Place au bois… certifié!

Ce matin-là, sur le chantier, les ouvriers s’affairent à poser les poutrelles de bois qui serviront de structure pour le plancher du rez-de-chaussée. Du bois certifié FSC, bien entendu.

Théoriquement, tout le bois utilisé dans la construction du triplex Le Soleil sera certifié par le Forest Stewardship Council (FSC), une ONG internationale créée au Canada en 1993. Pourquoi théoriquement? Parce que ce bois n’est pas toujours facile à dénicher.

Le FSC est un chien de garde aux crocs acérés. Il veille à ce que l’industrie forestière gère la forêt de manière à la conserver. Selon Fabrice Lantheaume, certificateur forestier, la norme FSC est très stricte et pas facile à obtenir.

Pour que le bois récolté dans une forêt porte ce sceau écolo, il faut que l’entreprise forestière satisfasse à une cinquantaine de critères bien définis. Entre autres: respect des droits des peuples autochtones d’utiliser la forêt, maintien de la biodiversité, protection des espèces rares, respect (ou dépassement) des lois et règlements sur la santé et sécurité au travail des travailleurs forestiers, plan d’aménagement visant à réhabiliter la forêt naturelle, parfois même telle qu’elle était avant toute forme d’exploitation industrielle. Un beau défi!

Autant se familiariser avec le bois FSC: la tendance à construire avec du bois écolo est là pour rester. C’est du moins l’avis de Jean-Charles Doucet, copropriétaire et directeur des ventes chez Matériaux Coupal, fournisseur de matériaux de construction de la région de Montréal.

Bon d’accord, le bois FSC coûte plus cher… Environ 13 dollars de plus pour un panneau de contreplaqué standard et 10 cents de plus pour une planche de 2X4X8. C’est peu, mais pour certains, c’est encore trop. «La majorité des entrepreneurs préfèrent toujours travailler avec du bois non certifié pour diminuer les coûts de construction», dit Jean-Charles Doucet.

On l’aura compris: il y a un important travail de marketing à faire pour mousser l’usage du bois certifié. «C’est un geste socialement responsable, au même titre que rouler dans une voiture hybride», ajoute l’homme d’affaires.

La totalité du bois qui entre dans la construction du triplex Le Soleil, à Verdun, est certifié FSC. Et provient de chez Matériaux Coupal. L’entreprise a décidé d’offrir ce bois il y a deux ans. «Une façon de se mettre à l’avant-scène», précise Jean-Charles Doucet. Cette certification garantit que le bois est récolté en respect avec l’environnement et les populations locales (voir carnet du 14 novembre).

En ce moment, 5% du bois vendu par Coupal est certifié FSC. «On a toujours du 2X4 et du 2X6 en stock», dit l’homme d’affaires. Par contre, le 2X3 FSC (moins courant) et le contreplaqué FSC (importé des États-Unis) doivent être commandés plus longtemps d’avance. «Il faut mieux prévoir ses besoins».

Matériaux Coupal – propriété de Rona à 51% – aura vendu en 2008 l’équivalent de 20 à 25 camions de bois FSC, soit un peu plus de 1,1 million de pieds planche (c’est ainsi qu’on le mesure). Pas mal pour une entreprise qui n’en vendait pas le moindre «pouce planche» il y a deux ans à peine…

Laisser un commentaire