Médicaments anti-inflammatoires durant la grossesse : en prendre ou pas ?

Bien des femmes s’abstiennent de prendre des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, comme l’Advil, le Motrin et d’autres, offerts sur ordonnance) pendant la grossesse, de peur de faire une fausse couche.

Photo : A Mckeone Carolyn / Getty Images
Photo : A Mckeone Carolyn / Getty Images

Bien des femmes s’abstiennent de prendre des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, comme l’Advil, le Motrin et d’autres, offerts sur ordonnance) pendant la grossesse, de peur de faire une fausse couche.

Il n’y a pas de raison, concluent des chercheurs qui ont suivi plus de 65 000 femmes enceintes en Israël.

Le taux de fausse couche était à peu près le même, soit 10 %, tant chez celles qui avaient pris des AINS que chez les autres.

Pourtant, une étude menée à Montréal avait conclu que les AINS doublaient le risque de faire une fausse couche pendant les premiers mois de grossesse.

La Dre Anick Bérard, professeure à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal et auteure de cette étude, est sceptique sur les données israéliennes. Elle conseille aux femmes enceintes de s’abstenir de prendre des AINS pendant le premier trimestre.