Mort subite du nourrisson : le cododo pointé du doigt

Le cododo serait le premier facteur de risque de mort subite du nourrisson, selon une étude.

Photo © Getty Images
Photo © Getty Images

Selon une étude américaine publiée dans Pediatrics, le cododo, soit l’acte de dormir dans le même lit que son nouveau-né, serait le premier facteur de risque de mort subite du nourrisson (décès soudain d’un enfant de moins d’un an et en bonne santé, sans raison apparente ni antécédent médical).

FouineurPour étayer leur propos, les chercheurs mettent en avant des statistiques publiques de 24 États américains. Ils se sont penchés sur les cas de 8 207 enfants décédés pendant leur sommeil. Verdict : 69 % des bébés en question ont été victimes du syndrome de mort subite en dormant dans le même lit qu’un adulte.

Toutefois, les chiffres varient en fonction de l’âge des poupons. De fait, « 73,8% des nourrissons âgés de moins de trois mois victimes de mort subite partageaient le lit des parents au moment de leur décès. Chez les bébés âgés de quatre à 12 mois, ce pourcentage descendait à 58,9% », explique Science et Avenir, qui relaye la nouvelle.

Le cododo est notamment associé à des risques de chute, de manque d’oxygène, d’écrasement thoracique voire d’hyperthermie.

Mais d’autres facteurs rentrent en ligne de compte pour expliquer les morts subites.

Ainsi, chez les bébés de quatre mois ou plus, la présence d’objets (oreiller, couverture, peluche) dans l’environnement de couchage est citée comme étant la cause de 39,4 % des décès. De plus, 18,4 % d’entre eux sont mort soudainement en raison d’une mauvaise position de couchage. C’est pourquoi il est recommandé de faire dormir les bébés sur le dos, sur une surface ferme, et de les repositionner lorsqu’ils se placent sur le ventre.

Le cododo a régulièrement été pointé du doigt, malgré son aspect pratique à la fois pour l’allaitement et pour la qualité du sommeil de la mère comme de l’enfant. L’an passé, une étude publiée dans le British Medical Journal affirmait que le fait de dormir dans le même lit qu’un bébé multipliait par cinq le risque de mort subite du nourrisson.

« 88 % des morts qui surviennent dans le lit des parents auraient probablement été évitées si l’enfant avait été couché sur le dos dans un berceau à côté du lit des parents », expliquait même le professeur Bob Carpenter, l’un des auteurs de l’étude.

Un sondage récemment mené aux États-Unis a montré que le cododo était une pratique habituelle pour 11 % des parents.

« Le syndrome de la mort subite du nourrisson et les autres morts reliées au sommeil sont la troisième cause de mortalité infantile aux États-Unis, et après le premier mois de vie, ils deviennent même la principale cause de décès », a expliqué le docteur Jeffrey Colvin, pédiatre et auteur principal de l’étude publiée la semaine passée dans Pediatrics.

 

Les commentaires sont fermés.

Je pensais que vous êtiez une publication objective qui fait des recherche avant de publier… pas juste des rapporteurs. Quand les études utilisées sont biaisées, les résultats sont pas concluant… mais des fois un demi-mensonge qui dit ce que certains croient passe pour la vérité. À l’avenir, vaudrait mieux faire une bonne recherche avant de publier des *$%&%#?. Voilà juste un début (http://www.planetef.com/chronique/le-cododo-mal-partie-1/) suite à la parution de cette fameuse étude, mais la littérature est beaucoup plus complète.

Alors là je suis doublement chanceuse; après avoir couché mes 3 bébés sur le ventre et avoir pratiqué le cododo avec les 3, ils ont bien survcécu et sont en pleine forme. A mon époque et dans mon entourage c’est ce qu’on faisait.

Je suis très déçue de la piètre qualité entourant la rédaction de cet article et recommande à vos lecteurs de pousser leurs recherches en la matière. Le partage du lit avec un bébé, ça peut se faire de manière sécuritaire. Consulter à ce sujet Alice Trépanier, doctorante en psychologie et consultante périnatale. http://www.alicetrepanier.com/#!Partage-du-lit-danger-Ou-comment-empcher-les-parents-de-faire-des-choix-clairs/cag/43B29A37-9171-48B4-AED9-449ED08720AD

Je ne suis pas du tout d’accord avec cette étude et je suis déçue que l’Actualité endosse cette affirmation. Nous sommes dans une société tellement individualiste et capitaliste que tout est bon pour séparer les humains l’un de l’autre et les empêcher de se toucher!!! J’ai trois enfants, j’ai fait du cododo et je prône le cododo pour les vertus apaisantes, facilitantes, réconfortantes et remplis de tendresse entre un parent et son enfant. Le cododo offre une sécurité affective pour nos enfants ce qui est un investissement pour leur avenir. Mais je comprends que notre système veut produire des robots performants, sécuritaires, apeurés et dociles avec quelques problèmes de santé mentale pour rentabiliser l’économie et mieux contrôler l’individu consommateur! Il faudrait réviser cette étude et pousser un peu plus la littérature pour souligner les bienfaits du cododo également.

Vers l’âge de 6 ou 7 ans, en voyage avec ma famille chez une tante, j’ai du dormir entre celle-ci et mon oncle, tous les lits étant occupés. Au milieu de la nuit, je me suis réveillée en état de panique, je ne pouvais bouger et j’avais peine à respirer. Je ne voulais pas déranger le sommeil de mon oncle et de ma tante, et heureusement, ce sont les pleurs de ma petite cousine de quelques semaines à peine qui ont fait lever ma tante. Oui, je crois dur comme fer qu’il y a danger quand des adultes dorment avec les petits enfants.

Ce une tres mauvaise experience que vous avez eu … Mais se ci dit cela n’etais pas du cocododo comme le sujet en parle … Vous n’etiez pas avec vos parent qui eux on l’intinc du parent … Jai garder ma petite niece bebe et jai voullue la coucher avec moi dans mon lit pour la reconforter … Malgre le fait que javais du cocododo avec mes deux enfants jai decider de la replacer dans son petit lit (parc) car ce n’etais pas mon enfant et que javais un peu moin confiance en mon instinc … Donc oui dormir avec des adult ca peu etre dangereux mais cela ne se conpare pas avec une maman et son nourrison 😉

Il aurait été intéressant de publier les biais de l’étude, biais que le site Naitre et grandir n’a pas manqué de relever: http://naitreetgrandir.com/fr/nouvelles/fiche.aspx?doc=20140721-co-dodo-partage-du-lit-risque .

Par exemple, l’étude ne fait pas la distinction entre les surfaces sur lesquelles le cododo a été pratiqué (lit d’eau, sofa, fauteuil inclinable, lit normal, etc.). Or, on sait que sur le sofa par exemple, les chances d’écraser bébé sont plus grandes.

Aussi, l’étude n’a pas vérifié si dans les cas où des enfants sont morts, les parents étaient intoxiqués (alcool ou drogue par exemple).

S’endormir exténuée en allaitant sur un divan est beaucoup plus dangereux que le partage du lit planifié, respectant certaines règles! Malheureusement, c’est en faisant peur aux parents par des articles et des recherches peu nuancées que des accidents arrivent…

Dans l’étude dont il est question ici et que je viens de lire, les chercheurs définissent le cododo comme étant lorsque « l’enfant dort sur la même surface qu’une personne ou qu’un animal ». La catégorie d’environnement de sommeil « lit d’adulte ou personne » définie par les chercheurs inclut autant « un lit d’adulte, un lit d’eau, un matelas d’adulte, un lit à deux étages, un lit d’enfant, un sofa, un matelas gonflé, ainsi que dormir dans les bras ou sur la poitrine d’une personne ».

De plus, nul part dans l’article il n’est fait mention des risques liés au tabagisme ou à la consommation de drogue par les parents, ni de la distinction entre l’allaitement et l’alimentation par des préparations commerciales: pourtant, ce sont des facteurs de risques bien documentés en lien avec la mort subite du nourrisson.

Bref, cette étude met dans le même panier des parents responsables qui planifient un partage du lit et des parents qui s’endorment sur le divan avec leur bébé dans les bras après avoir consommé drogues ou alcool. Rien pour permettre aux parents d’adopter des comportements sécuritaires la nuit!