Rêvasser : un bon moyen de réfléchir

Le commissaire Adamsberg, héros des polars de Fred Vargas, est le champion toutes catégories de la rêverie efficace : il semble toujours occupé à ne rien faire et à s’intéresser à des choses en apparence futile… jusqu’à ce que jaillisse de son cerveau la solution du crime sur lequel il enquête. Un peu énervant pour ses collègues qui passent leur temps à courir comme des fous à la recherche d’indices et de suspects !

Son cas est évoqué dans ce texte joliment intitulé L’éloge du pifomètre. L’auteur fait le point sur les dernières recherches montrant que le cerveau peut être très efficace pour trouver à notre insu des solutions à des problèmes qui nous tarabustent, pendant qu’on est occupé à faire du jogging, à jardiner ou à rester «effoiré» sur le sofa… Ne manquez pas la vidéo géniale (insérée dans le texte, en anglais avec sous-titres en français) de Dan Ariely. Ce chercheur en économie comportementale du MIT explique, avec de nombreux exemples à l’appui, à quel point la formulation d’une question influence sa réponse et peut mener à des comportements complètement irrationnels tels que, pour un médecin, opérer inutilement quelqu’un de la hanche plutôt que de devoir décider entre deux médicaments!

Le problème, c’est que notre société ne laisse guère de temps pour musarder aux médecins ou aux politiciens. Cela nous épargnerait pourtant peut-être bien des soucis!

Laisser un commentaire

Wow, merci beaucoup pour cet article! Absolument fascinant, suscite réflexion… Je recommande particulièrement la vidéo dans le lien « l’éloge du pifomètre » (en anglais). Le présentateur y décrit avec une clarté limpide, remplie d’exemples, à quel point des éléments extérieurs peuvent biaiser considérablement nos décisions…

Les plus populaires