Santé sans frontières

 

La dengue, maladie infectieuse transmise par le moustique du genre Aedes, continue de faire des ravages en Asie et en Amérique latine. Chaque année, de 60 à 100 millions de personnes sont infectées et on constate 20 000 décès, le plus souvent chez les enfants. Puisqu’il n’existe aucun traitement ou vaccin, les chercheurs de l’Université d’Oxford planchent sur une approche inusitée. Ils veulent relâcher dans l’environnement des moustiques mâles génétiquement modifiés. Ces derniers s’accoupleraient avec les femelles, mais leur progéniture mourrait avant d’arriver à maturité. Les premiers essais, effectués en milieu confiné en Malaisie, se sont avérés prometteurs.

Laisser un commentaire