Marée noire : urgence science

S’ils veulent pouvoir tirer des leçons de cette marée noire et en évaluer précisément les impacts, c’est maintenant, et pas dans quelques mois, que le gouvernement américain et BP doivent financer des équipes de scientifiques pour aller analyser ce qui se passe dans les profondeurs du golfe du Mexique.

Lundi dernier, BP s’est engagée à verser 500 millions de dollars au cours des dix prochaines années à un programme de recherche indépendant pour analyser les conséquences de l’accident. Mais pour l’instant, aucun fonds n’a encore été débloqué.

La National Science Foundation a quant à elle activé son programme de subventions d’urgence RAPID, qui lui permet d’attribuer en quelques jours des fonds allant jusqu’à 200 000 dollars sur la foi de demandes de seulement 2 à 5 pages. Une vingtaine de projets devraient être financés par ce mécanisme.

En théorie, donc, les chercheurs peuvent se mettre au travail. Mais selon un éditorial du magazine Nature, dans la réalité, les fonds arriveront trop tard pour que les recherches qui seraient nécessaires aujourd’hui puissent être menées à bien.

Car il y a urgence à recueillir des données sur tout un tas de paramètres (de l’état de santé des animaux aux émissions de méthane en passant par l‘activité microbienne) avant que ceux-ci ne soient encore plus perturbés par la marée noire.

Des chercheurs indépendants reprochent aussi au gouvernement américain son manque de transparence dans la dissémination des informations scientifiques recueillies par ses propres équipes de recherche.

Ainsi, même si plus d’une centaine de scientifiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration sont à pied d’oeuvre, il est bien difficile de savoir exactement ce qu’ils font. Les données qu’ils récoltent sont publiées au compte-goutte alors que d’autres en auraient bien besoin pour pouvoir les intégrer dans leurs propres analyses.

Jamais les scientifiques n’ont eu à analyser une marée noire d’une telle ampleur et générée par un puits aussi profond. Quelles en seront les impacts sur la vie marine, les phénomènes océaniques et même sur le climat? Ce ne sont pas les sujets d’études qui manquent…

Laisser un commentaire

Ce qui m’étonne avec les États-Unis c’est qu’ils dépensent des sommes astronomique à la NASA et qu’ils n’ont pas la technologie pour descendre à 1500 mètres de profonder pour colmater cette fuite qui est en train de détruire le golfe du Mexique.

Plutôt que d’explorer le vide de l’univers et de polluer le ciel de débris de toute sorte, ne serait-il pas plus sage de préserver notre planète qui se meurt à petit feu ?

La politique est incroyable !

Jean GODBOUT
Victime d’un crime d’État

Les propos de Jean Godbout sont justes et expriment ce que des millions d’individus pensent présentement sur l’incapacité de BP et des scientifiques américains à colmater cette fuite qui va détruire la faune et la flore marines du Golfe du Mexique.
Serait-ce le propre de l’Homme de tout détruire ce qui vit sur cette planète afin de provoquer sa propre mort ?

L’urgence d’agir dans le cas de cette marée noire n’est pas la connaissance de ses impacts mais bien d’en stopper la cause !

Incroyable que le génie humain, qui n’a d’égal que la stupidité de BP, n’ait pas encore bouché ce trou et tenté des choses aussi invraisemblables que de vouloir boucher la fuite en y pompant de la boue… Qui a essayé un jour de colmater une fuite d’eau sous pression, surtout avec de la boue, savait pourtant la tentative vouée à l’échec. Maintenant on est à couper le tuyau pour ensuite tenter d’y mettre un couvert qui, au mieux, laissera encore échapper une bonne fraction du débit !!! Ridicule et abérrant !!!

Or la solution, simplissime pour tout médecin qui l’utilise couramment, est d’introduire dans le puits un tuyau rigide (technique déjà réalisée pour y pomper le dizième de son débit ) terminé par un ballon ensuite gonflé sous pression avec du béton ou de la résine époxy, ce qui scellerait définitivement l’ouverture du puits.

Trop simple, semble-t-il, pour BP qui persiste à ignorer la solution proposée sur son propre formulaire de suggestions, accessible à tous sur le site BPcan.com !

Répétez-le leur, qui sait si ça leur décrasserait pas les oreilles du brut qui semble s’y accumuler ! Peut-être à plusieurs on pourrait hurler assez fort pour être entendu ?

Les plus populaires