OMS et big pharma : des apparences de conspiration

L’Organisation mondiale de la santé était-elle sous l’influence des compagnies pharmaceutiques lorsqu’elle a géré la pandémie de grippe ?

On peut être tenté de l’affirmer à la lecture de deux documents en apparence fort compromettants parus vendredi.

D’une part, le rapport du député européen britannique Paul Flynn à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe dénonce le manque de transparence dont a fait preuve l’OMS dans la gestion de la crise.

D’autre part, un article produit par des journalistes du British Medical Journal montre que des spécialistes consultés par l’OMS à propos de la pandémie avaient été associés de diverses manière par le passé aux compagnies Roche et GSK.

L’OMS a certainement bien des leçons à tirer de cette crise. Il va falloir notamment qu’elle justifie mieux pourquoi elle refuse de publier les noms et les déclarations d’intérêts des membres de son Comité d’urgence et des organes consultatifs européens directement responsables des recommandations relatives à la pandémie.

Malgré tout, cela ne suffit pas encore à me convaincre qu’il y a vraiment eu conspiration, pour plusieurs raisons.

D’abord, il faut savoir qu’il y a somme toute assez peu d’experts de la grippe dans le monde. Que l’OMS comme les compagnies recourent à leurs services me semble inévitable. Sont-ils pour autant des gens véreux et vendus à l’industrie ? Est-ce qu’un scientifique qui fait une présentation dans un congrès commandité par une compagnie est vraiment gravement influencé par celle-ci ? Si oui, il va falloir revoir complètement le mode de financement des évènements scientifiques !

Sachant cela, les « révélations » du British Medical Journal ne sont guère scandaleuses. Que les journalistes d’enquête n’aient rien trouvé de plus à reprocher à l’OMS me semble plutôt bon signe.

Ensuite, parce que l’OMS, les experts indépendants et ceux des compagnies sont bien forcés de travailler ensemble : on a absolument besoin des compagnies pour fabriquer les vaccins. Même les opposants les plus farouches à l’industrie sont pour le principe de la vaccination.

Si on ne veut plus que la vaccination repose entre les mains de compagnies qui ont avant tout pour vocation de dégager des profits, mettons fin à ce PPP en nationalisant l’industrie ! Mais ne tenons pas l’OMS ni les experts responsables de cette situation qui leur complique sérieusement la vie.

Finalement, parce que je me méfie toujours des conclusions qui font bien paraître ceux qui les apportent. Le PPP entre le British Medical Journal et l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pour la sortie publique conjointe de leurs documents respectifs me chagrine un peu.

Mais surtout, sans vouloir préjuger de l’intégrité du député travailliste Paul Flynn, il est clair qu’on ne peut pas vraiment espérer une enquête totalement impartiale d’un homme politique en exercice, qui doit convaincre régulièrement des électeurs de voter pour lui. C’est pour cette raison qu’on ne confie pas des commissions d’enquête à  des politiciens.

Le rapport de Paul Flynn sera examiné par les parlementaires des 47 pays du Conseil de l’Europe le 24 juin.  La réaction du Conseil sera intéressante à analyser. D’ici là, prudence…

Laisser un commentaire

Il n’est pas contestable que les experts aient des liens avec l’industrie, ce qui l’est , c’est qu’ils ne l’aient pas mentionné haut et fort. Parce que madame Borde, je vous le demande un peu, si ils n’ont rien à se reprocher, pourquoi ne font ils pas mention clairement et à priori de leurs liens d’intérêts ?

Si cela ne vous pose aucun problème que certains soient juges et parties, c’est que vous ne savez pas ce qu’est l’impartialité.

En terme de santé publique, cela a coûté par exemple plusieurs milliers de vies avec le Vioxx notamment….

Je ne vois pas pourquoi les gens sont si persuadés qu’en terme de construction, il puisse y avoir de la corruption organisée, mais qu’en terme de santé, vu les montants financiers en jeu, la majorité continue de croire aveuglément que nos responsables de santé soient purs, blancs neige et d’une intégrité sans tâche.

Votre texte en dévoile beaucoup sur votre personnalité Madame Borde. J’avais déjà une idée à propos de vos intentions, de votre mauvaise foi,mais là vous venez vraiment de me confirmer encore plus.
Et je vois que vous êtes tout sauf une scientifique. Un vrai scientifique cherche la vérité, peu importe quelle est la vérité. Un vrai scientifique ne cherche pas toujours à confirmer ses croyances pour éviter de se remettre en question ou pour éviter de perdre de l’argent.

http://www.dailymotion.com/video/xdl04j_la-grippe-les-medecins-generalistes_news

Madame Borde,

Je vous recommande très fortement de visionner cette vidéo, qui est l’audition d’un médecin généraliste par une commission du Sénat français, commission qui est supposée rédiger un rapport pour estimer comment s’est déroulée la campagne de vaccination contre le virus AH1N1 en france .

Ce que dit ce médecin ( qui n’est à priori pas du tout quelqu’un opposé par principe aux vaccins ) laisse songeur.

Il dit qu’il ne sait plus si la vaccination contre la grippe saisonnière des personnes âgées a réellement une incidence pour l’amélioration de leur santé. Il dit qu’il ne croit plus les statistiques que nos autorités sanitaires publient et qu’il ne leur fait plus du tout confiance, vu leur comportement dans cette campagne. Il dit qu’il trouve ça proprement scandaleux que parmi les 50 experts que Madame Bachelot a consulté pour savoir quoi faire, pratiquement AUCUN était délié de tout intérêt financier avec l’industrie pharmaceutique et que, dans de telles conditions, il ne voit pas bien comment on peut parler d' »expertise » digne de ce nom, capable de prendre une bonne décision en terme de santé publique. Cela sous entend que les disfonctionnements qui ont été criants lors de cette campagne, ne sont que le reflet de ce qu’il se passe continuellement pour tous les sujets de santé publique… par exemple, qui décide de donner les autorisations de mise sur le marché, comment ces personnes prennent leur décision , qui sont ces personnes, qui décide que l’on rembourse tel ou tel nouveau médicament, et ainsi de suite.

Comme le dit ce médecin, il est tout de même inconcevable que, dans le procès contre la catastrophe de l’Erika, les seuls experts appelés à la barre soient tous employés par l’industrie pétrolière. Mais pourtant c’est strictement ce que nous faisons ( et pas qu’en France, sur le plan international ) en matière de santé. Il est admis, contre toute logique, que, plus un expert en santé aura de liens avec l’industrie pharmaceutique, plus il sera crédible. ON MARCHE SUR LA TETE et à l’OMS aussi, ou devrais je dire, à l’OMS EN PREMIER.

Madame Borde exprime une opinion bien basse de l’impartialité des politiciens et de leur point de vue scientifique. Contrairement à ce qu’elle suggère dans son article, j’ai dans le cadre du rapport du Conseil de l’Europe sur la grippe A(H1N1) mené mon enquête de façon indépendante et sur la base de preuves scientifiques. La force de ces preuves démontre que des sommes d’argent considérables ont été gaspillées, qu’une alarme publique inutile a été lancée, et que les priorités des services de santé à travers le monde ont été déformées. A aucun moment de ma carrière mon jugement n’a été influencé par une quelconque volonté de gagner des voies au sein de ma circonscription ou n’ais-je voté pour moi au cours des vingt dernières années.

Les plus populaires