Mont Orford : la saga continue

 

En 2006, le gouvernement Charest annonçait son intention de vendre à l’entreprise privée le mont Orford, sa station de ski et son terrain de golf, ainsi que deux autres sommets adjacents. En contrepartie, il promettait d’acheter assez de forêts pour accroître la superficie du parc national environnant, faisant passer celle-ci de 58,4 km2 à 100 km2.

En mai dernier, après 14 mois de controverse, ce gouvernement aujourd’hui minoritaire a plié devant la pression populaire et les partis d’opposition, en annulant la vente de la montagne et en mettant fin à l’appel d’offres pour la construction de 750 condos sur ses flancs.
Cette volte-face du gouvernement libéral réjouit les opposants au projet, mais ceux-ci n’entendent pas baisser la garde, car les trois sommets et le terrain de golf ne font désormais plus partie de l’aire protégée du parc national. Légalement, affirment les écolos, rien n’empêche la MRC de convertir ces terres en parc régional… et donc de les rouvrir au développement.

En revanche, le projet d’agrandir la superficie du parc national du Mont-Orford est maintenu. La ministre de l’Environnement, Line Beauchamp, a d’ailleurs annoncé que son gouvernement poursuivait ses démarches afin d’acquérir près de 5 000 hectares, qui seront par la suite intégrés au parc.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie