Recherche industrielle: le déclin continue au Québec

Les entreprises du Québec les plus actives en recherche et développement ont consacré 8,4 % de moins à cette activité en 2009 par rapport à 2008, selon le dernier bilan (pdf en anglais) de la firme Research Infosource.

Chaque année, Research Infosource établit le classement des 100 entreprises les plus actives en recherche et développement au Canada.

Collectivement, ces championnes de la R et D (en chiffres absolus et non en pourcentage de leur chiffre d’affaires) ont consacré 2,82 milliards de dollars à la R et D en 2009, en baisse de 1,8 % par rapport à 2008. C’est la quatrième baisse consécutive.

L’ontarienne Research in Motion (RIM), fabricant de Blackberry, est la grande championne de ce classement. En 2009, elle a investi un peu plus de 1,1 milliard de dollars en R et D, en hausse de 51 % par rapport à 2008. C’est près du tiers du montant pour les 100 entreprises réunies!

Suivent Nortel Networks, BCE, Telus et IBM Canada.

Les 29 entreprises basées au Québec qui figurent dans ce classement font moins bonne figure. La plus active, Pratt & Whitney Canada, a dépensé  398 millions de dollars en R et D en 2009, en baisse de 10 % par rapport à 2008.

Bombardier, première au Québec à ne pas appartenir à des intérêts étrangers, est en 14ème position de ce Top 100, avec 161 millions de dollars de R et D, en baisse de 11%. Hydro-Québec, avec 100 millions de dollars tout ronds, vient en 22ème position.

La Colombie-Britannique est la seule province à avoir connu une augmentation dans ce classement, ses 11 champions ayant dépensé 66,4 % de plus en 2009 qu’en 2008. Le bilan est à la baisse en Alberta (-9,2%) et en Ontario (-4,4%).

L’Ontario continue à dominer largement le classement de Research Infosource, avec 55% des dépenses de RetD du Top 100 industriel. Suivent le Québec (28%), la Colombie-Britannique (10%) et l’Alberta (6%).

La crise économique est la principale raison invoquée pour justifier ces baisses. Pourtant, est-ce qu’en temps de crise, une entreprise ne devrait au contraire mettre le paquet en recherche et innovation pour trouver de nouvelles idées payantes ?

Voyez un point de vue intéressant ici, et un document éclairant (pdf en anglais) du Boston Consulting group, un cabinet américain qui fait autorité en la matière.

Laisser un commentaire
Les plus populaires