Plus de gaz de schiste, moins d’énergies renouvelables

Le boum du gaz de schiste aurait fait diminuer de moitié les investissements dans les énergies renouvelables aux États-Unis, selon Fatih Birol, chef économiste de l’Agence internationale de l’énergie et responsable du World Energy Outlook, cité par la BBC.

L’effet s’en fait ressentir partout dans le monde, cette soudaine abondance de gaz poussant de nombreux pays à moins se préoccuper de trouver des énergies alternatives, affirme le spécialiste.

Pendant ce temps, la ministre des ressources naturelles Nathalie Normandeau qui doit commencer à être passablement exaspérée par ce dossier a perdu les pédales la semaine dernière en comparant les émissions d’un puits de gaz à celles d’une vache.

«Une vache émet plus de CO2 dans l’atmosphère qu’un puits. C’est factuellement prouvé», a-t-elle déclaré. 

(elle a dû vouloir parler de méthane plutôt que de CO2, puisque ce sont les pets des vaches plus que leur respiration qui posent problème, mais on lui pardonnera cette petite imprécision…)

Nature Québec a répliqué en calculant (pdf), à partir des propres chiffres du MRNF, qu’un puits émet plutôt autant de GES que 107 vaches.

Disons que comme «factuellement prouvé», on repassera.

Laisser un commentaire

Bonjour Mme. Borde, merci pour votre blogue très intéressant qui remettent souvent les choses dans leur juste perspective.

Je voudrais vous indiquer une petite erreur dans votre texte. Vous indiquez que :

« Nature Québec a répliqué […], qu’un puits émet plutôt autant de GES que 107 vaches. »

En fait, les émissions indiquées sont pour 3 puits soit une moyenne de 35.67 vaches par puits.

On est gentils nous les Québécois on donne notre ressource pour faire baisser les prix mondiaux.

C’est pas grave on est habitués nous de tout donner et de ne garder presque rien pour nous.

Vous le notez très bien : les États-Unis nagent dans le gaz naturel et, en conséquence, vont réduire leurs investissements dans les sources d’énergie renouvelable. Le secrétariat étatsunien à l’énergie prévoit même que les prix du gaz vnt demeurer tellement bas au cours des 20 à 30 prochaines années, que les centrales thermiques au charbon vont migrer massivement vers le gaz, ce qui permettra à la fois des économies et des réductions des émissions de gaz à effet de serre. Cela signifie aussi que les besoins étatsuniens en importations d’énergie fondent à vue d’œil. Malgré tout, le gouvernement Charest s’entête à lancer des programmes de centrales éoliennes qui vont défigurer le territoire national, entraîner la mort économique des villages et coûter des fortunes en généreuses subventions ainsi qu’en tarifs exorbitants. Il serait grand temps de mettre fin à cette folie éolienne.

Vous le notez très bien : les États-Unis nagent dans le gaz naturel et, en conséquence, vont réduire leurs investissements dans les sources d’énergie renouvelable. Le secrétariat étatsunien à l’énergie prévoit même que les prix du gaz vont demeurer tellement bas au cours des 20 à 30 prochaines années, que les centrales thermiques au charbon vont migrer massivement vers le gaz, ce qui permettra à la fois des économies et des réductions des émissions de gaz à effet de serre. Cela signifie aussi que les besoins étatsuniens en importations d’énergie fondent à vue d’œil. Malgré tout, le gouvernement Charest s’entête à lancer des programmes de centrales éoliennes qui vont défigurer le territoire national, entraîner la mort économique des villages et coûter des fortunes en généreuses subventions ainsi qu’en tarifs exorbitants. Il serait grand temps de mettre fin à cette folie éolienne.

Je ne pense pas que de vider la terre de son pétrole et de son gaz donc de son sang comme les êtres humains font depuis 100 ans soit intelligent .
Et pire le fait d’y laisser des poches vides condamne des régions entières à s’écrouler comme cela se produit dans tous les pays pétrolier causant des centaine de millier de morts en plus de polluer l’eau et l’air .
Et les pets des Yvettes à Charest on y reviendra

On aurais dû don dû nationaliser le vent de la Gaspésie. On a pas besoin de gaz au Québec, à part pour le revendre.
Le risque ne vaut pas la peine. J’ai cherché et je n’ai pas de preuve. Personne ne cherche des preuves car ce n’est pas rentable.
Attendons un peu!

@ tétraèdre
Je ne savais pas que des pays s’effondrait après
l’extraction du pétrole ou du gaz contenu dans
leur sous-sol.Auriez-vous des exemples autres que les mines de charbon pour appuyer vos dires?

Pour éclairer votre lanterne…
Pour comprendre les enjeux du gas de schiste je vous suggère le livre (essai) du scientifique en physique de l’Université de montréal, Normand Mousseau aux Éditions MultiMondes. « La révolution des gaz de schiste ». En faite le schiste serait pour la science le gaz de shale ! La plupart des intervenants n’ont aucune idée de l’enjeux de cette révolution dans le monde de l’énergie et il répète comme le troupeau, beaucoup d’aneries et demi-vérités. Au paradis des blogueurs, la paresse et la juste information sont rarement au rendez-vous!

Ces effondrements se produisent en périphérie dans tous les pays pétrolier du moyen Orient et jamais les médias donnent comme raison ces poches vides mais c’est évident .
Et les morts se comptent par millions en Iran au Pakistan etc….

Les plus populaires