Mon génome pour 100 dollars?

Un génome en quelques heures et pour moins de 100 dollars : voilà ce que promet IBM, qui a annoncé qu’elle se lançait dans la course à la technique de séquençage de l’ADN la plus efficace et la moins coûteuse possible, dans laquelle 17 entreprises sont déjà engagées.

Pour l’instant, séquencer le génome complet d’un individu coûte environ 50 000 dollars… soit déjà beaucoup moins que le milliard de dollars qu’avait coûté le programme international du Génome Humain achevé en 2001!

Si la machine d’IBM voit le jour (voyez ici comment ça marche), elle rendra plus accessible l’idée d’une médecine personnalisée, basée sur les données génétiques de chaque individu.

Mais il est encore trop tôt pour savoir si cette approche sera réellement utile : pour l’instant, dans le monde, le génome de seulement neuf personnes a été entièrement décodé. Une quarantaine d’autres génomes devraient être rendus publics et analysés dans les prochains mois, selon les informations dévoilées récemment à New York pour la seconde édition de la conférence sur les génomes personnels.

Même si le rythme s’accélère, on n’en est pas encore au séquençage de M. et Mme tout le monde…

Laisser un commentaire

Est-ce qu’on ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué en disant que connaître le génome d’un individu permettra de lui servir une médecine personalisée?
On ne connait pas encore la fonction de tous les gènes.
On ne connait pas les différentes variantes de chaque gène et leur responsabilité dans le développement de maladie.
On ne sait pas comment tous les gènes et a fortiori les différentes variantes interagissent.
Séquencer un génome, ça ne veut pas dire qu’on le comprend. C’est comme épeler les lettres dans une langue étrangère.
Je crois que si la machine d’IBM voit le jour, elle accélérera la recherche qui un jour mènera peut-être à une médecine personalisée.

Bonjour Valérie,

Voilà bien une autre démonstration de l’arrogance, alliée à la cupidité, humaine.

Nous savons pourquoi on a entreprit au départ de séquencer le génome humain par le programme international du Génome Humain achevé en 2001. Pour le bénéfice des compagnies pharmaceutiques souhaitant faire de l’argent advenant certaines maladie génétiques non encore identifiées.

Et voilà qu’on veut nous faire croire que de posséder notre génome va nous permettre de recevoir des soins médicaux personnalisés. Foutaise que tout cela !

Quand il s’agit de faire la « piastre », une crapule de capitaliste sans scrupule n’a pas son pareil.

@ Valérie et JEan

Vous oubliez les compagnies d’assurances (assurances vie, médicaments, maladies) qui pourraient utiliser ce séquençage bon marché pour »détecter’, des conditions préalables non divulguées chez un assuré pour le larguer ou un demandeur d’assurance pour ne pas l’assurer.

La science est tout simplement imprévisible. Qui aurait pu croire qu’on pourrait séquencer de l’ADN? Personne. Qui aurait pu croire qu’on pourrait identifier la structure atomique du ribosome? Personne. Profitons-en pour remercier ces scientifiques qui nous font vivre de multiples miracles au cours de notre existence. Grâce à eux, ce qui était absolument impossible il y a 10 ans devient soudain possible.

Comme la science est imprévisible, nul ne connait vraiment les bénéfices qu’on pourrait tirer d’un séquencage personnalisé.

Jean: le programme international du Génome humain a été fait pour le bénéfice de la connaissance humaine. Il n’y aurait pas eu de compagnies pharmaceutiques, et ce programmem aurait vu le jour quand même. Je suis surpris de votre manque de curiosité ou de votre cynisme. Heureusement, la population en général n’est pas ainsi: d’où le télescope de Hubble, les grands accélérateurs, les laboratoires de recherches en sciences biomédicales, l’exploration spatiale.

Merci à la population pour sa curiosité. Explorer, découvrir, connaitre: que de sens cela donne à l’existence…

@ Dr Michael Laughrea,

Vous dites: « Profitons-en pour remercier ces scientifiques qui nous font vivre de multiples miracles au cours de notre existence ». Ô comme vous oubliez facilement que les armes nucléaires ainsi que toute la pollution qui menace la survie ultime de l’Humanité sont une contribution directe de « ces scientifiques » à qui vous vouez une adoration on ne peut plus évidente.

Seriez-vous de ces gens qui idolâtrent la science, pensant que celle-ci est la solution miracle qui peut tout, guérit tout, corrige tout ?

De grâce, essayez de faire preuve d’un peu d’objectivité !

Jean: que de pollution et de misère ont en effet été créés depuis l’invention de la roue et la maitrise du feu. On n’a qu’à songer à l’érosion causée par les sillons de cette roue, et aux arbres brûlés suite à la maitrise du feu quelque part entre l’âge des cavernes et le début du paléolithique.

Le cadeau de la science, jean, doit se prendre avec l’emballage et la ficelle.

Combien de morts par armes nucléaires depuis 1946? ZERO. Combien de morts évitées par le développement des armes nucléaires? Possiblement plus que sans développement des armes nucléaires. Seul l’avenir nous le dira, cependant.

Avant de vous époumoner, songez à la pollution causée par 7 milliards d’individus vivant comme au paléolithique. Songez à la fumée causée par le 2 ou 3 milliards de feux allumés chaque jour pour faire cuire la nourriture. Songez à l’état de leurs “fosses d’aisance” sans usine d’épuration. Demandez-vous s’il resterait même des arbres disponibles pour servir de carburant.

Cette solution à la pollution, que je décrie autant que vous, d’où va-t-elle venir, vous croyez? De la science!

En somme, si vous voulez comparer le monde d’antan à celui d’aujourd’hui, vous devez le comparer à population égale. Le monde d’antan parait bien hygiénique et respectueux de la nature pour une seule raison: parce qu’il était 1000 fois moins peuplé que le monde d’aujourd’hui. En 1400 (c’est presqu’hier, à l’échelle historique), la population mondiale était 20 fois moins élevée qu’aujourd’hui. Il y a 70 00 ans, elle était probablement 500 000 fois moins grande qu’aujourd’hui.

Vous pouvez blâmer la science pour une chose : avoir indirectement causé l’existence d’au moins 6 milliards d’invidus de « trop » sur Terre (par de meilleurs conditions médicales et économiques). Mais qui va se porter volontaire pour faire partie de ces individus « en trop ». Vous ? Ce serait au moins logique. Pas moi. Mais, tout aussi logiquement, je dois en accepter les conséquences : une certaine pollution comparé au temps où il n’y avait « que » 350 millions de personnes sur Terre.

@ Dr Michael Laughrea,

Je suis désolé de constater que vous mélangez aussi facilement les époques que les statistiques démographiques.

Comment pouvez-vous comparer le monde d’aujourd’hui à l’époque paléolithique alors que vous savez pertinemment bien qu’il n’y avait pas 7 milliards d’individus à ladite époque ?

Un phénomène que vous semblez avoir oublié est qu’à l’époque paléolithique le contrôle des naissances et de la survie était sujet aux conditions de survies extrêmes de cette même époque contrairement à aujourd’hui.

Vous m’excuserez, je l’espère, de ne pas accepter la science, que vous appelez un « cadeau », avec l’emballage et la ficelle. Libre à vous de penser que les bienfaits de la « science » compensent plus qu’amplement ses méfaits. Je vous prie de ne pas m’en tenir rigueur mais je n’adhère pas à cette pensée-là.

Il est très facile de feindre l’ignorance des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki, ayant eu lieu les 6 et 9 août 1945, qui ont éventuellement « tué » aux alentours de 200 000 individus. Seriez-vous de ceux qui s’illusionnent que tout l’arsenal nucléaire maintenant détenu par plus de 15 pays dans le monde ne sera jamais utilisé à nouveau ?

J’abonde cependant dans le sens de la partie de votre commentaire où vous acquiescez que la science est à blamée « pour une chose : avoir indirectement causé l’existence d’au moins 6 milliards d’invidus de « trop » sur Terre (par de meilleurs conditions médicales et économiques). » On peut effectivement se demander à quoi aura servi à l’Humanité le séquençage du génome humain puisque celle-ci est en voie d’extinction à cause de sa destruction de la biosphère. (sourire)

L’arrogance et l’hypocrisie humaine se permet de séquencer le génome humain (purement pour se vanter qu’elle peut le faire) sous prétexte qu’elle le fait pour le bien de l’Humanité, tout comme cette dernière se permet littéralement d’envahir et de détruire la biosphère planétaire parce qu’elle s’est arrogé le droit de le faire.

(épilogue qu’on lira dans le futur)
Les vestiges de la civilisation humaine
Nous donnèrent un aperçu de son apogée.
Mais ses pollutions, ses destructions et sa ruine
Nous obligèrent à en constater toutes les retombées.

@ M. Jean

Votre interlocuteur voue une admiration pour la science car je le suspecte qu’il croit faire partie du 1 milliard d’individus sur 7 qui ne sont pas de trop.

Les plus populaires