Plastique suspect

Des chercheurs ont découvert qu’un produit chimique utilisé dans la fabrication des bouteilles en plastique, le bisphénol S, pourrait nuire à la santé.

(Photo: iStockphoto)
(Photo: iStockphoto)

Bien des fabricants de bouteilles de plastique ont cessé d’utiliser du bisphénol A (BPA) après que des études, menées sur des animaux, ont laissé entendre que ce produit chimique pouvait avoir des effets néfastes sur la santé. Or, selon de nouvelles données publiées dans la revue scientifique Endocrinology, les produits de remplacement ne sont pas au-dessus de tout soupçon. Des chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont découvert que le bisphénol S (BPS) pourrait perturber le développement des embryons et le système reproducteur. L’équipe a obtenu ces résultats en étudiant des poissons-zèbres. Leurs embryons sont transparents, ce qui permet de suivre plus facilement le développement des organes.


À lire aussi:

Faut-il avoir peur de son équipement de plein air?


Rappelons que, selon le ministère de la Santé du Canada, les niveaux d’exposition de la population aux BPA sont inférieurs à ceux qui pourraient entraîner des effets sur la santé. Les autorités ont tout de même interdit la vente de biberons contenant ce produit chimique, par mesure de précaution.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Moi ce qui me fascine le plus c’est que des consommateurs du Québec, qui se disent préoccupés par l’environnement et qui militent contre Énergie-Est, achètent encore de l’eau en bouteille alors qu’ils ont à portée de main une eau parfaitement potable et ce, gratuitement…

Je sais que quelquefois, il y a des avertissements de faire bouillir l’eau mais c’est rare et de là à acheter des caisses et des caisses d’eau embouteillée à chaque semaine…

D’autre part, je me souviens très bien d’un test à l’aveugle qui a été fait il y a quelques années (je crois que c’était à une émission de Rad.-Can.) et où l’eau de Montréal s’en était très bien sortie (première ou deuxième meilleure) et que ça avait surpris bien des gens.