Maux de dos : les jeunes ne sont pas épargnés

Le mal de dos touche près d’un milliard d’humains sur la planète, dont des enfants et des adolescents. Les chercheurs ont encore beaucoup de travail à faire pour cerner ce qui cause ce problème chez les plus jeunes.

Katarzyna Bialasiewicz / Getty Images, montage : L’actualité

Qu’ils soient associés à une blessure, à un travail répétitif, à une mauvaise posture ou tout simplement à la vieillesse, les maux de dos font partie des problèmes de santé les plus fréquents chez les adultes canadiens. Parmi eux, quatre personnes sur cinq souffriront d’au moins d’un épisode de dorsalgie, particulièrement entre l’âge de 30 et 50 ans.

Or, des recherches récentes démontrent que les maux de dos apparaissent souvent bien plus tôt qu’on le croyait, parfois à l’adolescence, voire dans l’enfance.

André Bussières, professeur titulaire au département de chiropratique de l’Université du Québec à Trois-Rivières, a examiné la question auprès de jeunes de 6 à 12 ans de la Mauricie dans une étude publiée récemment.

L’actualité en a discuté avec celui qui est aussi professeur à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill.

Le mal de dos est-il un phénomène courant chez les enfants et les jeunes adolescents?

Les données précises à grande échelle chez les enfants sont encore parcellaires, mais le mal de dos est beaucoup plus commun qu’on le pense, parfois dès l’entrée au primaire.

Pendant longtemps, la recherche était plus intéressée à savoir pourquoi les adultes avaient mal au dos, étant donné les coûts associés aux soins de santé et à l’absentéisme au travail. Chez les enfants, on a longtemps pensé que c’était plus rare. C’était donc moins étudié. On réalise maintenant que les problèmes peuvent commencer très tôt dans la vie et qu’un enfant qui a des maux de dos est plus à risque d’en développer plus tard. Ce problème peut avoir une influence sur la trajectoire d’un jeune : l’absentéisme scolaire, l’abandon de certaines pratiques sportives, voire de certains choix de carrière.

On estime que la moitié des enfants auront un épisode de maux de dos à un moment donné, pendant leur croissance. La prévalence augmente tout au long de l’adolescence et du début de l’âge adulte, avant d’atteindre un sommet vers le milieu de la vie.

D’où viennent les maux de dos chez les jeunes?

Anciennement, lorsqu’un enfant présentait des douleurs au dos, on cherchait avant tout une raison « sérieuse »: cancer, infection, maladie congénitale, scoliose. etc. Or, ce type de pathologie représente un très faible pourcentage des causes de maux de dos.

La très grande majorité des problèmes au dos ou à la nuque, plus de 90%, sont des douleurs musculosquelettiques dont les causes sont un peu plus difficiles à identifier : des élongations musculaires, des articulations irritées, des troubles ligamentaires, de petits traumatismes qui peuvent résulter de pratiques sportives.

Chez les jeunes, on pense souvent que les poussées de croissance liées à la puberté peuvent causer ces douleurs. Est-ce le cas?

Il y a possiblement un lien entre les poussées de croissance et les maux de dos. Mais pour l’instant, les données scientifiques ne sont pas concordantes. Certains chercheurs voient un lien entre la croissance de la colonne vertébrale et l’apparition de maux de dos, d’autres non. Par exemple, dans la cohorte que nous avons étudiée, 20% des enfants ont connu des périodes de croissance durant la période de cueillette de données, mais nous n’avons pas observé de lien étroit avec l’apparition de maux de dos. C’est encore un peu mystérieux, mais c’est une piste qui reste encore à explorer.

Est-ce qu’on peut faire quelque chose pour prévenir les maux de dos chez nos enfants?

Il faut d’abord les encourager à avoir une bonne hygiène de vie. Enfant comme adulte, on doit comprendre le fait qu’on a une colonne vertébrale qui nous supporte toute notre vie. Il faut donc la garder forte et en bonne santé en bougeant régulièrement et en évitant de rester assis de façon prolongée dans de mauvaises postures ou dans des positions statiques. On sait aussi que passer trop de temps devant un ordinateur, une tablette ou un téléphone augmente les chances d’avoir un mal de cou. 

Les jeunes doivent être aussi actifs que possible, tout en évitant les traumatismes (chocs, chutes) qui sont un facteur important dans l’apparition de maux de dos.

Le sport est donc un facteur à double tranchant dans la santé du dos?

On observe que les enfants qui font du sport à une intensité faible ou modérée semblent mieux protégés contre le développement des maux de dos que les autres. Mais une intensité plus grande pourrait augmenter le risque puisque le sport de haut niveau, où les activités sont intenses et fréquentes, accroît les risques de traumatismes et de microtraumatismes. Ceux-ci augmentent la probabilité de voir se développer un peu d’arthrose sur les articulations périphériques des membres inférieurs et supérieurs, et sur la colonne vertébrale. C’est préoccupant, car on commence à réaliser que l’ostéo-arthrite, ce qu’on appelait anciennement l’usure de vieillissement, apparaît beaucoup plus tôt qu’on le croyait, parfois même au début de l’âge adulte. 

Dans quel cas devrait-on consulter un professionnel de la santé?

Il faut être à l’écoute de l’enfant. Si on le voit moins actif, s’il refuse de faire certaines activités ou se plaint de douleur, c’est une bonne indication. Et si la douleur est répétitive, c’est signe qu’elle ne partira pas toute seule. On doit alors consulter pour vérifier l’origine de la douleur et non le signe de quelque chose de plus grave, et déterminer le traitement approprié pour l’enfant. On veut surtout éviter que ça se transforme en douleur chronique, beaucoup plus difficile à traiter pour les thérapeutes. De façon générale, la réponse thérapeutique est plus rapide chez les enfants que les adultes, donc les traitements sont souvent moins longs et plus efficaces.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.