Mieux vaut accoucher trop tôt à Ottawa plutôt qu’à Montréal

Le Québec manque cruellement de services publics pour les enfants handicapés ou présentant des problèmes de développement. L’attente pour la physiothérapie ou l’orthophonie est excessive, dénoncent plusieurs.

Photo : iStockphoto

« Il faut attendre environ 18 mois dans plusieurs endroits », affirme Ginette Mantha, directrice générale de l’association québécoise pour les enfants prématurés Préma-Québec. « C’est inadmissible », tranche le Dr Thierry Daboval. Récemment déménagé à Ottawa, où il dirige la clinique de suivi néonatal du Children Hospital of Eastern Ontario, il constate la différence entre les deux provinces. « Il vaut mieux accoucher d’un enfant prématuré dans la région d’Ottawa. À Montréal, c’est terrible. À Sherbrooke, c’est moins pire », dit-il. En Ontario, la liste d’attente pour des services varie de deux à six mois. Le problème, c’est d’obtenir un diagnostic. La prise en charge est ensuite automatique.

On investit des centaines de milliers de dollars pour sauver les bébés prématurés. Il faudrait logiquement assurer des services adéquats pour maximiser le développement de ces petits combattants.

Laisser un commentaire