Mondotrack: une piste à records?

Chaque fois qu’un record mondial d’athlétisme est établi sur l’une des pistes qu’elle a dessinées, la famille Stroppiana, propriétaire de l’entreprise italienne Mondo, ressent une petite fierté.

Mondotrack: une piste à records ?
Photo: Mondo

« Quand nous participons, ne serait-ce qu’un brin, à un tel résultat, c’est comme si nous étions avec les athlètes sur la piste », dit Federico Stoppania, directeur de l’entreprise et petit-fils du fondateur, Edmondo Stroppiana.

L’entreprise Mondo a conçu toutes les pistes d’athlétisme des Jeux olympiques depuis ceux de Montréal, en 1976. Les athlètes s’entendent pour dire que sa dernière création, la piste Mondotrack – aussi utilisée à Pékin en 2008, où cinq records du monde sont tombés – est extrêmement rapide.

Bien que des doutes aient été récemment soulevés quant à son état de santé, le sprinteur jamaïcain Usain Bolt a indiqué qu’il souhaitait courir le 100 m en 9,4 secondes, en deçà de son propre record de 9,58 secondes. S’il y parvient, il pourra dire merci au fabricant italien, comme il l’a fait il y a quatre ans.

La surface de caoutchouc peut faire une différence dans le temps d’un coureur. « La qualité élastique de la piste joue un rôle essentiel, explique Michel Portmann, président de la Fédération québécoise d’athlétisme et entraîneur de l’équipe canadienne du 4 x 100 mètres aux Jeux d’Atlanta, en 1996. Pour un sprinter, par exemple, le renvoi du pied sur la piste est d’une extrême importance, puisque le contact du pied au sol doit être le plus bref possible, contrairement à un coureur de longue distance qui doit dérouler son pied sur la piste. »

Selon Mondo, la couche supérieure de sa nouvelle piste assure une meilleure traction grâce à sa surface à relief, alors que couche inférieure en hexagone améliore l’élasticité et permet au pied de rouler plus rapidement.

Les coureurs voudront toutefois éviter le couloir no1, plus souvent foulé que les autres, donc plus absorbant et moins « rapide », dit M. Portmann.

Les conditions sont donc réunies sous les pieds d’Usain Bolt pour qu’il réédite son exploit de 2008, alors qu’il avait été sacré champion trois fois (100 m, 200 m et relais 4 x 100 m). Mais il faut que la machine humaine opère. Et que Dame Nature, particulièrement imprévisible à Londres, coopère. Un vent défavorable ou une température trop fraîche, et s’en est fait des records. À quand la piste qui s’adapte aux conditions météorologiques?

 

* * *

QUELQUES CARACTÉRISTIQUES DE LA MONDOTRACK :

  • Épaisseur : 13 mm
  • Surface : 8 700 m2, soit près de 7 piscines olympiques
  • 120 tonnes de caoutchouc
  • Antidérapante, même s’il pleut
  • 9 couloirs plutôt que 8
  • Conçue en Italie et livrée à Londres en 875 rouleaux
  • Installée en 3 mois entre juillet et septembre 2011


À LIRE
D’autres textes dans notre dossier «Londres: Dans les coulisses des Jeux olympiques»