Pourquoi faut-il maintenir la distanciation malgré le déconfinement ?

Ce n’est pas parce que le déconfinement est commencé que le virus est moins virulent. La prudence demeure de mise.

Crédit : L'actualité

L’auteure, stagiaire postdoctorale à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, répond chaque semaine à vos questions de santé. Les connaissances scientifiques concernant la COVID-19 évoluant à vitesse grand V, ses propos reflètent sa compréhension (pas parfaite !) des enjeux à une date précise. 

« Alors que le Québec (hors Montréal) sort doucement du confinement, pourquoi ne peut-on pas se réunir, même en petits cercles ? Les enfants ont repris l’école, les parents le travail… Pourquoi alors les partys de déconfinement ne sont-ils pas une bonne idée ? Bref, pourquoi ne faut-il pas baisser la garde face à l’épidémie ?

Excellente question. Pour y répondre, commençons par rappeler que l’objectif principal du confinement en mars 2020 n’était pas d’empêcher les infections à la COVID-19 parmi la population générale, mais bien de les étaler dans le temps afin de ne pas engorger le système de santé, de permettre aux patients de recevoir les soins adéquats, d’identifier rapidement les cas positifs ainsi que leurs contacts et, finalement, d’isoler ces personnes pour qu’elles n’en contaminent pas d’autres. Il faut comprendre qu’au début de l’épidémie de COVID-19 au Québec, notre système de santé n’était pas prêt à faire face à une avalanche de cas. Le confinement initial avait donc pour objectif de préparer le système de santé d’un point de vue logistique, et par conséquent, de sauver le plus de vies possible. 

Le déconfinement, oui. Un retour à la normale, non.  

Hors de la grande région de Montréal, l’épidémie de COVID-19 et la transmission communautaire sont maîtrisées. La grande majorité des régions du Québec comptent en effet moins de 200 cas pour 100 000 habitants, alors que Montréal et Laval dépassent les 900. Le déconfinement progressif en région, pleinement justifié, a donc commencé cette semaine avec l’ouverture de certains commerces, des garderies et des écoles primaires. Il est important toutefois de souligner que la capacité de ces établissements a été considérablement réduite et que les mesures de la santé publique (hygiène respiratoire, lavage des mains, distanciation physique de deux mètres entre les personnes, port du couvre-visage) continuent de s’y appliquer. On peut comprendre dans ces circonstances que la santé publique n’encourage pas les soupers ou les réunions de famille ou entre amis, sachant qu’il serait difficile d’y respecter les règles de distanciation physique. Rappelons qu’une augmentation importante des contacts physiques entre personnes ferait exploser le risque, pour une personne porteuse la COVID-19, d’en infecter plusieurs autres. En limitant les contacts physiques lors de l’ouverture progressive des commerces, des espaces de bureaux et des écoles où la distanciation physique et les mesures d’hygiène sont possibles, nous réduisons les risques de contact physique entre personnes infectées et personnes saines.

Dans les mois qui viennent, il faudra apprendre à vivre avec le virus. Il faudra aussi s’efforcer collectivement d’aider notre système de santé et nos agences de santé publique à aplanir la fameuse courbe. C’est pour continuer à ralentir la propagation du virus qu’il est primordial de procéder à un déconfinement progressif et d’appliquer les principes de distanciation. Alors, désolée mais, pour le moment, les fêtes entre amis et les réunions de famille devront continuer de passer par nos téléphones et nos tablettes.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

Les commentaires sont fermés.

Merci pour la clarté de votre article, qui fait comprendre à tous l’importance d’un déconfinement GRADUEL!

Je vis en Abitibi-Ouest ou très peu de cas on été annoncé, vous nous demander de respecter le confinement et je sais de source sur que des personnes de la santé ont été données un coup de main dans la région de Montréal et ont testés positifs. Montréal ne devrait pas être déconfiné on a la preuve. Il est aussi dit que ça peut durée durant des années encore, vous allez empêcher les familles de se voir, moi je ne suis pas d’accord, je vis seule et en bonne santé et j’ai passé ma vie à vivre pour mes enfants, je respecte les consignes que vous demandez mais si ça dure longtemps encore vous allez avoir d’autres problèmes de santé : dépression, suicide (car il y a une personne à Rouyn qui a sauté en bas de chez lui) . Alors vous en pensez quoi de tout ça ?????