Loi sur les aliments et drogues : plus de mordant, SVP

Le projet de loi C-17, qui vise à moderniser la Loi sur les aliments et drogues, donne plus de pouvoirs au ministre de la Santé. Mais il faut aller plus loin…

Photo : iStock
Photo : iStock

Le projet de loi C-17, qui vise à moderniser la Loi sur les aliments et drogues, donne plus de pouvoirs au ministre de la Santé, notamment celui de procéder au rappel d’un médicament pour des raisons de sécurité.

C’est fort bien, écrit le professeur Matthew Herder, spécialiste en droit de la santé à l’Université Dalhousie, dans le Journal de l’Association médicale canadienne. Mais il faut aller plus loin et exiger davantage de transparence de la part des sociétés pharmaceutiques quant aux résultats de leurs essais cliniques.

« Ces données devraient être considérées comme un bien public », écrivent Matthew Herder et ses coauteurs. Leur libre accès aiderait à prévenir la mise en marché de médicaments inefficaces, voire nocifs, croient les experts.

L’Europe a récemment adopté un règlement qui va dans ce sens.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie