Mon lave-vaisselle me tue !

La pollution de l’air et la pollution lumineuse ont fait la une. Voilà maintenant qu’on pourrait nous rebattre les oreilles avec la pollution sonore. Car cette pollution tue. Selon les dernières études de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le brouhaha des villes cause la mort prématurée de milliers de personnes dans le monde et aggrave l’état de santé de gens malades.

La pollution de l’air et la pollution lumineuse ont fait la une. Voilà maintenant qu’on pourrait nous rebattre les oreilles avec la pollution sonore. Car cette pollution tue. Selon les dernières études de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le brouhaha des villes cause la mort prématurée de milliers de personnes dans le monde et aggrave l’état de santé de gens malades. En Europe, le simple bruit quotidien du trafic automobile serait potentiellement en cause dans 3 % des décès attribués aux maladies cardiaques. Il pourrait aussi générer un stress chronique maintenant le corps dans un état d’alerte constant et provoquant la nervosité chez 15 % de la population.

Une autre étude, menée par l’Agence fédérale allemande de l’environnement, démontre que, même quand nous dormons, notre corps et notre cerveau continuent à réagir aux sons et à augmenter la production d’hormones de stress, comme le cortisol et l’adrénaline. À long terme, ces substances peuvent causer des changements physiologiques et entraîner divers troubles : hypertension, crise cardiaque, déficit immunitaire, accident vasculaire cérébral. Plus concrètement, un bruit ambiant d’un niveau d’intensité de 35 décibels (dB) suffit à nuire à l’apprentissage des enfants. À 42 dB, le sommeil est perturbé, et à 50 dB, un bruit constant peut provoquer des maladies cardiovasculaires. Un simple lave-vaisselle produit un son d’environ 50 dB.

Les chercheurs de l’OMS devront fixer des valeurs guides pour aider les gouvernements à réglementer le bruit et ainsi améliorer la santé publique. D’ici quelques mois, une mesure européenne obligera les villes de plus de 250 000 habitants à dresser des cartes géographiques de la répartition des bruits sur leur territoire. L’information recueillie facilitera les études sur les effets du bruit sur la santé ainsi que l’élaboration de stratégies antibruit, consistant par exemple à dévier la circulation automobile loin des hôpitaux et des écoles ou à installer des écrans acoustiques.

Quoi de neuf au Québec ?
Stressés, anxieux, complexés, à vos claviers ! Le nouveau jeu vidéo MindHabits, produit à Montréal, vous aidera à réduire votre stress et à bâtir votre confiance personnelle. Selon ses créateurs, les exercices qu’il propose favorisent un état d’esprit positif. Dans l’un d’eux, il s’agit de cliquer sur des photos de visages souriants tout en évitant les visages fâchés. Cet exercice aurait pour effet de vous habituer à ne pas prêter attention aux attitudes négatives dans la vie quotidienne. Le jeu s’appuie sur 10 ans de travaux en psychologie et en intelligence sociale menés à l’Université McGill. Au revoir, Tetris ?

Techno
Environ le tiers des fécondations in vitro aboutissent à la naissance d’un enfant. Une invention nippone pourrait améliorer de beaucoup cette proportion. L’ingénieur Teruo Fujii et ses collègues, à l’Université de Tokyo, ont créé un womb on a chip, ou « utérus sur puce ». Ce mini-incubateur est capable de reproduire un environnement semblable au milieu utérin. Les médecins pourront y fusionner spermatozoïdes et ovules, et de petites pompes préprogrammées injecteront régulièrement les fluides nécessaires à la survie des embryons. Le tout constitue une nette amélioration par rapport aux boîtes de Petri, dans lesquelles croissent actuellement les embryons et qui ont très peu en commun avec leur milieu de croissance naturel.

Conseil du mois
Vous vivez des moments difficiles ? Dépoussiérez votre journal intime et consignez-y vos mauvaises expériences. Des dizaines d’études parviennent à la même conclusion : coucher régulièrement sur le papier ses sentiments négatifs les plus profonds est très bénéfique pour la santé psychologique et, dans la plupart des cas, se révèle au moins aussi efficace que la consultation d’un psychologue. À long terme, l’« écriture expressive » améliorerait même le système immunitaire et la pression artérielle. Les recommandations des experts : écrivez seulement vos expériences négatives, consacrez au moins 15 minutes à chaque séance d’écriture, concentrez-vous sur vos sentiments intimes et enfin, ne vous tourmentez pas avec les règles de grammaire et les fautes d’orthographe !

Dans la même catégorie