Mourir à la maison a un prix

Les familles des malades qui choisissent de finir leurs jours à la maison doivent assumer des coûts de 4 900 dollars en moyenne, selon une étude dirigée par Serge Dumont, directeur de l’École de service social de l’Université Laval. 

Mourir à la maison a un prix
Photo : iStockphoto

Avec ses collègues, le chercheur a recruté 248 patients bénéficiant d’un programme de soins palliatifs à domicile, à Montréal, Halifax,
Winnipeg, Edmonton et Victoria. Le coût global moyen du maintien à domicile s’élevait à 18 446 dollars.

Un peu plus de 70 % de la note était assumée par le système de santé : séjours à l’hôpital, médicaments couverts par les assurances publiques, visites d’une infirmière, etc. Environ 27 % était acquittée par la famille. « Ça correspond à un investissement en temps, précise Serge Dumont. Les membres de l’entourage consacrent de deux à trois heures par jour pour nourrir le malade, le laver, etc. En fin de parcours, ça peut dépasser les 10 heures. » Aux fins de calcul, les chercheurs ont accordé aux aidants naturels un salaire fictif équivalant à celui d’un préposé aux bénéficiaires. Des données pour chacune des villes seront publiées au cours de la prochaine année.