Pharmacie verte

L’herboriste québécoise Caroline Gagnon, cofondatrice de l’école Flora Medicina, se lance dans la formation en ligne. Son site Internet offre maintenant des capsules vidéo où l’on apprend à reconnaître les plantes médicinales et à les transformer pour aider à soigner un rhume, une brûlure ou de l’insomnie.

Pharmacie verte
Photo : iStockphoto

« Notre enseignement s’appuie sur des données publiées dans la littérature scientifique », assure Anne Vastel, directrice pédagogique de l’école.

Pierre Haddad, professeur au Département de pharmacologie de l’Université de Montréal, soutient cette démarche. « Il y a de plus en plus d’études cliniques qui évaluent les effets des différentes plantes, dit-il. Évidemment, l’herboristerie ne remplace pas la pharmacopée moderne, mais elle peut la compléter. »

Y a-t-il des dangers à transformer sa cuisine en laboratoire et à s’autoprescrire des plantes médicinales ? « Les plantes utilisées pour traiter des affections mineures ne présentent pas de danger, mais il faut respecter la posologie proposée dans le cours », dit le professeur.

Laisser un commentaire