L’odyssée des temps modernes

Équipé de robots et autres appareils ultraperfectionnés, l’Okeanos Explorer, qui appartient aux États-Unis, promet une nouvelle ère de découvertes dans les grands fonds.

L’odyssée des temps modernes

Photo : NOAA

L’Okeanos Explorer

Cet ancien navire de surveillance a été converti en vaisseau de recherche par les États-Unis pour le coût de 20 millions de dollars américain­s. Long de 68 m, il peut accueillir 46 personne­s. Chaque jour d’expéditio­n coûte environ 30 000 dollars américains.

1. Téléprésence

Ce système, basé sur la communication par satellite et une puissante connexion Interne­t, permet de transmettre en temps réel des données, des images et des vidéos haute définitio­n jusqu’à l’Inner Space Center ainsi qu’à quatre salles de commande ailleurs aux États-Unis.

2. Système de position­nement dynamique

Il permet au bateau de demeure­r immobil­e et de conserver une position très précise lors d’une opération, comme le déploiement des robots. Le système règle les moteurs et les propulseurs en fonction de la localisation établie au moyen de satellites.

3. Sonars multifaisceaux

Grâce à l’émission et à la réception de signaux acoustique­s, ce système mesure le relief sous-marin. Il permet de cartographi­er les fonds jusqu’à 6 000 m de profondeur.

4. Robots sous-marins télécommandés

Reliés au bateau par un câble, actionné par un treuil, les robots peuvent plonger dans les grandes profondeurs, soit jusqu’à 6 000 m. L’un, muni de lampes et de caméras, éclaire et filme les fonds marins, tandis que le second, lié au premier, collecte des données et prélève des échantillons grâce à des capteurs et des bras de manipulatio­n. Il abrite dans son « ventre » un engin de 27 kilos, qui peut sortir pour explorer les espaces difficiles d’accès.

 


Robot sous-marin autonome

Ce type de robot, qui n’est pas relié au bateau par un câble, est progra­mm­­é pour se déplacer seul et récolter diverses données sur les fonds marins. Le Canada utilise deux robots de ce type dans l’océan Arctique.

(Photo : Neptune Canada)

 

Laisser un commentaire