Quand passer à l’auto verte ?

L’automobile changera plus au cours des 10 prochaines années qu’elle ne l’a fait dans les 100 dernières, affirment des experts.

Conseils pour savoir quand passer d'une voiture à essence à un modèle hybride
Photo : General Motors

Aujourd’hui, l’achat d’une voiture hybride est coûteux – jusqu’à 7 000 dollars de plus que pour le modèle à essence équivalent – et risqué : qui dit qu’elle ne sera pas désuète dans cinq ou six ans ? Voici quatre points à prendre en considération avant de faire le saut vers le moteur de l’avenir.

1. Quelle technologie l’emportera ?

Le moteur hybride, l’hybride rechargeable (l’essence ne servant qu’à recharger la batterie), celui à hydrogène ou le tout électrique ? La batterie au nickel ou au lithium ? Les bornes de recharge ou les stations d’échange de batterie ? Dans la course à l’innovation, il y aura des modèles de véhicules perdants. Et ceux-ci auront une faible valeur de revente.

2. Le prix de l’essence

À 80 cents le litre et avec une distance annuelle parcourue de 24 000 km, il faut trois ans pour rentabiliser l’achat d’une hybride Prius, indique une étude du site d’information sur l’auto Edmunds.com. À plus de 1,60 $ le litre, le surplus déboursé pour une telle voiture serait couvert en moins de 18 mois.

3. Production de masse

Les hybrides comptent pour moins de 3 % des ventes de véhicules dans le monde. Cette part aura gonflé en 2016, lorsque des normes américaines, prévoyant la réduction du tiers de la consommation de carburant de tous les nouveaux modèles, entreront en vigueur. Les pièces seront plus faciles à trouver et les prix baisseront.

4. Un coup de pouce de l’État

Québec donne un crédit d’impôt de 2 000 dollars pour l’achat de certains modèles hybrides. Ottawa, lui, a mis fin à son programme incitatif en 2009. Qui sait, des offres plus généreuses pourraient se présenter au cours des prochaines campagnes électorales.

Laisser un commentaire