Magie ! Ou plutôt… Science !

Voici trois impressionnants phénomènes qui sont magiquement scientifiques !

Voici trois impressionnants phénomènes qui sont magiquement scientifiques !

Le sable qui n’aimait pas l’eau

Conçu pour éponger les fuites de produits pétroliers dans l’eau en agglomérant les hydrocarbures, le « sable magique » est aujourd’hui d’abord et avant tout considéré comme un joujou scientifique vendu dans des boutiques d’amusement.

Il est vrai qu’il est tout à fait étonnant de voir ce sable se transformer en pâte à l’aspect métallique au contact de l’eau. Et il est encore plus surprenant de le voir reprendre instantanément sa forme sèche et poudrée dès la sortie de l’eau.

Tel que l’explique Sciences et Avenir, il s’agit en fait d’un sable qui subit un traitement particulier afin de revêtir ce caractère hydrophobe. Soumis à des vapeurs de composés chimiques, les grains de sables s’enrobent d’un revêtement imperméable. L’eau a alors pour effet de les faire adhérer les uns aux autres, d’où l’aspect pâteux lorsqu’ils sont immergés. Le côté métallique provient quant à lui des bulles d’air retenues à la surface.

L’énigme de la chaîne de perles

Pourquoi ces perles jaillissent-elles vers le haut ? Ce phénomène, qui défie « tout ce que l’on pensait savoir de la pesanteur et de la chute des corps depuis Newton », dixit Slate, a semé le trouble parmi la communauté scientifique depuis que Steve Mould, animateur à la BBC, l’a exposé.

John Biggins et Mark Warner, deux chercheurs en physique de l’Université de Cambridge, ont révélé le fin mot de l’histoire dans une étude publiée le 15 janvier dernier.

Alors que le magnétisme avait été évoqué, ils ont plutôt expliqué que cette étrange trajectoire provient d’une poussée venant du pot, qui donne au phénomène une allure de fontaine.

La chaîne est tel un assemblage de tiges connectées. Quand une extrémité d’une de ces tiges est tirée vers le haut, l’autre extrémité exerce une force de réaction vers le bas. Les maillons de la chaîne rebondissent alors les uns sur les autres et produisent cette poussée anormale.

Le cerveau, ce menteur

illusionoptiqueune

Ne croyez pas vos yeux et n’écoutez pas votre cerveau. Malgré les apparences, cette image montre bel et bien deux quadrilatères gris superposés. L’un des deux apparaît blanc ? Certes, mais mettez votre doigt à hauteur de l’intersection des deux formes, et sa vraie couleur se révèlera.

Ce phénomène, appelé illusion de Cornsweet, s’explique de la manière suivante : notre vision de la couleur et de l’ombre d’une forme est influencée par ce qui l’entoure et par notre perception de l’éclairage.

Dans le cas présent, la disposition des quadrilatères nous laisse à penser que la lumière vient d’en haut à gauche, et que celui du dessus est plus éclairé que celui du dessous. Le cerveau interprète l’image comme si le quadrilatère du haut était plus foncé. À tort.