Petit Q.I., petite santé

Un faible quotient intellectuel (Q.I.) augmenterait les risques de souffrir de maladies cardiovasculaires.

Petit Q.I., petite santé
Photo : iStockphoto

L’équipe du Dr David Batty, de l’Université de Glasgow (Écosse), a recruté 1 145 femmes et hommes âgés de 55 ans, qu’elle a soumis à un test de Q.I. Elle a ensuite suivi leur état de santé pendant 20 ans. À la lumière d’analyses statistiques, la faiblesse du Q.I. s’est classée deuxième parmi les facteurs prédictifs des maladies cardiovasculaires, après le tabagisme. Au troisième rang arrivait le niveau de revenu, suivi par l’hypertension et le manque d’activité physique.

Les personnes qui ont un Q.I. bas auraient peut-être plus de mal à décoder les liens entre leurs habitudes de vie et les risques pour leur santé. Autre hypothèse : la mauvaise alimentation et le manque d’exercice durant l’enfance, qui nuisent au développement des fonctions cognitives et donc au Q.I., auraient des effets à long terme sur la santé du cœur.

 

Laisser un commentaire