Obsolescence programmée : le mauvais débat!

La question à se poser, c’est plutôt comment s’y prendre pour diminuer le gaspillage de matières premières et d’énergie qu’engendrent des biens de consommation toujours plus nombreux.

(Image: iStockphoto)

Les entreprises manufacturières, et plus particulièrement les fabricants d’appareils électroniques, font-ils sciemment des produits à courte durée de vie pour nous forcer à en acheter plus souvent ? La question de l’obsolescence programmée fait débat depuis des années.

Certains prétendent qu’il s’agit d’un mythe essentiellement véhiculé par les adeptes de la décroissance. D’autres y voient une réelle stratégie d’entreprise qui a permis, par exemple, aux fabricants de produits électroniques d’empocher des milliards sur le dos de consommateurs pris avec des appareils fragiles, pas réparables ou vite rendus obsolètes par les mises à jour de logiciels bouffeurs de mémoire.

On pourrait en débattre pendant une éternité… en vain. Si elle existe, l’obsolescence programmée est extrêmement difficile à démontrer et les accusations quasiment impossibles à porter. Il y a 10 ans, des fabricants d’imprimantes comme Hewlett Packard ont été pointés du doigt lorsqu’on a découvert que les capteurs électroniques de leurs cartouches indiquaient que celles-ci étaient vides bien avant qu’elles ne le soient réellement. Il y a eu recours collectif et poursuite, mais pas de jugement, HP et les plaignants s’étant entendus pour que les clients lésés soient dédommagés.

Il y a tant de paramètres qui entrent dans le design d’un produit, dont évidemment le rapport qualité/prix, qu’on peut bien pester autant qu’on veut contre les vitres de téléphones qui brisent ou les laveuses pas réparables, on n’a quasiment aucune chance de démontrer que cela résulte d’une intention maligne, quand bien même ce serait le cas.

La bonne question à se poser, c’est plutôt comment s’y prendre pour diminuer le monstrueux gaspillage de matières premières et d’énergie qu’engendrent des biens de consommation toujours plus nombreux, qui finissent trop rapidement et trop souvent dans des dépotoirs.

Depuis des années, on mise sur le réemploi et le recyclage, mais cette approche a ses limites. La preuve avec les écofrais sur l’achat d’appareils électroniques imposés depuis 2012 au Québec pour financer le recyclage de ces appareils qui contiennent des matériaux aussi précieux que toxiques à disséminer dans l’environnement. La Presse rapportait récemment que l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE), qui regroupe les entreprises qui fabriquent ces produits, avait engrangé un surplus de 60 millions de dollars depuis ses débuts. Ce n’est donc pas l’argent qui manque pour recycler, mais plutôt la volonté! Certes, les quantités de produits récupérés augmentent année après année, selon l’ARPE et Recyc-Québec qui supervise ce programme, mais l’ARPE ne dit pas à quel taux de recyclage cela correspond, puisqu’on ne connaît pas les quantités jetées.

Chose certaine, on peine à atteindre les objectifs de récupération. Le 12 juillet dernier, Québec a publié dans la gazette officielle le Projet de règlement modifiant le Règlement sur la récupération et la valorisation des produits par les entreprises, qui abaisse les exigences pour la responsabilité élargie des producteurs. Selon le Règlement initial entré en vigueur en 2011, les entreprises qui vendent produits électroniques, piles, lampes au mercure, peintures et huiles devaient récupérer un certain pourcentage de leurs produits, et payer une amende si les objectifs n’étaient pas atteints en 2015. Le nouveau Règlement repousse ces amendes à 2020. Les seuils de récupération fixés sont pourtant déjà insuffisants pour mettre fin à l’accumulation de déchets, puisque, par exemple, on vise à récupérer seulement un téléphone portable sur 4 ! Seule avancée, Québec va commencer à inciter à la récupération des climatiseurs. Oui, on en est encore là!

Plutôt que de miser surtout sur le recyclage ou la récupération, mieux vaudrait agir en amont, pour augmenter la durée de vie des produits. Avant de réutiliser puis recycler, il faut réduire les déchets à la source, c’est-à-dire essentiellement éviter les produits inutiles (on n’est vraiment pas rendus là!) ou au moins éviter aux produits utiles de devenir trop vite inutiles.

En juin, Greenpeace et IFixit ont publié le premier palmarès de réparabilité des téléphones intelligents, tablettes et ordinateurs, dans lequel les appareils ont été évalués selon quatre critères : remplacements possibles de la batterie et de l’écran, besoin d’outils spéciaux pour réparer, pièces détachées disponibles. Les détails sont dans ce rapport (uniquement en anglais). Samsung, Apple et Microsoft obtiennent les plus mauvaises notes.

On pourrait faire le même exercice pour bien d’autres types d’appareils, et plutôt que de laisser ce travail d’évaluation à des organisations non gouvernementales, faire des normes sur la durée de vie ou la réparabilité, ou des labels, et renforcer les exigences réglementaires puisque les garanties légales actuelles sont souvent de très courte durée (qui veut un réfrigérateur qui dure un an?!).

Le problème, c’est que les consommateurs ne sont pas informés de ces paramètres, et n’ont donc pas le choix. Pourtant, plusieurs seraient sans doute prêts à payer plus cher pour des produits qui durent plus longtemps, s’ils pouvaient disposer d’une quelconque forme d’assurance que ce sera vraiment le cas. Ce serait déjà ça de pris.

On devrait au minimum suivre pour la durée de vie des produits la stratégie que l’on applique déjà à la consommation d’énergie. Aujourd’hui, si vous allez sur le site d’Hydro-Québec, vous apprendrez des dizaines de trucs pour diminuer votre consommation d’électricité. Mais sur quel site institutionnel trouvez-vous comment faire du vide sur votre disque dur?

Quand vous achetez un réfrigérateur, vous pouvez avoir une idée de sa consommation électrique s’il est certifié par EnergyStar. Mais vous n’avez à peu près aucune information sur sa réparabilité ou sa durée de vie! Pour l’immense majorité des fabricants, la durabilité n’est pas plus un argument de vente aujourd’hui que la consommation d’énergie en était un il y a 20 ans. À quand des étiquettes DuraStar ou RepaStar?

Cet été, les parlementaires européens ont adopté une résolution pour une durée de vie plus longue des produits (et non sur l’obsolescence programmée comme on peut le lire un peu partout), qui vise à inciter gouvernements, entreprises et consommateurs à agir. C’est un début, et une initiative dont nos gouvernements devraient s’inspirer.

Plusieurs propositions – il y en a des dizaines – méritent qu’on s’y intéresse. On parle par exemple d’étiquetage de durée de vie pour les produits, de la fourniture obligatoire de guides de réparation avec les appareils, de nouvelles règles d’importation pour les pièces détachées, d’impression 3D, de communautés virtuelles de réparateurs…. Plein de pistes à explorer!

Peu importe au final que l’on croie ou non à l’obsolescence programmée. C’est le résultat qui compte.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

40 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Il n’y a pas seulement l’industrie de l’électronique qui contribue irresponsablement à l’immense gaspillage de ressources dont nous sommes tous témoins et responsables. Pensez à l’industrie de la mode qui nous « suggère fortement » de changer votre look à toutes les saisons à défaut d’avoir l’air ringard, alors que que les vêtements que nous portons déjà sont en parfaite condition. Et que dire de celle des rénovations immobilières qui nous fait changer de décor presqu’à à tous les 3 ou 4 ans engendrant ainsi un gaspillage de ressources inacceptable. Etc…

Certaines industries s’organisent, via un marketing lourd accompagné certaines émissions de radio et télé qui ne sont en fait que des infopubs, pour que la pression sociale soit très forte en leur faveur (émissions de déco, de mode, de cuisine, etc…) vous forçant littéralement à gaspiller.

Certains medias et porte-parole devraient faire un examen de conscience.

Bien sûr, plusieurs matériaux peuvent être recyclés mais ne serait-il pas mieux d’éviter complètement ce recyclage déresponsabilisant en le réduisant au minimum au départ en refusant de se plier aux dictats de certaines industries?

Certains appareils se brisent effectivement rapidement mais regardez au départ le prix que vous avez accepté de payer. Si vous choisissez de payer le produit le moins cher possible, les chances sont fortes pour que celui-ci reflète ce choix dans sa qualité et sa durabilité.

Monsieur François, vous êtes influençable à ce point par la pub et le marketing? Ma femme et moi regardons beaucoup la télé et lisons des magazines. Or, cela ne nous conduit pas à changer notre garde-robe aux saisons ni à rénover notre maison. Je crois donc que vos propres valeurs sont en cause, et voici ma pub : lisez La Simplicité volontaire de Mongeau ou En as-tu vraiment besoin? de McSween. Bonne lecture et gardez vos sous pour des choses qui en valent la peine.

La politique des prix ….le mensonge
Faisons de la politique ! Il faut vivre cette génération point.

@ Pascal Pelletier:

Est-ce que j’ai écrit que J’ÉTAIS PERSONNELLEMENT influencé à ce point? Vous avez mal interprété mon écrit.

Le seul fait que j’aie fait cette intervention et décrit certaines tactiques des gens de mise en marché signifie clairement que je suis CONSCIENT de l’influence qu’ont les agences de marketing sur les gens et, en filigrane, que j’y résiste fièrement et que le gaspillage n’est nullement mon mode de vie. Je croyais que c’était pourtant clair!

Je n’utilise que mon gros bon sens et je ne sens pas le besoin d’acheter un livre pour me convaincre de mes valeurs ni de mon identité. Je laisse ça aux faibles qui doutent de leurs choix.

Une façon simple d’inciter les fabricants à produire des appareils plus durables serait d’imposer des garanties beaucoup plus longues. Actuellement, au Québec, la loi pour la protection des consommateurs impose une garantie légale qui dépasse la garantie explicite du fabricant. Sauf que les fabricants et distributeurs ne la respectent pas spontanément. Il faut faire une action judiciaire devant la Cour des petites créances. Il y a des délais et on ne peut être certain du résultat.

Par exemple, j’ai utilisé un écran d’ordinateur HP qui fonctionne mal un peu plus de 2 ans après son achat. Ni Best Buy ni HP ne veulent le réparer. Ils connaissent la garantie légale du Québec. Ils attendent une action judiciaire avant de bouger. La garantie explicite n’est que d’un an. Mais je n’irai pas plus loin puisque je n’ai payé que 119$ pour cet écran HP de 20″. Le juge ne reconnaîtrait pas des motifs environnementaux. Il pourrait juger que 2 1/2 ans pour 119$ est acceptable. J’ai donc acheté un écran ACER 22″ pour un prix semblable avec une garantie explicite de 3 ans. Si la loi imposait une garantie explicite de 5 ans pour tous ces bidules électroniques mais aussi pour les frigos, les laveuses, les grille-pains, les bouilloires etc…, les fabricants seraient en concurrence non seulement pour le prix d’achat mais aussi pour la durabilité.

La garantie légale repose sur deux règles, que le bien puisse servir à l’usage qui lui est destiné et « qu’il puisse servir à un usage normal pendant une durée raisonnable, eu égard à son prix, aux dispositions du contrat et aux conditions d’utilisation du bien. » Avoir une garantie légale avec une limite de durée de cinq ans servirait mal les objets dont l’usage normal dépasserait cinq ans.

Imposer une garantie… Hum…

Il existe déjà une panoplie de choix de garanties sur le marché. Certains produits sont vendus plus cher mais avec une meilleure garantie et/ou vous pouvez également vous acheter une garantie prolongée. Et bien sûr, il y a la garantie légale au Canada. Que voulez-vous de plus? Que le gouvernemaman restreigne encore plus votre liberté et qu’il vous déresponsabilise et vous maternise encore plus qu’il ne le fait déjà? C’est tout juste s’il ne vient pas descendre votre zipper lorsque vous allez aux toilettes…

Si vous payez un ordi $200.00, ne vous attendez-vous pas à ce qu’il dure 20 ans!!! Vous en avez pour votre argent point!

La « garantie légale » est spécifique au Québec et non pas à l’ensemble du Canada. Le problème est que les entreprises ne la respectent pas. Il faut faire des poursuites judiciaires, ce qui cause des frais, des délais et des tracasseries. Quand mon écran s’est mis à mal fonctionner, il m’aurait fallu des mois (ou des années ! ) pour obliger le fabricant ou le détaillant à faire la réparation ou à me rembourser pour une réparation faite ailleurs. J’ai téléphoné à quelques ateliers qui m’ont dit qu’ils ne réparaient pas les écrans. La conclusion est que la garantie légale du Québec peut être parfois utile mais elle est inopérante en pratique dans la majorité des cas.

Une garantie explicite de 5 ans minimum imposée par l’État responsabiliserait les fabricants. Les actuelles assurances dites garanties optionnelles sont offertes par des entreprises autres que les fabricants. Elles sont chères et ne contribuent aucunement à responsabiliser les fabricants.

Ce billet est de droite qui se fait faussement savant.

Ce sont les producteurs d’ampoules électriques, dès les 1920s, qui ont inventé l’obsolescence programmée. Leurs ampoules, copiées sur celle de son inventeur Edison, duraient trop longtemps. Ils ont ouvert la voie au vol systématique de tous les usagers au profit du profit à court terme. Bref, ils nous ont appauvris.

Nos élus capitalistes sont lâches. Voilà le fait. Ainsi, pour vaincre obsolescence programmées, niée par les ignorants ou les manipulateurs, il faut des normes gouvernementales sévères : garantie obligatoire de 20 ans sur tout objet métallique ou de plastique.
Hors de cette volonté, nous polluons la planète, nous nous appauvrissons et nous laissons l’économie aux mains des paresseux, des incompétents et des cupides à courte vue.

Jacques Légaré, né 1948
Maître en Histoire byzantino-arabe (1975) et Ph.d. en philosophie politique (1993)
Professeur (retraité) d’Histoire, d’Économique et de Philosophie (1974-2006)
Président-fondateur du syndicat des professeurs du CNDF (1981)
Adepte et défenseur des Lumières, féministe, laïciste , fédéraliste et progressiste

d’abord les élus c’est nous qui les élisons alors blâmer les élus mmmmm. Voir les « résultats » des « progressistes » dans les autres pays. Maduro est le dernier exemple.

Ah…les gros méchants capitalistes qui exploitent le pauvre prolétariat laborieux et sans défense… Comme nous serions prospères sous un régime socialo-communiste et centralisateur hein? Tiens…comme à Cuba au temps paradisiaque du Che et de Fidel (dans quelle direction allaient les radeaux déjà?) ou tiens…encore mieux: comme au Venezuela aujourd’hui même.

NON merci! Les leçons que Staline et de Mao et leurs dizaines de millions de morts ont donné au monde entier m’ont suffi à comprendre. Pas vous?

Comme on peut le constater, les apôtres de QS vivent jovialement leur délire et je me demande bien quelle sorte de leçons vous donniez à vos étudiants.

Le capitalisme (à date le meilleur système d’échange dans l’histoire de l’Homme!) dans son essence même tend à récompenser le plus productif et le meilleur fabricant réduisant ainsi d’autant la pollution et le gaspillage. Le reste est une question de choix des consommateurs qui sont parfaitement libres d’encourager un manufacturier plus moins polluant qu’un autre et qui fabrique un produit plus résistant au temps.

TOUT réside dans l’information et non dans la coercition.

@François 1
SVP, évitez-nous vos délires capitalistes, un suffit. Un exemple marquant qui contredit vos allégations : Volkswagen et son « Dieselgate ».

@ Marc Sauvageau:

Parce qu’il n’y a jamais eu de scandales dans les différents régimes socialo-communistes?

Vous perdez votre sens des proportions!

Volkswagen n’ont jamais emprisonné d’opposants ou n’en ont jamais transféré dans des camps de rééducation en Sibérie et ils n’ont jamais exécuté d’adversaires politiques, EUX!!! Surtout pas par dizaines de millions.

De plus, le seul fait que le « Dieselgate » ait été découvert et dénoncé avec les punitions qui y ont été associées (Milliards de $!!!) prouve hors de tout doute le bon fonctionnement du capitalisme.

Staline, Fidel et Mao ont-ils été punis???

Messieurs, Il n’y a pas que la gauche communiste qui existe.

Ne caricaturisez pas la pensée des autres en débattant.

Il n’est pas question de gauche ou de droite et le monde n’est pas seulement noir et blanc. Ni la gauche ni la droite représente un modèle parfait de société et l’homme reste l’homme, un animal qui souvent ne pense qu’à s’enrichir et dont le dieu le plus puissant s’appelle le pouvoir. Les élus n’échappent pas à la tendance et les états sont souvent à la solde des riches et puissants et l’obsolescence fait le bonheur de ces gens… alors ne demandez pas à l’état dans sa forme actuelle de limiter la cupidité des riches et puissants!

La dérive capitaliste est un fait: on vise uniquement l’enrichissement des actionnaires et on se fout des impacts sur les populations et tant que ça n’explose pas on tire sur l’élastique. La dérive socialiste n’est pas mieux: on cherche tellement le pouvoir que souvent ça devient une dictature à la Staline et la caste des amis du pouvoir rafle tout et le peuple lui continue à s’appauvrir. Rares sont les états capitalistes ou socialistes qui servent bien leurs populations. L’humanité doit trouver une autre voie… si elle en a le temps avant la grande et dernière extinction. Entretemps, j’aimerais bien que mon ordinateur dure plus longtemps…

J’ai hérité de mon père cette pratique consistant à faire durer les appareils électriques le plus longtemps possible et cela est pour moi économique.Lorsqu’il s’agit d’appareils électroniques ou d’appareils dont les contrôles sont électroniques,la situation se complique car je n’ai aucun moyen de remonter à la source du problème.Par exemple j’ai acheté chez Bureau en Gros en 2009 une déchiqueteuse dont les commandes sont électroniques;bien que l’appareil soit à première vue de conception robuste,je n’ai jamais réussi à le réparer j’ai dû en acheter un autre dont les commandes sont mécaniques me voyant dans l’obligation de mettre au rebut le précédente en 2011. Pourtant je sais bien qu’une déchiqueteuse est un appareil indispensable lorsqu’ il s’agit de détruire les papiers contenant des données confidentielles à l’heure où l’industrie de la fraude connaît du succès.Cela,les fabricants l’ont très bien compris! J’ai d’autres appareils acquis il y a vingt ans et plus et qui fonctionnent très bien même si la technologie n’est pas dernier cri.

J’avais un téléviseur garantie 1 an et qui est tombé en panne 3 mois après l’expiration de la garantie. Je l’ai apporté à un atelier d’électronique et j’ai payé 60$ pour une évaluation du coût de réparation pour finalement me faire dire que ça me coûterais plus cher de le faire réparer que d’en acheter un neuf. Poubelle donc! Le gouvernement du Canada doit passer une loi pour forcer des garanties de 5 ans sur ces appareils.

Je voydrsis moi aussi qu’il en soit ainsi. Mais je pense à ma fille. Lave vaisselle Bosch 1ère qualité. Bris majeur après 8 ans. Pas reparable.

J’aime bien la comparaison avec ce qui a été fait dans le domaine de l’énergie. C’est une bonne piste!

Apple déclare ses ordinateurs « vintage » au bout de 5 ans. Ce qui fait que mon iMac datant de 2009 est déjà déclassé, le fabriquant ne faisant plus de pièces de remplacement. C’est la carte graphique de mon ordinateur qui a sauté. Donc irremplaçable avec un produit d’origine… Oh! oui, on peut en acheter une sur Amazon pour la magnifique somme de 500$, sauf que ce produit n’a aucune garantie et coute trois fois le prix que ça vaut: la rareté en fait monter le prix. Que faire alors: risquer de jeter 500$ à l’eau ou acheter un iMac neuf?

Le (relativement) faible prix des appareils et le coût (relativement) élevé des réparations – lorsque l’on trouve un réparateur!- rend difficile de suivre la voie souhaitable menant vers le prolongement de la vie des objets.
Le mécanisme de mon store horizontal a brisé et une partie du boîtier en plastique a cassé. Il s’agirait de remplacer le haut du store contenant le mécanisme, mais « cela ne se fait pas, Madame »! Ainsi, les lames du store, qui sont en parfait état, se retrouveront dans les rebuts!

C’est tout à fait antinomique de la part de Valérie Borde de détacher la cause et la conséquence dans cet article qui se veut une ode au développement durable.
L’obsolescence programmée est le fondement multidimensionnel de la surconsommation et elle emprunte tant les chemins bien documentés, quoi qu’en dise l’auteure, des pannes irréparables programmées que celui des manipulations publicitaires qui démodent le neuf à la vitesse infernale des chaînes de production.
On peut certes éduquer à la simplicité volontaire, mais cela n’est nullement incompatible avec la production de biens durables : les deux voies sont complémentaires et la première s’adresse aux consommateurs rendus compulsifs et la seconde aux producteurs boulimiques.
Jacques Légaré a raison de s’interroger sur l’éclairage imprégné à ce billet biaisé.

Beaucoup des appareils qu’on achète sont fabriqués en Chine, ou dans d’autres pays où la main-d’œuvre ne coûte pas cher. Ces appareils, s’ils étaient fabriqués ici au Canada, coûteraient beaucoup plus cher. Par contre, devant un coût de remplacement élevé, il pourrait être plus économique de les réparer.

Un autre problème provient du fait que notre économie fonctionne sur l’achat de biens et de services. Si les biens sont plus durables, il faudra compenser par autre chose, soit acheter d’autres biens, soit améliorer les services. C’est bien beau de parler de simplicité volontaire, mais si tout le monde cesse de consommer on entrera en récession, avec tous les problèmes que cela pose. Nous sommes donc dans un cercle vicieux.

Je considère encore que la meilleure façon de diminuer l’accumulation de déchets est de contrôler l’expansion de l’homme sur la planète. Un contrôle des naissances s’avère de plus en plus nécessaire. Mais c’est encore une utopie… L’augmentation de la consommation dans des pays comme l’Inde et la Chine causera des problèmes majeurs très bientôt. Les océans se remplissent déjà de plastiques que les habitants de ces pays rejettent allègrement partout. Et, en plus, nous leur envoyons nos produits pour la récupération, ce qui augmente en bout de ligne leur quantité de déchets, puisqu’une bonne partie n’est pas récupérable.

Tout ce dont on n’a pas besoin coûte trop cher.
Travailler à faire en sorte que tout ce qui entre dans un produit puisse, dans la mesure du possible, être récupérable.

@ Marc Sauvageau:

Oh…silly me, j’allais oublier Chavez et son héritage pitoyable et funeste.

Z’avez lu ça?:

http://lactualite.com/monde/2017/07/20/des-colis-pour-le-venezuela/

Difficile de faire mieux comme hymne au capitalisme moderne non?

On trouve facilement des exemples de régimes funestes à gauche et à droite. Dans ce dernier cas, qu’on se souvienne des dictatures de Pinochet au Chili et des généraux en Argentine… Où il y a l’homme, il y a de l’hommerie…

@François 1
Évidemment, quand on confond le capitalisme à un système d’échange, on ne s’étonne pas que vous mêliez ce qui se rapporte aux organisations démocratiques et système économique, comme si le capitalisme symbolisait la liberté et le socialisme l’abîme. Les exemples ne manquent pas (on en mentionne quelques-uns ici) pour affirmer que les pays socialistes ou communistes n’ont pas le monopole de la violence envers leurs sujets.

Vous insistez à mentionner Cuba et son régime, pourtant vous oubliez constamment son « paradis terrestre » qu’est Guantanamo.

Le « Dieselgate » a été découvert par accident par des universitaires d’une ONG et n’a rien à voir avec le capitalisme, des universitaires chinois auraient pu faire la même découverte.

@ Pierre:

Il y a confusion ici. Pinochet et les généraux en Argentine étaient de gauche!

Leur modus operadi avait bien plus en commun avec Staline, Mao. Fidel et autres despotes communistes (centralisation des pouvoirs, imposition de la pensée unique, exercice du pouvoir à l’aide de l’armée, terrorisme de la population, emprisonnement et « disparition » des opposants, etc…) qu’avec n’importe quel autre genre de chef d’État respectueux des libertés individuelles (droite).

Messieurs, il n’y a pas que la gauche communiste.

Ne caricaturisez-pas la pensée des autres en débattant.

Moi je crois que les entreprises qui feront la conception de produits durables pourront faire la démonstration de la courte vie de produits équivalents. En plus, je crois que les gens sont prêts à payer un peu plus cher pour des produits de bonne qualité, qui ont une longue durée de vie et un plus faible impact environnementale. La question qui me reste: serait-il viable pour une entreprise de vendre des produits durables (qui brise le moins possible, qui utilisent des matériaux recyclés, qui sont facilement réparable…) dans le système actuel où le profit provient de la vente du dit produit…?! On dirait que les 2 sont incompatibles…

Les 2 ne sont pas incompatibles. Maytag a bâti sa réputation sur ce principe de durabilité.

Ouin, comme souvent dans ses écrits madame Borde nous dérive vers une pensée juste et à propos mais en partant de postulats maintes fois abordés et décriés, bien réels, dont elle remet en question la validité, au minimum en y semant le doute, comme si, très souvent, comme dans ce billet, l’un et l’autre de pouvait pas s’appuyer voir se compléter. Elle nous offre ici un espèce de choix, entre l’un et l’autre, le premier étant à toute fin pratique erroné parce que n’ayant pas été prouvé hors de tout doute, comme si on était devant la justice. S’il n’y avait de vrai que ce qui a été démontré et jugé comme tel devant une cour de justice, aussi bien dire tout de suite qu’il ne reste de véritable que le nez que nous avons tous, ou presque, mais que personnellement nous ne pourrions constater si on avait interdit les miroirs !
D’autant plus qu’une vie pour faire la preuve d’un fait n’est pas toujours suffisante pour qu’il en reste ainsi, pouvant être trimbalé d’une instance à l’autre avant d’être finalement avéré ou non, sans compter les coûts qui peuvent influencer définitivement sur cette véracité. Heureusement que notre corps n’attend pas sur la justice qui est trop souvent à cause de ce que j’en pense et de ce qu’en j’en dis: l’injustice, n’attend pas sur une de ses décisions pour forcer vers la sortie naturelle et écologique (quoi que…pas toujours) ce qui est entrée (pas toujours aussi sain que promis) au préalable par la bouche et qu’il a transformé.

Jacques Légaré et Patrick Daganaud m’ont épargné par leurs écrits sans aucun doute un peu d’usure à mes empreintes digitales.
J’aime quand même à ajouter au propos de Jacques, que non seulement l’obsolescence programmée remonte à aussi loin qu’aux débuts de l’ampoule électrique, mais que la collusion déjà en même temps a commencé à y prendre de l’expérience, puisque certains plus que d’autres des manufacturiers d’ampoules se réunissant sous l’ombre d’une association, leurs ingénieurs d’abord plus que les autres, constatant devoir perdre leur emploi à cause de l’efficacité et la longévité de leurs produits ont adoptés ensemble des mesures pour les réduire graduellement et considérablement.
On sait presque tous ce que ça donne dans un produit ou dans un autre, incluant les produits de haute gamme comme ceux d’APPLE, payés très cher, qui peut-être durent plus longtemps que ceux de bas de gamme, mais encore cela reste à prouver, mais qui ont tout de même compte tenu de leur prix, une vie effective raccourcie à cause de l’arrêt des mises-à-niveau des systèmes d’exploitation et en conséquence aussi très souvent des mises-à-jour logiciels qui pour certains cessent même de fonctionner sans la dernière mise-à-niveau…
Je pourrais comme plusieurs autres d’ailleurs écrire sur cette lancée, que d’expériences vécues jusqu’à la fin de cette journée et plus.
Pour terminer, petite anecdote…sur les ampoules… Lorsque j’ai commencé à travailler pour une grosse compagnie vers 1980, qui possédait des édifices datant d’aussi loin que dans les années +- 1850 ou même avant peut-être, plusieurs étages de celles-ci étaient éclairés par des des centaines de très grosses ampoules qui étaient là depuis leur installation (et leur création). Au besoin elles étaient remplacées par d’autres ayant une durée garantie de 10 ans…dont plusieurs n’en durait pas la moitié. Et aujourd’hui ?
Pour l’environnement, tout compté, pour la fabrication, le transport de la Chine à la place du Québec, jusqu’au recyclage véritable lorsque c’est possible et si ce l’est, ici ou de retour en Chine ou en Inde, au final, qu’en est-il ?
Juste pour ses ampoules et leurs remplaçantes ?
p.s.: Mes salutation à François 1. Rien d’autres, aujourd’hui et à venir ! Ce serait que pure perte de temps ! Et ça reste polie ! Ah, ce que la volonté peut imposer même si le coeur n’y est pas !

« Peu importe au final que l’on croie ou non à l’obsolescence programmée. C’est le résultat qui compte. »
N’importe quoi ! Pour ne souligner que cette phrase…
On émet souvent ce genre « d’encouragement » dans toutes sortes de circonstances tout comme lors de quiz télé ou de concours en remettant des prix de « consolation » qui ne console pas du tout. L’important c’est de participer, phrase creuse par excellence qui n’a n’égale que: « l’important c’est de s’amuser »!
Et à l’accidenté ou à une victime de violence et qui vient de perdre ses deux bras: au final, au moins vous êtes encore en vie !!!??? Et si, elle aurait préféré mourir et qu’elle préfèrerait mourir à la place de vivre comme cela pour le reste de ses jours…même si on lui promettra deux beaux bras supers bioniques à la fine pointe des nouvelles technologies…jusqu’à la prochaine mise-à-niveau ?

Je possède trois numériseurs, tous en état de marche, mais les deux premiers ont « perdu » des fonctionnalités ou sont inutilisables pour les raisons que je les ai achetés, parce que HP a cessé de les supporter vers les systèmes d’exploitation suivants dont l’un quelques mois après son achat. Et pourtant, sur le marché, les mêmes appareils en tout point, même la boîte était identique, eux étaient vendus avec les correctifs nécessaires pour être « compatibles » avec les mêmes nouveaux systèmes d’exploitation. Certains modèles, aussi de d’autres compagnies n’ont pas changés depuis plus de 10 ans. Pourquoi alors si c’est le même modèle et qu’il fonctionne encore, le mien n’est plus supporté ? Ce n’est pas de l’obsolescence programmée ça ?
« Compatible », ah oui, pas toujours immédiatement! D’autant plus que « compatible » ne veut pas dire que tout ce qui est promis fonctionnera…avec ce qui est dit « compatible » !!!???
Un disque dur de la compagnie WD récemment (à l’époque) mis sur le marché (il y a +- 7 ans) « compatible » avec le plus récent système d’exploitation (de l’époque) comme indiqué sur la boîte, ne l’était pas avec le nouveau portable que je venais d’acheté.
Après de nombreux essaies, plusieurs communications avec WD et le téléchargement des correctifs recommandés, j’ai lu sur des sites autres que celui de WD, que les correctifs étaient à venir selon des réponses de WD à d’autres acheteurs de ce produit. Je l’ai retourné après plusieurs heures de pure pertes de temps. Le correctif après maintes vérifications est venu que plusieurs mois plus tard…
Et à cause que je n’ai pas les moyens de contribuer au très haut niveau de vie des propriétaires et des actionnaires des compagnies concernées, je ne met plus les systèmes d’exploitation de mes appareils à niveau de peur d’avoir à remplacer d’autres appareils qui fonctionnent très bien et dont j’apprécie l’utilité.

Le grand APPLE, ah bravo le haute gamme MAC à $3200. en 2011 !
Et surtout, n’oubliez pas d’enregistrer votre produit: c’est important…???
En résumé: Je dois échanger le premier que je choisi parce qu’il plante systématiquement après 2-3 minutes de lecture d’une vidéo. Le deuxième, plante aussi mais plus rarement et je passe sur cet inconvénient, me disant que peut-être des mises-à-niveau ou à-jour vont corriger définitivement ce problème. Après tout APPLE ne peut pas nous laisser tomber comme ça ! Quelques mois après la fin de la garantie, l’écran devient totalement lignés de pointillés verticalement. Ça se replace après un redémarrage. Mais ça arrive de plus en plus souvent, rapidement et sans cause précise. Jusqu’au jour ou ce n’est plus acceptable…
Je consulte un technicien…qui, comme par hasard, avait travaillé pour APPLE et a quitté « à cause de sa conscience… » (c’est ma compréhension et interprétation). Il m’explique plusieurs choses que je n’expliquerai pas pour sauver du temps. Frais: $100.00 que pour en fait des conseils, tout de même importants et dont plusieurs me servent encore.
Selon ses conseils je vais vérifier le site français d’APPLE et je consulte les offres de remplacements gratuites de certaines cartes graphiques, remplacement forcé par la loi française des consommateurs. Comme par hasard, la carte équipant mon appareil s’y trouve. Des français, eux, depuis plusieurs mois reçoivent une lettre par courrier (et, ou, par courriel aussi il me semble) pour les avertir de cette situation et de la procédure à suivre. J’imprime les renseignements concernés et je téléphone au magasin de Laval pour un rendez-vous de vérification.
Sur place, j’installe mon MAC de 27 pouces sur une table au milieu du magasin. Un 27 pouces ça se voit de loin ! Après vérification, le MAC démarré sur le disque dur du technicien (il semble que ce soit aussi un truc…???) ne donne pas de problèmes anormaux.
Je parle un peu fort pour que l’on m’entende dans tous le magasin. Des clients s’approchent et s’intéressent à la situation. Je lui raconte alors ce que je sais: que j’ai vu un ancien technicien de leur firme, ce que l’on fait en France, et le reste, les renseignements imprimés et je lui offre s’il veut que je démarre mon MAC sans ses appareils de vérifications connectés d’abord, et je l’engage de gager avec moi la somme qu’il voudra, que si j’ouvre une vidéo ou même sans le faire, qu’en moins de cinq minutes, l’écran va se couvrir de belles lignes pointillés verticales en couleurs… Il me dit que ce ne sera pas nécessaire, qu’il me croit sur parole, qu’il ne pense pas qu’un homme de mon âge (???, âgisme avec ça ??? Des arnaqueurs, ça un âge ? Et pas les vieux ? Ah pardon, les aînés ? Content de l’apprendre ! À bien y penser, au fond c’est positif pour moi…nous…les plus vieux ! C’est vrai qu’APPLE n’est pas né d’hier… Et pourtant. Je blague.) prendrai la peine de venir à Laval avec un 27 pouces pour raconter n’importe quoi. APPLE va prendre à sa charge le changement de ma carte graphique.
Question: Pourquoi APPLE ne m’a pas averti de ces problèmes et du programme offert ? – Avez-vous un compte ? Avez-vous inscrit votre appareil ? Avez-vous changez d’adresse de courriel ? …. -Oui, oui, non… Une chose est certaine vous avez assez de coordonnées pour m’envoyez des mises-à-niveau et des mises-à-jour de logiciels ainsi que beaucoup de publicité et d’offres « spéciales »… et me suivre partout ! Mais il semble que ce ne soit pas suffisant pour m’avertir des programmes de remplacement gratuits s’appliquant à mes appareils ?!
À partir de là…j’ai eu un service « HAUT de gamme » ! Rien à redire. Mais ça m’a tout de même coûté $100.00 pour un appui externe. Et dans les circonstances, c’est … !
Et quelques semaines plus tard j’ai constaté en recherchant dans les programmes de remplacement, sur le site d’APPLE.ca que celui pour la carte concernée était offert. Mais il fallait faire la « bonne recherche » car je n’ai pas trouvé qu’ APPLE avertissait les clients pouvant être concernés.
J’ai aussi trouvé que depuis les débuts de cette compagnie de produits de très haut de gamme et très dispendieux, dont la fois qui me concerne, APPLE, a mis sur le marché divers produits dont il savait que des composantes, même importantes et coûteuses à remplacer étaient susceptibles de causer des problèmes…et ce avant de les mettre en marché. APPLE fait le pari que seulement un faible pourcentage de ses problèmes se manifesteront et que dans la majorité des cas, comme ici au Québec et au Canada, il ne sera pas automatiquement forcé d’en avertir les clients, si non il fera le remplacement sans frais pour certains clients plus insistants.
Des compagnies qui font ce genre de … sont tant qu’à moi très nombreuses. On l’a vu avec divers problèmes dans l’automobile et encore en ce moment et dans d’autres secteurs aussi. Pour ma part, je pourrais raconter une histoire avec une télé au plasma de Toshiba (d’avant que Toshiba ne soit acheté), un réfrigérateur LG, tout les deux en panne après quelques mois de la fin de la garantie. Et en ce moment une laveuse Samsung qui peut s’ouvrir en marche et même prendre en feu (par contre Samsung a communiqué avec moi…et déjà à comparer avec APPLE c’est presque du haut de gamme !) et d’autres aussi. Et ça c’est ce que pour ce qui est connu. Mais de la part d’un marchand comme APPLE, c’est … assez bas de gamme !

« Peu importe au final que l’on croie ou non à l’obsolescence programmée. C’est le résultat qui compte. »
Vous trouvez ? Pas moi !
En ce qui me concerne, peu importe au final, que l’on croie ou non à l’obsolescence programmée, démontrée, prouvée ou non, que l’on puisse l’associer ou non à mes expériences décrites ou non, j’appelle cela: du vol !

En voulez-vous d’autres ?
J’en aurais long à dire sur les livres numériques…je me contenterai de peu…
Un livre imprimé c’est bon aussi longtemps que quelqu’un voudra le conserver et peut facilement trouver de nombreux lecteurs et de nombreux propriétaires.
Pouvant-nous en dire autant du livre numérique ? Et ce, c’est sans compter, qu’en supposant qu’on pourra toujours le transférer d’un appareil à l’autre (il y a déjà une limite d’appareil), il faudra toujours payer pour l’achat d’un appareil pour pouvoir le lire …. Jusqu’à ce qu’on décide pour nous que les nouveaux appareils n’auront plus de programmes supportant les anciens fichiers… les limitations existent déjà d’ailleurs. Lorsque j’ai réalisé cela, j’ai cessé l’achat de livres numériques.

Bonjour Francois,
Une garantie totale de 5 ans gratuite existe en France Sur tous les produits électroménager. Le site http://www.magarantie5ans.fr s’est lancé en partant du constat que l’obsolescence programmé n’était pas une fatalité en proposant une sélection de produits durables et une garantie 5 ans systématique et GRATUITE ! Les initiatives positives existent pour réduire notre impact sur la planète !

@ Benoit:

Content de savoir que ce genre de garantie existe MAIS de là à affirmer qu’elle est « gratuite »… Faut quand même pas être ingénu à ce point.

Le coût de cette garantie spéciale est très certainement inclus quelque part dans dans le prix du produit.

Merci Benoit,
Ce serait bien qu’une telle entreprise de distribution s’installe au Canada. Afin d’honorer sa garantie, cette compagnie sélectionne probablement des machines mieux construites et plus fiables de façon à minimiser ses coûts de réparations sous garantie. Pour avoir un impact général sur la qualité et la durabilité des appareils, il faudrait que ce type de garantie soit imposé à tous les fabricants par une loi.

@ François Beaulé:

Je vais vous confier un petit secret: je me suis pointé dans un magasin spécialisé pour faire l’achat d’un produit dont je tairai le nom et j’ai remarqué qu’il y avait 2 produits sur les tablettes qui me semblaient identiques (même marque, même couleur, même format, etc…) mais avec 2 prix différents. J’ai alors demandé au vendeur ce qui les rendaient différents imaginant qu’il me répondrait « la qualité des composants », etc…, mais il m’a confié que la seule chose qui faisait en sorte que les prix étaient différents était la garantie. L’un avait un an et l’autre cinq ans.

La garantie supplémentaire se paie et se paie même très cher me dit-il…mais au moins, j’avais la LIBERTÉ de CHOIX, chose que vous m’enlèverez complètement si votre proposition de forcer les fabricants à fournir une garantie de cinq ans est adoptée.

Bonjour, j’ai acheté une tablette Samsung Tab 3.8 en novembre 2014. Je la traîne partout avec moi et je l’utilise pour plein d’affaires. Pourrais plus m’en passer. Après 3 ans, la mémoire était pleine et la pile prenait un temps fou à recharger, genre une nuit ! J’ai fait le tour des magasins pour voir mes choix. Même mémoire, même capacité mais flambant neuve : au moins 2 ou 3 fois le prix payé en 2014, sans compter le trouble de transférer toutes les données et les programmes. J’ai trouvé un petit réparateur qui m’a vendu une pile neuve installée et une carte MicroSD de 32 go. Le bonheur et je garde ma tablette !

Ma laveuse LG achetée usagée en 2010 (elle date de 2007) a brisé. Autodiagnostic : roulements morts et absorbeurs de choc aussi.
Prix à l’achat de la machine neuve : environ 1000$
Prix d’achat usagé : 450$

LG ne vend plus les pièces au canada : gros problème.

J’ai réussi à faire venir les pièces depuis l’étranger (ne me demandez pas comment) pour 200$.
Une video sur Youtube pour le remplacement des pièces brisées, un peu de travail manuel et je me retrouve avec une laveuse fonctionnelle comme à ses débuts.

Ai je fait une bonne affaire de dépenser 200$ pour une machine qui m’a couté 450$ ? Aucune idée. Mais j’estime que mon action m’a permis d’économiser le prix d’une neuve et que j’ai aidé la planète à ne mettant pas une machine à la poubelle, l’empreinte carbone d’une machine neuve doit être bien supérieure à celle de la fabrication des pièces de rechange et au transport des dites pièces.