Plus l’espèce humaine se reproduit, plus elle s’améliore

La prédisposition des humains à plusieurs maladies génétiques diminue progressivement, à mesure que les hommes et les femmes mélangent leurs gènes.

bebe (1)

Plus l’espèce humaine se reproduit, plus elle s’améliore. L’équipe du Dr Philip Awadalla, professeur à l’Université de Montréal et chercheur au CHU Sainte-Justine, a montré que la prédisposition des humains à plusieurs maladies génétiques diminue progressivement, à mesure que les hommes et les femmes mélangent leurs gènes. Le hic ? L’élimination des mutations à l’origine des maladies peut prendre plusieurs centaines de générations.

Les commentaires sont fermés.