Sangliers en cavale

L’espèce se reproduit rapidement et constitue une nuisance pour les producteurs agricoles.

(Photo: iStock)
(Photo: iStock)

Des dizaines de sangliers sont en cavale dans le Centre-du-Québec, après qu’un petit groupe s’est échappé d’une ferme d’élevage l’an dernier. La situation inquiète les agriculteurs et les autorités, car ces animaux détruisent les cultures de blé et de maïs, dont ils sont friands, en plus de dévorer nombre de petits mammifères, d’oiseaux et de reptiles. Sans compter que l’espèce se reproduit très rapidement : une femelle peut donner naissance à une vingtaine de marcassins chaque année.

Fléau dans l’Ouest

La croissance de la population est si fulgurante que les sangliers sont désormais une nuisance majeure dans l’Ouest canadien et aux États-Unis, où les dommages qu’ils causent et les mesures mises en œuvre pour les circonscrire coûtent plus de 1,5 milliard de dollars par an.

Opération capture

Pour gérer la situation, le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a mis sur pied une équipe dont la mission est de capturer ces bêtes et de les abattre pour la consommation humaine. La viande sera distribuée dans les banques alimentaires.

Les commentaires sont fermés.

Abattage financé pour quelques centaines de sangliers, mais rien de fait pour des millions de phoques (responsabilité du MPO)… Deux poids, deux mesures? Dommage que les phoques ne soient pas la responsabilité du MFFP…

Les plus populaires