Qui veut connaître le génome de Glenn Close ?

Après l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, l’actrice américaine Glenn Close fait désormais partie des quelques dizaines de personnes dans le monde dont le génome a été entièrement séquencé, selon un communiqué émis jeudi par la compagnie Illumina.

Une grande nouvelle scientifique? Pas vraiment, même si le génome de la star américaine semble intéressant à étudier dans la mesure où plusieurs membres de sa famille sont atteints de maladies mentales (maladie bipolaire, schizophrénie). L’actrice a dit qu’elle rendrait son génome public s’il révèle quelque chose d’intéressant.

En attendant, c’est un bon coup pour Illumina.

Si vous avez 48 000 dollars à dépenser, vous pouvez toujours leur demander de séquencer votre propre génome. Vivrez-vous mieux après ? Aurez-vous fait progresser la science ?

Deux ans et demi après le premier séquençage d’un génome individuel (celui du chercheur américain Craig Venter), c’est encore difficile à dire.

Non seulement cette pratique pose plusieurs questions éthiques auxquelles on n’a pas encore répondu, mais il est de plus en plus clair qu’il y a tout un monde (celui de l’épigénétique, notamment) entre les prédispositions à certaines maladies auxquelles nous exposent notre génome et la survenue de ces fameuses maladies.

Voyez à ce sujet les recherches fascinantes menées à l’hôpital Douglas sur l’épigénétique des maladies mentales.

Laisser un commentaire