Médicaments contrefaits : une épidémie

Selon une estimation publiée par le Center for Medicine in the Public Interest (CMPI), aux États-Unis, la vente de médicaments contrefaits pourrait atteindre 75 milliards de dollars cette année, un bond de 92 % par rapport à 2005.

Médicaments contrefaits : une épidémie
Photo : iStockphoto

Pour les arnaqueurs, les profits sont faramineux et les risques, minimes. C’est ce qui inquiète Peter Pitts, président du CMPI et ancien membre du groupe de travail sur la contrefaçon de l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA).

La majeure partie de ces médicaments sont fabriqués en Asie, puis vendus par Internet dans le monde entier. Non seulement les faux comprimés ne contiennent aucun ingrédient actif, mais ils renferment parfois des molécules toxiques.

À Singapour, en 2008, 150 personnes ont été admises à l’hôpital et 4 sont mortes après avoir consommé des comprimés censés régler les troubles de l’érection, mais qui contenaient en réalité du glyburide, un antidiabétique qui abaisse le taux de sucre dans le sang.

La contrefaçon contribue également à la propagation du paludisme en Asie et en Afrique. Jusqu’à 50 % des antipaludéens distribués sur ces continents seraient sous-dosés, favorisant l’apparition de parasites résistants aux médicaments.