue depuis 60ans au moins. mais dans quel but? nous échoeurer j’usqu’à temps qu’on accepte un vaccin? un vaccin pour une maladie immunisante? pourquoi on a pas suivi la Suède? et j’en passes.
quand même des questions à ce poser.

Répondre

Et vous auriez pu dire à M. Eric Duhaime et à ses fans de cesser d’insulter et d’injurier les gens respectueux des autres et de soi.
Je partage votre message.
Merci docteur Vadeboncoeur et bon courage pour la suite.
Effectivement, bloquez ces gens qui vous insultent. Aucun temps à perdre avec eux.

Répondre

Bonjour Dr Vadeboncoeur, je voulais vous féliciter pour ce beau texte remplie d’humanité. Je vous aime beaucoup comme être humain et votre opinion médicale m’intéresse vraiment. Mais j’ai une question pour vous. Croyez-vous que de paralyser une société, de créer des souffrance psychologiques multiples et de mettre en péril un monde économique déjà fragilisé, vaut la peine pour protéger une minorité souvent déjà très malade? Je suis moi même infirmière et vous savez comme moi que les problèmes ds les CHSLD et hôpitaux étaient déjà présent depuis très longtemps. Je trouve que le Covid à vraiment le dos large, pour expliquer une mauvaise gestion. C’est vrai que c’est juste bien pire maintenant. Dr j’aimerais comprendre. Présentement le virus sévit ds la société en santé. Oui il y a plus de cas mais nous faisons des dépistages de masse mais presque plus de décès et d’hospitalisations alors pourquoi autant d’inquiétude et de peur? Je pense qu’à vouloir tout contrôler, nous allons nous perdre en tant qu’humain et donner à nos générations futurs une mauvaise exemple. Merci de m’éclairer 😉 et bravo pour votre beau travail.

Répondre

Il est certain que les mesures actuelles causent des problèmes, et même des problèmes de santé. Mais la vraie question est: pouvait-on faire autrement? J’en doute. Bonne journée.

C’est étrange qu’on ne puisse pas répondre à William Shakes-Empire…
Cela doit être parce qu’il a une opinion différente de la vôtre…
Heureusement que la liberté d’expression est encore un droit fondamental.

Bref, voici la définition de complot: Projet préparé secrètement contre quelqu’un, quelque chose.
Donc, les secrets ici, je ne sais pas de quel côté ils sont; en fait, ils sont tellement gros et sournois qu’on ne les voit pas ni ne comprend l’objectif final en soi.
Aucun complotiste ne se cache et en fait, ils réclament même un débat public depuis la demande de désavoeu à l’Assemblée nationale du 15 septembre dernier, pour arrêter l’état d’urgence sanitaire qui est complètement inutile dans la réalité. Les graphiques de l’INSPQ le prouvent.
https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/age-sexe#deces

Après l’analyse de ces graphiques, on comprend que les différents cas de votre article ne visent pas la Covid uniquement; toutes ces personnes avaient des prédispositions médicales autres avant qui ont amplifiées cette forte grippe et amenées des conséquences plus graves.

https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/age-sexe#deces

Répondre

Qui ne peut pas? Vous pouvez, je peux, d’ailleurs je viens de le faire. Pourquoi voyez-vous de l’étrangeté ainsi? C’est étrange, non, de voir de l’étrangeté dans quelque chose qui n’a rien d’étrange?

« Aucun complotiste ne se cache »? Heu. Cacher son nom, sa face, ce n’est pas se cacher? C’est quoi alors? Être un grand timide? Peut-être.

Les graphiques de l’INSPQ ne prouve rien de ce que vous dites. J’ai tendance à me fier aux experts de la santé publique, dont le rôle n’est pas tellement de regarder les graphiques d’aujourd’hui, mais surtout d’essayer de prévoir celui des prochaines semaines.

Je ne comprends pas votre dernier point, désolé.

Je vous souhaite moi aussi une excellente journée.

Merci de votre position toujours éclairante. Bien que ce sera difficile à voir, je pense que l’on ait rendu au point où nos autorités gouvernementales se doivent de montrer (via publicité télévisée ou autre) cette réalité que vous décrivez eg. »….remplis de tels patients, plus jeunes que ceux qui sont décédés en CHSLD, qui en ont arraché au bout de leur tube enfoncé dans la trachée, branché à nos pompes, nos respirateurs, gardés artificiellement dans le coma pendant que leurs proches se morfondaient pour eux. Bon nombre en garderont des séquelles…. » . Si non, je crains que les souhaits de bonne conduite, de distanciation, de ne pas baisser la garde etc… restent lettre morte ou ne seront que du « willfull thinking ». Merci et continuez votre bon travail

Richard

Répondre

Bravo et merci Dr. Vadeboncoeur,

Seulement, je pense tristement que les obtus et insipides individus à qui vous vous adressez n’ont juste pas assez de jugement pour vous accorder ne serais-ce qu’une seconde d’attention. Ils se sont convaincus eux-mêmes que la terre est plate et qu’elle est gouvernée par des complotistes (comme eux mais d’un camp adverse imaginé de tout pièce) et qu’ils sont les derniers défenseurs de « l’ordre mondial » et de l’humanité. Ils ne croient en rien d’autre qu’à leur hystérie collective. Pour eux, il est juste trop tard pour faire appel à leur intelligence.

Je ne souhaite qu’une chose. C’est que leur nombre soit pour toujours très inférieur à celui des partisans de la science, de la vérité et du bon sens. Et comme ils refusent de porter le masque et de respecter la distanciation physique, un bon nombre d’entre-eux risque fort d’attraper ce coronavirus. J’aimerais bien être là et voir leur tête quand ça leur arrivera…

Répondre

C’est drôle vous ne dites rien au tres realiste commentaire de m William Shakes empire ?????

Répondre

Comme vous le remarquez, il y a beaucoup de commentaires, et je ne suis pas une machine à répondre. Ce n’est pas « drôle », un complot ou quoi que ce soit. Puisque vous attirez mon attention, je vais le lire. Je vous souhaite à vous aussi une excellente journée.

« C’est drôle » mais je lui ai répondu. Beaucoup de mots pour peu de choses. Quelques idées importantes, mélangées à un peu n’importe quoi. Pas de nom. Bref, pas beaucoup de courage dans ces propos. Vous serez d’accord ou non. Bonne journée à vous.

Quel beau texte M.Vadebonvoeur. Peut-être que le texte ne se rendra pas à tous ceux à qui il est majoritairement adressé. Mais une chose est certaine, il rejoint plein d’autres gens qui eux auront plus de connaissances et d’arguments pour discuter avec les autres. On ne peut se cacher que c’est un sujet dont on parle beaucoup ces temps-ci, c’est aussi un sujet qui polarise les gens. Il y a trois types de gens, ceux qui sont persuadés que les autorités nous donne les meilleurs arguments possibles, les meilleures marches à suivre et que la pandémie est vraiment réelle, ceux qui sont persuadés que nous sommes présentement dans une conspiration d’échelle mondiale et ceux qui se pose la question est-ce que la pandémie réelle ou ne l’est-elle pas. Les arguments ainsi apportés dans votre texte nous permettent d’ouvrir la discussion et en discuter de façon juste et éclairée.
Merci

Répondre

Dr, si vous êtes aussi fertile en soins qu’en texte, on peut vous classer thaumaturge.
Ceux qui ont classé la chloroquine comme inutile ou fatale, ils n’ont pas identifié leur source.
Les consortiums financiers abritant l’OMS ou la pharmaceutique, ou le plexiglas, ou les masques, ne sont pas encore publiquement identifiés. Il en est un, au moins qui veut l’abolition des nations. Il finance beaucoup de banques centrales.
L’autoroute qui nous mène à l’état policier, est pavée de stigmates sanitaires, nous dit le Dr Arruda.
À son procès, l’accusé dit au juge: Ma république n’est pas de ce monde. – Le juge de lui dire: Tu es donc président. Pour terminer l’audition, le juge dit: Emmenez-le. La démocratie venait de réussir, mais la vérité a ressuscité.

Répondre

La chloroquine n’a pas passé les étapes de la validation scientifique. Voilà tout. Ça aurait pu marcher. Ça aurait été vraiment bien que ça marche. Ça ne semble pas marcher. Il ne faut pas y voir de complot. Je doute fort par ailleurs que l’industrie du plexiglas soit derrière la pandémie. Ni celle des masques, d’ailleurs. Quant à l’état policier, nous en sommes bien loin et quand la pandémie sera terminée, nous n’y serons pas. Bonne journée.

WOW ! Quelle lettre ! Tellement persuasive pour les non-croyants de toutes sortes !! Et, comme vous le dites si bien, «je ne vous le souhaite pas»! Mais,… bonne chance si vous vous retrouvez dans cette situation que vous «traitez de farce monumentale», ou autre… Et, alors, vous serez extrêmement soulagé de rencontrer sur votre chemin (de vie) un ou une médecin de la trempe du Docteur Vadeboncoeur ! Merci DOC !

Répondre

Rien qu’à lire le titre on a compris : quiconque n’est pas d’accord avec vous reçoit l’étiquette de conspirationniste et l’affaire s’arrête là. Rien que cela, ça montre que vous avez clairement choisi votre camp, et, pas de pot pour vous, c’est le mauvais. Ceux qui vous ont graissé la patte – ou simplement endoctriné discrètement – vous abandonneront sitôt qu’ils n’auront plus besoin de vous.

Une lettre amicale appellerait au dialogue, mais là, voyez, je doute qu’un véritable droit de réponse puisse être exercé. Moi j’y suis prêt, remarquez bien. En public ou en privé. Mais mes arguments, vous ne voulez pas les entendre. Pourtant les faits sont têtus et ils sont contre vous.

N’oubliez jamais que pendant tout ce temps-là, c’était Cassandre qui avait raison.

Peut-être finirez-vous par prendre conscience de la situation. Pour cela il suffit d’appliquer ce que vous avez vous-même écrit dans votre dernier paragraphe. Mais je crains que le jour où ça arrive il soit trop tard : pucé et/ou malade à cause d’un vaccin, quel discours tiendrez-vous ? Probablement aucun, en fait. Il se peut bien que vous ne puissiez jamais voir la suite car vous ferez partie des « victimes du covid »…

Tiens, ça me rappelle une histoire.
Deux cochons, dans un élevage intensif :
– Je te dis qu’ils nous entassent ici avant de nous bouffer !
– Putain, tu fais chier avec tes conneries complotistes, t’es grave mec.

Répondre

Je vais vous répondre point par point:

« Rien qu’à lire le titre on a compris : quiconque n’est pas d’accord avec vous reçoit l’étiquette de conspirationniste et l’affaire s’arrête là. »

***Sauf que je n’ai pas écrit cela du tout, mon texte est plutôt marqué par plusieurs ouvertures à ce discours. Bref, vous lisez bien ce que vous voulez lire. Vous devriez vous attarder à lire ce qui est écrit, ça serait plus productif pour débattre convenablement.

« Rien que cela, ça montre que vous avez clairement choisi votre camp, et, pas de pot pour vous, c’est le mauvais. »

***Vous avez une manière de catégoriser les choses qui contredit exactement ce que vous souhaitez dénoncer dans le premier.

« Ceux qui vous ont graissé la patte – ou simplement endoctriné discrètement – vous abandonneront sitôt qu’ils n’auront plus besoin de vous. »

***Personne ne m’a « graissé la patte » ni « endoctriné » sur ce sujet. Je tente simplement de prendre les meilleures informations. Personne n’aura donc à m’abandonner. C’est un sophisme, la conclusion absurde étant fondée sur des prémisses sans rapport avec la réalité.

« Une lettre amicale appellerait au dialogue, mais là, voyez, je doute qu’un véritable droit de réponse puisse être exercé. Moi j’y suis prêt, remarquez bien. En public ou en privé. Mais mes arguments, vous ne voulez pas les entendre. Pourtant les faits sont têtus et ils sont contre vous. »

***C’est vous qui fermez la porte au dialogue, voyons. Vous commencez par un doute qui n’est fondé sur rien, en plus vous pourriez écrire ici les arguments que vous souhaitez plutôt que de viser des moulins imaginaires. Vous concluez que je ne veux pas entendre vos arguments alors que vous vous refusez à proposer le moindre argument. « Les faits » que vous mentionnez évidemment seraient intéressants à lire. Mais il n’y en a pas. C’est dommage. Voilà qui est souffrir d’une mauvaise foi primaire.

« N’oubliez jamais que pendant tout ce temps-là, c’était Cassandre qui avait raison.Peut-être finirez-vous par prendre conscience de la situation. Pour cela il suffit d’appliquer ce que vous avez vous-même écrit dans votre dernier paragraphe. Mais je crains que le jour où ça arrive il soit trop tard : pucé et/ou malade à cause d’un vaccin, quel discours tiendrez-vous ? Probablement aucun, en fait. Il se peut bien que vous ne puissiez jamais voir la suite car vous ferez partie des « victimes du covid »… »

***C’est ça, vos arguments? Une puce G5 et un vaccin toxique? Eh ben. Alors voici: je doute fort qu’on m’implante un puce 5G et il est probable que les éventuels vaccins ne seront pas toxiques, comme l’immense majorité des vaccins.

Tiens, ça me rappelle une histoire.
Deux cochons, dans un élevage intensif :
– Je te dis qu’ils nous entassent ici avant de nous bouffer !
– Putain, tu fais chier avec tes conneries complotistes, t’es grave mec.

***Terminer ainsi montre que vous n’avez rien compris à mon texte, si vous l’avez seulement lu.

En l’attente de vos arguments, je vous souhaite donc une excellente fin de soirée.

Ok, allons-y. Puisque vous semblez accepter la discussion, je reprends également point par point.

« Sauf que je n’ai pas écrit cela du tout, mon texte est plutôt marqué par plusieurs ouvertures à ce discours. Bref, vous lisez bien ce que vous voulez lire. Vous devriez vous attarder à lire ce qui est écrit, ça serait plus productif pour débattre convenablement. »

Vous avez bien écrit « conspirationniste » dans le titre, n’est-ce pas ? Ce sous-entendu est plus que suffisant. En lui-même, c’est un jugement de valeur, et il est clairement péjoratif. Après, si le titre ne correspond pas au texte, pourquoi ne pas le changer ?

« Vous avez une manière de catégoriser les choses qui contredit exactement ce que vous souhaitez dénoncer dans le premier »

Où voyez-vous une contradiction ?

« Personne ne m’a « graissé la patte » ni « endoctriné » sur ce sujet. Je tente simplement de prendre les meilleures informations. Personne n’aura donc à m’abandonner. C’est un sophisme, la conclusion absurde étant fondée sur des prémisses sans rapport avec la réalité. »

Le principe même de l’endoctrinement c’est qu’on n’en a pas conscience – sinon, vous pourriez lutter contre.
On ne vous a peut-être pas graissé la patte non plus, mais ici en France les médecins touchent 55€ par patient Covid déclaré.
Tenter de prendre les meilleurs informations, c’est bien, mais il semble que vous ne les ayez pas trouvées.
Et à supposer que j’aie tort ici, ce n’est pas un sophisme pour autant – lequel est par définition un raisonnement mauvais émis de façon intentionnelle. Donc s’il vous plaît, ne me prêtez pas d’intentions que je n’ai pas.

« C’est vous qui fermez la porte au dialogue, voyons. Vous commencez par un doute qui n’est fondé sur rien, en plus vous pourriez écrire ici les arguments que vous souhaitez plutôt que de viser des moulins imaginaires. Vous concluez que je ne veux pas entendre vos arguments alors que vous vous refusez à proposer le moindre argument. « Les faits » que vous mentionnez évidemment seraient intéressants à lire. Mais il n’y en a pas. C’est dommage. Voilà qui est souffrir d’une mauvaise foi primaire. »

Et on continue avec l’attaque personnelle. La mauvaise foi primaire n’est pas de mon côté.
Vous voulez des faits ?
D’accord, en voici :
1. Je ne sais pas pour chez vous, mais ici en France il ne s’est rien passé du tout en Juin (en fait de la mi-mai à la mi-juillet) et bizarrement le nombre de cas a continué à augmenter en août *après* le début du masque obligatoire.
2. On parle toujours de durcir, durcir, et durcir encore les contraintes sur une population qui n’en peut déjà plus. Jamais on ne parle de tomber le masque. Alors que pendant notre confinement on ne parlait que du déconfinement.
3. Les conspirationnistes, comme vous les appelez, se sont soudainement multipliés à grande vitesse : avant 2020 on n’en parlait presque jamais et maintenant ils sont partout.

Quelle explication avez-vous pour ces faits ?

« C’est ça, vos arguments? Une puce G5 et un vaccin toxique? Eh ben. Alors voici: je doute fort qu’on m’implante un puce 5G et il est probable que les éventuels vaccins ne seront pas toxiques, comme l’immense majorité des vaccins. »

Ai-je parlé de 5G ? Non. Vous me faites dire ce que je n’ai pas dit. Mais une RFID, là c’est possible.
Il est « probable » que les éventuels vaccins ne seront pas toxiques ? Quel optimisme ! Ils seront développés en un temps record, en omettant certaines procédures de sécurité pour gagner du temps, et ensuite fabriqués massivement par les procédés les plus économiques possibles. Pas tellement un gage d’innocuité.

« Terminer ainsi montre que vous n’avez rien compris à mon texte, si vous l’avez seulement lu. »

Ben alors, on n’a pas d’humour ?
J’admets avoir un peu lu en diagonale. Mais le ton condescendant n’incitait pas franchement à la lecture détaillée. Je m’y suis cependant astreint cette fois.

« En l’attente de vos arguments, je vous souhaite donc une excellente fin de soirée. »

En premier lieu, je tiens à vous remercier d’avoir répondu, je ne pensais même pas, à vrai dire, que mon post serait publié…
Mais puisque nous en sommes là, je ne peux que saisir l’occasion. Du coup cependant, mon message va être assez long.

Voici donc des extraits et ma réponse.

« vos attaques contre le port du masque m’ont poussé à réviser les preuves et à m’assurer de la solidité de cette position »

Oui, mais elle n’est pas assurée du tout car il y a un terrible biais dans votre expérience. Tout ce que vous avez prouvé, c’est que la mesure du taux d’oxygène dans le sang n’était pas significative. Allez-vous refaire un test, et, cette fois, trouver réellement à partir de quel point elle commence à diminuer ?

« Comprenez-vous cette détresse ? Et je ne vous parle même pas des écoles et des professeurs. »

Je la comprends. Et vous, comprenez-vous celle des élèves qui doivent soulever leur masque en cachette pour simplement pouvoir *respirer* ?
Comprenez-vous celle des mères qui voient revenir leur enfant avec une céphalée inexplicable ou une aggravation de migraines déjà existantes ?
Comprenez-vous celle des parents de cette pauvre jeune fille en Allemagne qui en est morte – alors qu’en plus la cause du décès, pourtant évidente, a été niée vigoureusement par les médias qui n’ont évidemment fourni aucune explication alternative ?

« Quand vous manifestez bruyamment, quand vous niez la virulence du virus, quand vous criez qu’il n’y aura pas de deuxième vague, quand vous jurez que tout cela n’est que de la frime, quand vous demandez de ne pas porter le masque, fort de votre certitude qu’il ne sert à rien, quand vous refusez d’appliquer les mesures de distanciation, je vous l’assure, vous contribuez, peut-être sans le réaliser pleinement, à l’épuisement qui mine actuellement les gens du réseau de la santé. »

Sans rire ? Mais est-ce de ma faute si les gouvernements successifs ont ravagé le système de santé de leur pays ? Je n’ai pas voté pour eux !
Et réveillez-vous, on n’est plus dans la situation d’avril. Ce ne sont pas quelques cas – au demeurant bourrés de faux positifs – qui vont provoquer une nouvelle catastrophe.
Et non, il n’y aura pas de seconde vague, la seule chose qui pourra y ressembler aura été créée de toutes pièces.
Bien sûr que le masque ne sert à rien – enfin pour nous, pour les gouvernements ils sont très utiles. Le virus – qui n’est même plus là – ne se transmet qu’en intérieur et on nous oblige, sans la moindre preuve scientifique attestant de son utilité, à le porter dehors. Si ce n’est pas un abus de pouvoir qu’est-ce que c’est.

« Tenez, j’aimerais que vous pensiez à ceux et celles qui vous soigneront si par malheur vous vous retrouvez vous aussi à l’urgence, atteint par la COVID »

Mais ça, c’est pas possible : moi j’ai un système immunitaire qui marche bien, et c’est la meilleure des défenses. Honnêtement, qu’ai-je à craindre d’une maladie dont 99% des malades guérissent spontanément ? Une maladie que la moitié des personnes atteintes ne se rendent même pas compte qu’elles l’ont été ? Alors que je n’ai même pas un rhume l’hiver ?
Et puis à supposer que je finisse par l’attraper, soyez certain que je *refuserais les soins qu’on voudrait m’imposer*. Ce n’est donc pas par moi que votre surcharge de travail arrivera.

Allez, bonne journée à vous. Vous semblez en avoir plus besoin que moi.

Merci pour votre texte. Ce soir , je vous lisais pour la première fois. Votre plume est belle, percutante, sensible et dérangeante . Vos mots sont éloquents, touchant et malgré tout porteurs d’espoir. J’ai tellement de respect pour vous et les personnes qui depuis des mois travaillent à sauver des vies et lorsqu’elles n’y arrivent pas, s’acharne à prendre soin des cœurs brisés. Des histoires de courage, d’amour et de bienveillance de la part du personnel du Monde médical nous en connaissons plusieurs. Maintenant, à notre tour de vous accompagner , de vous soutenir, de vous être reconnaissant à tous et toutes. Nous pouvons aussi faire notre part en assumant une responsabilité sociale pro-active, en dénonçant ceux et celles qui s’adresse à vous avec un langage qui dépasse l’entendement. Je n’en reviens toujours pas des propos, de la vulgarité, et de la grossièreté des propos. Cela me renverse, me mets en colère et me rends triste . À partir de maintenant je vais assumer ma part et poser des actions concrètes afin de contrer ce genre de commentaires , changer les comportements et ainsi à ma façon vous démontrer ma reconnaissance. Merci du fond du cœur pour votre courage, engagement et vos mots. Mon monde est déjà différent grace à vous . Toute ma reconnaissance

Répondre

Merci beaucoup pour vos beaux commentaires et tant mieux si ça peut aider et si vous pouvez aider dans tout ça. Bonne soirée.

Ça fait du bien à lire. Triste de penser que les gens à qui s’adresse cette lettre ne « s’abaisseront » pas à la lire. Continuez votre beau travail

Répondre

Bravo quelle patience et quelle réalitée bien expliqué sans horgne contre les opinions personnels .
Continué votre excellent travail.

Répondre

Bonjour Dr Vadeboncoeur.
J’aimerais vous demander votre avis sur la sortie de l’avocat Allemand Reiner Fuellmich qui entend poursuivre l’OMS en recourt collectif pour crime contre l’humanité en rapport avec une soit disant piètre qualité des tests qui apparement rendraient positifs bien plus de gens que la réalité.
Merci d’avance

Répondre

Bravo pour autant de bon sens, de compréhension et d’ouverture. Puissiez-vous toucher le coeur et l’intelligence de plein de gens. Merci!

Répondre