Morts accidentelles à l’hôpital: gare au sensationnalisme

Après The Gazette la semaine dernière, c’était au tour de La Presse, hier, de donner de nouvelles informations sur les circonstances des décès accidentels survenus dans des hôpitaux au Québec.  

J’ai toutefois relevé quelques erreurs et omissions dans ces deux articles, qui font en sorte d’inquiéter inutilement leurs lecteurs.

The Gazette nous explique ainsi que les détails récemment dévoilés par les hôpitaux contredisent le rapport du gouvernement du Québec datant de décembre qui ne faisait état d’aucun décès accidentel.

On se dit forcément à ce stade que le gouvernement nous cache quelque chose.  

Sauf qu’en l’occurence, c’est faux. Si vous consultez les pages 78 et 80 du premier Rapport semestriel sur les incidents et accidents survenus lors de la prestation des soins et services de santé au Québec, vous verrez qu’on y indique que 75 accidents ont causé la mort de patients.

Ces 75 accidents ont toutefois été arrondis à 0% dans le tableau donnant la gravité des accidents, à la page 79, ce qui pourrait induire en erreur le lecteur qui n’aurait pas remarqué que les chiffres sont arrondis à la seconde décimale.

En effet, 75 décès sur 179 011 incidents ou accidents déclarés donne 0,0004%. C’est certainement trop, mais pas forcément effarant.

Autre donnée manquante dans les deux articles : le nombre de gens et de procédures qui se déroulent dans les hôpitaux du Québec, ce qui permettrait pourtant de relativiser les chiffres sur le nombre d’accidents, comme le dit d’ailleurs le rapport en question :

Afin de bien mettre en perspective le nombre d’incidents et d’accidents rapportés dans ce rapport, il importe de bien situer les données en matière d’actes médicaux et de volumes de soins.

Au Québec, on compte annuellement près de 502 000 chirurgies réalisées, 3,2 millions de visites à l’urgence, 5,6 millions de consultations médicales en établissement et plus de 19 millions de jours-présence en hospitalisation, dont 13,7 millions de journées d’hébergement en CHSLD chez les personnes âgées.

Sur les 75 décès survenus, 24 sont dus à des chutes (qui représentent d’ailleurs 40 % de tous les incidents ou accidents déclarés) et 37 entrent dans la catégorie «autres», qui comprend notamment les suicides.

Les deux décès survenus à l’Hôpital Maisonneuve Rosemont sont d’ailleurs des suicides, selon la Presse.

Si les hôpitaux doivent tout faire pour protéger leurs patients, y compris les empêcher de mettre fin à leurs jours, cela me semble toutefois illusoire d’arriver à un sans faute, à moins de les garder sous surveillance rapprochée 24h sur 24. Chaque année, environ 1000 Québécois se suicident.

Le Québec est la première province au Canada à avoir mis sur pied ce registre des accidents dans les hôpitaux, pour encourager la transparence, repérer les lacunes et mesurer les progrès.

Il y a certainement place à des améliorations pour rendre les hôpitaux et CHSLD plus sécuritaires.

Mais il serait fort dommage qu’un traitement sensationnaliste des données gâche cet effort.

Laisser un commentaire

Merci Mme Borde de veiller au grain!Il est si facile de s’y perdre et de mésinterpréter les faits, particulièrement lorsqu’ils sont probabilités ou statistiques!

Madame Borde, vous n’êtes pas sans savoir que ce qui fait vendre les quotidiens d’information, ce n’est pas l’information, mais le sensationnalisme!

Quand tout se monnaye dans une société, c’est l’argent qui choisi les priorités…

Cé ben épouvantable Mme Borde, mais sa va mal à pital. Cé plein de malades et pis yen a mourrent à toué jours.

Je vous le dis, sa paraît souvent dans le journal sur la première page en grosses lettres drette sur le dessus. Même pas besoin d’acheter le journal pour le sawère.

Merci madame de préciser, mais dans ce même contexte, il faudrait que chaque nouvelle ou information qui nous parvient, soit analysée et filtrée pour enlever la « couche » de sensationnelle car en matière d’informations biaisées ou exagérées nos médias sont, en général, très bon avec ça !!!

Vous me réconciliez avec le journalisme, là. Qu’est-ce que je déplore en général le manque de rigueur dans les propos de nos journalistes… Vous êtes nos yeux et nos oreilles! Come on!

Un hopital c`est comme tout autre endroit public, il y a des erreures et des accidents qui sont toujours malheureux, mais dans l`ensemble nous avons un merveilleux système d`hospitalisation, j`en parle par expérience. Un citoyen de l`Abitibi.

Les plus populaires