Robuste comme la soie

Les plaques et vis utilisées par les chirurgiens orthopédiques pour réparer les os cassés ne feront peut-être plus retentir les détecteurs de métal à l’avenir. 

vis-soie
Photo : Université Tufts

Les plaques et vis utilisées par les chirurgiens orthopédiques pour réparer les os cassés ne feront peut-être plus retentir les détecteurs de métal à l’avenir.

Des scientifiques de l’Université Tufts, au Massachusetts, ont trouvé le moyen de fabriquer ces pièces à partir de fibres de soie moulées. De premiers essais effectués sur des rats ont donné des résultats encourageants.

Plus flexible que le métal, la soie permet d’éviter de trop contraindre les légers mouvements naturels des os. Par ailleurs, les fibres naturelles se dissolvent dans le corps quelques semaines après la pose, une fois les os ressoudés.

« En plus, comme la soie est invisible aux rayons X, on arrive plus facilement à voir sur une radio si la fracture est bien réparée, alors qu’une plaque de métal peut cacher l’os », souligne le Dr David Kaplan, qui dirige les travaux.

Laisser un commentaire