Un coup mortel au débat sur l’hydroxychloroquine ?

Selon une nouvelle étude publiée par le journal médical The Lancet, les patients traités à l’hydroxychloroquine sont plus à risque de souffrir d’une forme d’arythmie cardiaque susceptible de provoquer une mort soudaine.

Photo : La Presse canadienne

MONTRÉAL — Les patients hospitalisés en raison du coronavirus et qui ont reçu de l’hydroxychloroquine (ou de la chloroquine) présentaient un risque de décès nettement plus élevé que les autres, prévient une nouvelle étude publiée par le journal médical The Lancet.

L’hydroxychloroquine est un antipaludéen dont le président américain Donald Trump a fréquemment vanté les mérites pour combattre la pandémie. Il a récemment révélé en prendre lui-même à titre préventif.

Mais après avoir analysé les dossiers de tout près de 100 000 patients répartis sur six continents, le docteur Mandeep Mehdra, de l’Université Harvard, et ses collègues en viennent à la conclusion que ce traitement semble mettre la survie des patients en péril.

Les patients qui avaient reçu de l’hydroxychloroquine étaient aussi plus à risque de souffrir d’une forme d’arythmie cardiaque susceptible de provoquer une mort soudaine.

Des experts cités par différents médias de la planète croient que cette analyse rétrospective assène un coup mortel à l’utilité de l’hydroxychloroquine face à la COVID-19.

« Je ne sais même pas pourquoi on parlait encore de ce médicament-là, a renchéri le chef de médecine à l’Institut de cardiologie de Montréal, le cardiologue Peter Guerra. Du début c’était des rapports anecdotiques, les études préliminaires ne semblaient pas suggérer de bénéfice, et là on a une étude qui démontre clairement une mortalité augmentée. »

Résultats préoccupants

Environ 15 000 des quelque 96 000 patients inclus dans cette étude ont été soignés avec de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine, soit seules, soit en combinaison avec des antibiotiques de la classe des macrolides.

Les résultats sont inquiétants.

Les patients qui ont reçu de l’hydroxychloroquine ont vu leur risque de mortalité augmenter de 34 % et leur risque d’arythmie bondir de 137 %; ces hausses étaient, respectivement, de 45 % et de 141 % si on ajoutait un antibiotique au traitement.

Dans le cas de la chloroquine, le risque de décès grimpait de 37 % et celui d’arythmie de 256 % (37 % et 301 % avec un antibiotique).

« Ces médicaments-là sont tous connus pour avoir des effets au niveau des rythmes cardiaques, a dit le docteur Guerra. Ça change la façon dont les courants électriques passent dans le coeur et ça peut donner lieu à des rythmes cardiaques dangereux […] qui peuvent mener à une mort subite. »

La Food and Drug Administration des États-Unis a dernièrement publié des lignes directrices très strictes concernant l’utilisation de l’hydroxychloroquine à l’extérieur des centres hospitaliers ou des essais cliniques.

Quelques études ont aussi récemment jeté un doute sur l’utilité de l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus, en plus de mettre en relief les dangers qui y sont associés, mais d’autres études se poursuivent malgré tout.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

Les commentaires sont fermés.

Encore une fois, il faut faire attention avant de publier un article de ce genre. Tout d’abord The Lancet a plusieurs antécédents de controverses et cela affecte de loin la crédibilité de certaines publications. Juste l’histoire de Trump et la CDC récemment avec un article de The Lancet qui démontre une façon de critiquer un président pour ne pas gagner le vote en novembre prochain. Sans compter un article dans Le Lancet disant que les vaccins pouvaient causer l’autisme. Cela aussi a parut dans ce magasine médicale. Donc il faut en prendre et en laisser. Il est facile de publier un article mais pour que cela soit solide, il faut bien plus d’information et de sources fiables pour la confirmer.

Bonjour
Croyez-vous sincèrement que le bouffon de l’autre côté de la frontière prend comme il le prétend de l’hydroxychloroquine tous les jours. Poser la question c’est d’y répondre. Son seul et unique but c’est peut-être de faire mousser les vêtements du médicament en question pour faire en sorte qu’il puisse en bénéficier à tous les niveaux.

Oh mais dis donc, il n’y va pas avec le dos de la cuiller le docteur Mehdra : ¨Mais après avoir analysé les dossiers de tout près de 100 000 patients répartis sur six continents, le docteur Mandeep Mehdra, de l’Université Harvard, et ses collègues en viennent à la conclusion que ce traitement semble mettre la survie des patients en péril.¨ sic.
Tout bien calculé, sur 4 mois (120 jours, 7 /7) il a étudié plus de 833 rapports pas jour. Où donc prend-t-il son temps pour faire le reste de son travail ? Plus c’est gros, plus ça frappe l’imaginaire, et ça devient ¨Too big to fall¨ (Trop gros pour être faux). Je me fie donc au bon vieux proverbe qui dit : ¨Quand on veut abattre son chien, on dit qu’il a la rage¨. Alors, je continue à croire le Pr Didier Raoult, la sommité française en infectiologie qui, dans son coin de Marseille, a beaucoup moins de décès qu’ailleurs en France et dans le monde. Il suffirait maintenant que Gilead et compagnie fassent passer pour fou le Pr Raoult pour river le dernier clou du cercueil de la chloroquine. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour une poignée de dollar$$$. ?
Ce n’est que le maire de Nice, mais bon, ça vaut le coup d’oeil -> https://www.youtube.com/watch?v=lDaFUKJyxrI

Le taux de mortalité 10 fois moindre des patients du Pr. Raoult ne peut s’expliquer que par l’air marin de Marseilles.

L’air marin n’est pas un placebo à tout. Je vis moi même au bord d’un fleuve ¨marin¨ , le St Laurent, et ce n’est pas la panacée des remèdes . Le taux de mortalité bas du Pr Raoult est dû au fait qu’il a appliqué les soins nécessaires au moment. au temps précis où le soin était nécessaire, vital, de l’appliquer, point final. Son protocole est clair et précis. Même moi qui ne suis pas apprentis du médical, je peux comprendre son protocole, comment se peut-il que des ¨supposés spécialistes¨ ne le comprennent pas ??? Il y a (bullshit) anguille sous roche.

Les plus populaires