Plus de mégatempêtes au nord?

Les mégatempêtes comme celle qui a déferlé sur la côte est de l’Amérique à la fin octobre risquent de se produire de plus en plus souvent en raison des changements climatiques, estiment de nombreux experts qui ont analysé l’événement.

Photo : Andrew Kelly/Reuters

D’ouragan tropical – typique de cette période de l’année dans les Caraïbes -, Sandy est devenue une tempête extratropicale en remontant vers le nord.

Elle s’est alors conjuguée à une vaste dépression liée à l’oscillation nord-atlantique, un phénomène causé par la différence de pression atmosphérique entre les Açores, au milieu de l’Atlantique Nord, et l’Islande. Cette oscillation détermine l’essentiel des conditions météorologiques dans l’Atlantique Nord à l’automne.

Or, plusieurs modèles atmosphériques prévoient que le réchauffement de l’Arctique et la fonte de la banquise influenceront l’oscillation nord-atlantique en «?poussant?» les zones de basse pression vers le sud à l’automne et en hiver. Cela augmen­tera le risque que les ouragans, en remontant vers le nord, rencontrent une dépression. Et dégénèrent en tempêtes de l’ampleur de Sandy.

Ce risque est d’autant plus grand que les experts s’entendent aussi sur le fait que le réchauffement planétaire fera augmenter l’intensité et la fré­quence des ouragans tropicaux.

***

Sandy a frappé de plein fouet la côte est américaine. Ci-dessous : un parc de taxis, au New Jersey.

(Photo : Charles Sykes/AP/PC)