Manifs étudiantes, alcool au volant : les jeunes sont-ils irresponsables ?

Dans sa dernière chronique dans le journal La Presse à propos de la hausse des frais de scolarité, Alain Dubuc fait remarquer que nombre d’étudiants en grève font partie de la classe d’âge des 21 ans et moins qui, depuis la Loi 71 qui a modifié le Code de la sécurité routière, n’ont plus le droit de conduire après avoir consommé de l’alcool.

Selon le chroniqueur, cette tolérance zéro «se justifie par les habitudes de conduite des jeunes, et par des considérations comportementales et neurologiques, notamment la propension à l’impulsivité et à la prise de risque et les lacunes dans l’exercice du jugement.»

C’est faux. Dans le second rapport de la Table québécoise sur la sécurité routière, qui a servi de base à la modification de la loi, on justifie cette mesure par deux éléments :

– le fait que la majorité des nouveaux conducteurs se retrouvent parmi les jeunes;

– le fait que les jeunes ont une plus grande propension à prendre des risques.

Un jeune inexpérimenté au volant n’a pas moins de jugement qu’un vieux qui vient d’apprendre à conduire.

L’interdiction de l’alcool au volant touche d’ailleurs tous les nouveaux conducteurs, quel que soit leur âge.

L’opposition à la hausse des frais de scolarité n’est pas non plus qu’une question d’âge. Beaucoup de «vieux» arborent le carré rouge. Les considérer comme des attardés qui manquent de jugement est plutôt insultant!

Au passage, signalons que, selon les chiffres présentés par la table sur la sécurité routière, le pourcentage de gens décédés dans des accidents de la route au Québec qui avaient de l’alcool dans le sang est de 43% chez les 16-24 ans… et de 47% chez les 25-44 ans.

La propension à prendre des risques, voire la témérité, est en revanche sans nulle doute une caractéristique associée à l’adolescence, tel que démontré par de nombreuses études.

C’est souvent dangereux, au volant comme dans la vie en société, et cela explique pourquoi on interdit aux mineurs de voter et aux moins de 16 ans de conduire.

Notez au passage que cela n’a pas empêché Ottawa de durcir les peines envers les jeunes contrevenants.

Mais balayer du revers de la main les revendications des étudiants sous prétexte qu’ils sont jeunes et ont le goût du risque me parait un peu simpliste.

Car prendre des risques mesurés permet d’innover et peut parfois déboucher sur des résultats drôlement intéressants.

Parlez-en à Mark Zuckerberg, qui fête cette semaine ses 28 ans et devrait ramasser dans les 100 milliards avec l’entrée en bourse de Facebook…

Ou tiens, plus près de nous, à Xavier Dolan, qui était au Festival de Cannes à 20 ans.

Tous les petits génies n’ont pas 45 ans et plus.

Laisser un commentaire

Merci de faire une différence à travers toutes les généralisations véhiculées.

Merci madame Borde pour cette rectification. À l’évidence monsieur Dubuc s’est aventuré sur un terrain qu’il ne maîtrise pas totalement.

Ce passage du texte d’Alain Dubuc est un très bon exemple de condescendance. Jamais il n’aurait sortir de statistique sur l’Alzheimer pour dénigrer des revendications des aînés. D’ailleurs, il écrit « Voici quelques chiffres qui pourraient encore nous éclairer », mais il oublie celui qui démontre que les universités québécoises ont plus d’argent par étudiants que celles du reste du Canada. La comparaison avec le reste du Canada semble être un bon argument, mais uniquement quand ça soutient la hausse…

JM DeKoninck est sans doute un excellent prof de math et un bon entraineur de natation. Mais pour le reste, c’est un étatiste pur et dur qui veut tout contrôler. J’espère que le gouvernement va le lâcher bient^tot

Voici un exemple de cours donné par un carré rouge à l’UQAM. Cela en dit long sur la manière dont sont éduqués les étudiants de sociologie-sciences politiques à l’UQUAM:

« Déjà dans mon cours Théories et pratiques de la démocratie, enseigné à l’automne 2010, j’avais distribué pour discussion et analyse des extraits du texte « Bases préliminaires pour une grève générale illimitée victorieuse », signé par Force étudiante critique (…) Je ne veux pas me dissocier de sa cause ni de ses analyses politique. » Francis Dupuis-Déri, professeur de sciences politiques à l’UQAM » (Le Devoir, ce matin)

A l’UQAM, ce ne sont pas des textes de grands auteurs ou de grands scientifiques qui sont présentés à l’étudiant, mais des textes de marginaux à tendance quasi terroriste. Pourquoi? Parce que cela reflète la tendance politique du professeur, qui se sert donc de sa tribune non pas pour éduquer mais faire du militantisme.

Demandez-vous maintenant pourquoi les irréductibles du boycott étudiant se retrouvent surtout à l’UQAM. Vous avez ci-haut un élément clé de la réponse.

L’autre élément clé réside chez les professeurs de sociologie-sciences politiques des CEGEP qui alimentent l’UQAM (Vieux-Montréal, Saint-Laurent, etc.).

Mme Borde: peu importe la manière dont vous voudrez tourner les arguments de M. Dubuc, une chose demeure: les jeunes de 21 ans et moins sont plus à risque de faire des erreurs de jugement. Donc, on ne doit surtout pas leur permettre de faire des « grèves », i.e. brimer la liberté de ceux qui veulent aller en classe. De toute manière, ils n’ont jamais eu ce droit.

un père qui n’a pas d’assurances (autres que le minimum obligatoire) pour son auto laisse sa femme la conduire, mais pas son fils de 22 ans. Pourquoi, pensez-vous, si ce n’est que le jeune est plus à risque de faire des erreurs de jugement en conduisant. Ce même jeune peut faire des erreurs tout aussi graves en votant.

Il ne faut pas oublier que les « vieux » d’aujourd’hui étaient les « jeunes irresponsables » d’hier. Sont-ils devenus de « vieux irresponsables »? Je pose la question…

Les parents ne savent plus elever les enfants ils n’ont plus d,autorite ne savent plus les entoures et voyez ce que c,a donne50%sont separe et un donne la responsabilite a l,autre c’est pauvre enfants ne savent plus ou se garocher pour se faire remarquer et ben voila le resultat….

Bonjour. Votre comparaison sur les taux d’accident ne tient pas la route. Si les 16-24 ans ont un taux de 43% il est donc égal à 5.4% par année d’anniversaire (et encore il faut considérer que les jeunes de 16-19 ont peu d’automobile). Pour la tranche 25-44 ans il s’agit de 2.3% par année d’anniversaire, et ceux-ci ont tous une automobile. Je suis entièrement en accord avec l’analyse de monsieur Dubuc. Notre société est devenue gravement malade avec son taux de violence gratuite qui a drastiquement augmenté depuis 30 ans mais a atteint un sommet regrettable. Les enfants rois des années 90 nous démontrent en ce moment à quel point et de quelle façon ils entendent se faire entendre. Les manifs des années 70 incluaient 10, voire 20 fois plus d’étudiants et il n’y avait jamais, jamais de casse. Le respect du bien privé et public ainsi que des gens ne sont pas dans les priorités de nos jeunes. Il ne faut tout de même pas se prêter à de l’aveugement volontaire pour continuer à les pomponner. Assez c’est assez. Merci et bonne journée.

Ce qui vient maintenant du journal la Presse est dicté par des considérations que tout et chacun connaissent très bien,c’est-à-dire la ligne Pro-Charest.
Considération de la famille Desmarais.

Dubuc,je ne suis plus capable!
Je l’écoutais cette semaine à 24heurs en 60 minutes avec votre conseur Josée Boileau et Bravo! à Josée pour avoir resituer les vraies questions.
Dubuc à essayé de nous convaincre de la non pertinemce des manisfestations de nous jeunes adultes.De leur jugement en dehors de ses normes ect….
Dubuc,peut avoir ses propres idées, mais de là à fauser le débat, il y a une marge.
Ce genre de personnage, pour faire passer leur message, essait d’en ajouter pour nous convaincre de la pertinence de leurs propos.
Dubuc est justement ce genre de personnage et cela ne passe pas.

Selon son propre aveu, Mr Dubuc etait marxiste lorsqu’il était dans la vingtaine. Il est donc bien placé pour juger du jugement des jeunes !
Le jugement se développe par les expériences que l’on vit, donc avec l’age.
Les jeunes enfants regardant les bandes dessinées croient que les éléphants peuvent voler en utilisant leurs grandes oreilles.
Tous les jeunes sont à gauche.
En viellissant, leur jugement se développe et se dégauchise à des vitesses variés selon la diversité de leurs expériences.
Ceux qui travaillent pour payer leur étude le font plus rapidement que ceux qui se font tout payer par leur parent ou le gouvernement.
Des leur premier chèque de paye ils se rendent compte que les ‘services gratuit’ offert par l’état sont à leur propre frais à eux.
Les étudiants qui se font remplir par leur prof de CEGEP sur le fait qu’aux États-Unis les malades remplissent les trottoirs se rendent très vite qu’ils se sont fait mentir s’il prennent la peine de se rendre aux États.
Les étudiants sont plus lents que les travailleurs à développer leur jugenment.
Un cas extreme de retard idéologique est Mr Gilles Duceppe. Il s’est avoué marxiste jusque dans la trentaine. Meme s’il ne l’avoue pas, il ne doit surement pas se plaindre du système actuel qui lui procure une pension quatre fois supérieur au salaire des habitants de son ancien comté.
Autre cas est le Dr Amir Kadir, doué d’une intelligence très vive. Malheureusement son jugement l’est moins. Que penser d’un médecin qui voyant la misère dans le monde préfère jouer au Kid Kodak au Québec plutot que de soigner les malades.

@ YBertrand #8
En 1969 j’étais étudiant au MSL et nous partagions les locaux avec le Vieux-Montréal nouvellement créé. Un étudiant contestataire du Vieux eut la bonne idée de mettre le feu au gymnase (était-ce Alain Dubuc dans sa période ML? L’auteur du crime resta inconnu). Bref, si nous n’avions pas de casseurs (ce que je doute) nous avions au moins un incendiaire.

@Miguel Laristo
La jeunesse n’est pas une maladie dont on doit guérir le plus vite possible, de même qu’une société sans remise en question est une société morte. Merci à la jeunesse idéaliste et contestataire de nous garder en vie!

M. Dubuc,

Tant qu’à faire dans le sophisme. 8% des gens âgés de 65 ans et plus ont le Alzeimer. Les vieux ont donc une propension pour la sénilité.

Alors on devrait leur retirer leur droit de vote et autre responsabilités sociales, car ils ne savent plus ce qu’ils font.

Bonjour. @mlle C. Plante. Les jeunes des années 60 ne cassaient pas tout sur leur passage alors que les manifs du temps comptaient dix à vingt fois le nombre de personnes qui sont dans la rue présentement. Les policiers ne sont jamais intervenus, si ce n’est que pour diriger la circulation. C’était heureusement un temps où les gens respectaient les biens privés et publics mais aussi les autres. Si l’on fait une comparaison avec aujourd’hui vous comprendrez que les murs remplis de graffitis, les sorties de finales d’hockey où la ville ressemble au passage d’une tournade en moins d’une heure et l’ensemble de la violence gratuite, qu’elle soit en gestes ou paroles aujourd’hui en font une époque diamétralement opposée aux principes de l’époque. Les gens qui étaient détraqués à l’époque, le sont encore et toujours, c’est la même chose qui s’applique à ceux qui se conduisent décemment. Puisque la sagesse survient avec la connaissance et non l’âge, se sont les grandes geules qui restent habituellement en arrière puisqu’ils gardent s’assoient sur leurs positions souvent indéfendables. Merci et bonne journée.

Il est bien connu que l’alcool altère le jugement, peu importe l’age; il est donc inutile de caser les accidents causés par l’alcool dans des groupes d’age.
Une facon plus objective de mesurer le manque de jugement par groupe d’age serait d’utiliser les cas de ‘car surfing’ ou de ‘sofa surfing’.
Je crois que les 16-24 ans y sont plus representés.

@ ange-marie tremblay # 7

« Les parents ne savent plus elever les enfants…c’est pauvre enfants ne savent plus ou se garocher pour se faire remarquer et ben voila le resultat…. »

Quand on se compare on se console.

Voici un raisonnement aussi scientifique que le vôtre, mais il date de 1962.

http://www.youtube.com/watch?v=crqhrC2WtJ4

En fait je pense que PLUSIEURS ICI ont besoins de prendre connaissance de la réalité à partir de ce lien par Denyse Filliatro.

Merci Mme Borde de votre intervention. M Dubuc devrait exercer davantage de prudence en paraphrasant le contenu de documents formels..

Quant au fond de la question, la conduite automobile doit être reglementée avec rigueur, et ce pour toute la population, pas uniquement pour les jeunes. Convenons que dans notre société, la personne moyenne en vaquant à ses occupations quotidiennes ne porte pas atteinte sérieuse à la vie de ses concitoyens.. sauf le seul cas de la conduite automobile.. Une seule bévue au volant d’un véhicule peut affecter irrémédiablement la vie d’une tierce personne et d’une famille. Devrait-on ainsi continuer de permettre à toute personne de conduire s’il y a risque que ses facultés sont à moins du plein 100%?

Avec le vieillissement de la population, il faut peut-être repenser toutes les règles dans ce domaine. Dans nombre de pays du monde développé, la règle du 0% s’applique déjà à quiconque chauffeur.

@Miguel Laristo et @YBertrand C’est inouï de voir tant de préjugés chez des adultes « âgés » et « saint d’esprit ». Vous auriez avantage à plonger votre nez dans des livres de philosophie, d’histoire, de poésie et d’art, pourquoi pas, histoire d’éclairer vos esprits brumeux et gris (aigris). Quand avez-vous parlé à un-e jeune adulte la dernière fois? Je serais prête à m’assoir avec vous pour boire le thé et discuter. Je n’ai rien à perdre. Et vous? Accepteriez-vous mon invitation?

@ Chloe

C’est typique d’une jeunesse immature de s’imaginer tout savoir et d’etre les premiers à imaginer un monde nouveau. C’est oublier que les personnes agées ont déja été jeunes et ont eu les memes idées.
Les expérimentation idéologiques du genre ‘faire payer les autres’ ou ‘a chacun selon ses besoins et de chacun selon ses capacités’, ce n’est rien de nouveau.
Dans toutes les sociétés non occidentales (amérindienne, asiatique, africaine etc) les personnes agées sont respectés et appréciées pour leur sagesse.
Tous les épisodes ignobles et meurtriers de l’histoire (léninisme, maoisme nazisme) on eu comme artisan des jeunes qui voulaient changer le monde. Il n’ont réussi qu’à le dominer, pour un temps.
Incidemment, je viens de lire un livre sur la 2ème guerre mondiale. J’y ai appris que ce sont des étudiants universitaires qui ont brulé les livres non-allemands (non aryens) à Berlin en mai 1933.
Eux aussi croyaient à un monde nouveau. Les promoteurs du nazisme et du communisme ont largement utilisé les jeunes pour promouvoir leur promesse d’un ‘monde meilleur’
Ils organisaient régulièrement des marches intimidantes dans les rues. Lorsque le gouvernement élu a banni les chemises brunes (vetement des jeunes nazis), ils se sont promenés torse nu dans les rues.
Comme vous voyez, ce que l’on voit présentement dans les rues de Montréal n’a rien de nouveau ni d’édifiant.
Je vous retourne votre conseil; allez lire sur l’histoire
Les étudiants qui marchent au pas de leur association ne sont rien d’autres que des enfants-soldats. Vivement qu’ils prennent de l’age !

« Les étudiants qui marchent au pas de leur association ne sont rien d’autres que des enfants-soldats. Vivement qu’ils prennent de l’age ! »

« Les jeunes des années 60 ne cassaient pas tout sur leur passage alors que les manifs du temps comptaient dix à vingt fois le nombre de personnes qui sont dans la rue présentement. »

Décidément les vieux perdent la mémoire et gardent leurs peurs.

Bien sûr que les jeunes à la fin des années 60 début 70 étaient TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS tranquille. À l’exception de mettre le feu dans un gymnase neuf occuper un CEGEP complet complètement nourrit ET WOODSTOCK et MANSEAU et les bombes et des bombes, des incendies etc. Et en plus roulant en char modifié, Camaro Z28, Mustang 428 cobra, Cuda 426 hémi, chevy 427 à 150 KMH et courses d’accélération à vieux Longueuil et sur la 132.

Aujourd’hui ces jeunes de la fin 60 qui roulaient en char à 150 KMH saouls bien dur font la morale aux étudiants qui eux savent où ils s’en vont.

J’ai une très bonne mémoire malgré la soixantaine et contrairement aux vieux qui disent que c’était tranquille les jeunes dans le temps, c’est-à-dire eux je constate qu’eux ont une mémoire sélective qui les avantagent.

Ou ils sont vieux, très vieux. Je n’ai donc pas hâte d’être vieux comme les vieux comme eux.

À peu près tous le mauvais coups qui ont été faits depuis trois mois l’ont été par des casseur pro et probablement encouragé par les autorités et par la police, pas les étudiants.

@Miguel Laristo
Il arrive quelques fois que les connaissances aient le même effet que l’alcool. Dans votre cas, il semble bien que la modération aurait meilleur goût.

@ youlle

Je suis parfaitement d’accord avec vous que dans les années 70 c’étaient très violent. Certains syndicats étaient noyautés par des groupuscules de gaucheux. D’autres étaient corrompus et se comportaient comme des mafieux(saccage de la Baie James entre autres)

@ passage
« Il arrive quelques fois que les connaissances aient le même effet que l’alcool. Dans votre cas, il semble bien que la modération aurait meilleur goût. »

Mon but n’était pas de comparer directement la situation actuelle avec les situations passées.
Je voulais surtout noter que de tout temps, les ardeurs et pédanteries révolutionnaires ont exercé un attrait sur certaines gens.

@ Miguel Laristo #19

Vous affirmez :«Tous les épisodes ignobles et meurtriers de l’histoire (léninisme, maoisme nazisme) on sic eu comme artisan des jeunes qui voulaient changer le monde.» Mais à qui faites-vous référence? Hitler avait 45 ans quand il prit le pouvoir, Lénine avait 47, Trotsky 38, Mao 56.

«Ils organisaient régulièrement des marches intimidantes dans les rues. Lorsque le gouvernement élu a banni les chemises brunes (vetement sic des jeunes nazis), ils se sont promenés torse nu dans les rues.» Les chemises brunes ou SA étaient d’anciens soldats recrutés à la sortie de prison inaptes à la vie civile. « Après l’armistice, ils continuèrent de se battre et de marcher, non pas pour la réalisation d’un nouvel ordre social, mais pour l’amour du combat et de la marche au pas cadencé… La SA mobilisait tous les instincts brutaux déchainés par la guerre, et son efficacité était encore accrue par l’intégration de la pègre.» Joachim C Fest Ainsi, une armée privée constituée de vétérans bien que par la suite, il y eut de jeunes recrues. Je crois que vous avez confondu la SA (Section d’Assaut) avec la jeunesse hitlérienne bien qu’elle fut rattachée au SA .
C’est bien de lire l’histoire mais il faut aussi la comprendre.

@ Miguel Laristo #22

« Certains syndicats étaient noyautés par des groupuscules de gaucheux. »

Beaucoup à voir avec les étudiants et les jeunes, la Baie James.

Vous savez certainement que la droite et la science sont incompatibles.

@ Marc Sauvageau

Merci de vos précisions.
J’aimerais cependant ajouter que Hitler n’avait que 31 ans lorsqu’il a formé le parti National-Socialiste (NAZI) en 1920.
Lorsqu’il a pris le pouvoir en 33, les marches intimidantes, actes de désobeissances civiles et manifestation de haine envers ‘les Autres’ avaient déja commencé depuis longtemps.

Je crois que M. Dubuc fait référence aux récentes décourvertes sur la développement du cerveau. Le cortex frontal atteint sa pleine maturité en début de vingtaine. Alors il n’y a pas de quoi s’offusquer quand M. Dubuc écrit que les jeunes n’ont pas encore atteint leur pleine maturité cognitive. J’ai trouvé cette allusion très habile et démontre une connaissance du genre humain.

Les plus populaires