Qu’est-ce qu’une voix ?

Si on regardait à l’intérieur de la gorge, on verrait deux lamelles nacrées en travers du tuyau. Tendues à l’horizontale, au-dessus de la trachée, elles s’écartent et se referment comme des lèvres. Ce sont les cordes vocales — plutôt des replis, en fait, constitués d’un muscle et d’un ligament, recouverts d’une muqueuse.

Singing woman
Photo: iStock

Lorsqu’on respire, elles s’ouvrent pour laisser passer l’air ; lorsqu’on parle ou qu’on chante, elles s’accolent. Mais leur fermeture n’est pas hermétique : l’air expulsé des poumons pousse contre elles pour se frayer un passage, et les deux lèvres se mettent à onduler comme des vaguelettes, comme deux fanions flottant au vent. Cette vibration des cordes vocales — leur frémissement sous l’effet du souffle — engendre le son. (Selon qu’elles s’allongent en fins lacets ou se rétractent en larges bandes, elles produiront des notes aiguës ou graves.) La voix est donc un instrument à la fois à cordes et à vent.

L’anatomie des cordes vocales de chaque interprète délimite en partie ses possibilités : longues et puissantes chez la basse, elles sont plutôt courtes chez la soprano. Mais ce n’est là que le début de l’équation. Comme les cordes d’un violon, qui seraient à peu près muettes sans le boîtier qui les reçoit, les cordes vocales ont besoin d’un écrin qui capte leurs vibrations, les module, les répercute : c’est ce qu’on appelle la caisse de résonance. Celle-ci donne son caractère, sa richesse, sa texture uniques à une voix.

Il s’agit, plus précisément, du conduit vocal, cette grotte qui naît au-dessus des cordes vocales et débouche sur les lèvres, avec toutes les structures et cavités qu’elle renferme. Sa taille et sa forme sont déterminantes : un conduit plus large met en relief les basses fréquences, par exemple, et la voix en sort plus ronde ; un conduit plus petit amplifie les fréquences plus élevées, et le timbre paraît plus clair. Les chanteurs sont passés maîtres dans l’art de modifier la configuration de leur caisse de résonance intérieure — en soulevant ou en abaissant le larynx, en plissant les lèvres, en étirant la langue ou en bougeant les mâchoires, notamment. Ainsi, ils façonnent les sons à la manière de l’égalisateur d’une chaîne stéréo.

C’est dire la machinerie complexe qu’il faut mobiliser pour les imiter à la perfection !

* * *

Un vidéo des cordes vocales en action :

À LIRE AUSSI SUR L’ACTUALITÉ.COM :

Les voix de Véronic DiCaire >>

Véronic DiCaire : Une vidéographie >>